planète administration publique actualité administration publique
PUB
PUB
PUB
PUB
nos éditions nos flux rss
Sarthe. Les agents des routes du département ont manifesté pour dénoncer leurs conditions de ... (ven., 26 févr. 2021)
[unable to retrieve full-text content] Et d'enchaîner : On se bat également depuis 2008 pour que la collectivité prenne en charge le lavage des habits de travail des gars. C'est pour cette ...
>> Lire la suite

L'ancien site de la Région transformé en campus numérique (Fri, 26 Feb 2021)
" Construire une Silicon Valley à la française » : c’est le but affiché par la région Auvergne-Rhône-Alpes et par son président Laurent Wauquiez (LR) avec le campus région du numérique. Ce dernier a ouvert ses portes au début de l’année sur l’ancien site de la région à Charbonnières-les-Bains et ses 11 hectares. Plusieurs écoles, auparavant présentes au King Charles, dans le quartier de la Confluence, site temporaire pour ce campus du numérique, sont désormais installées dans leurs nouveaux locaux. Parmi elle, l’école 42, créée par Xavier Niel, patron de Free, qui occupe tout un bâtiment. D’autres formations numériques, ouvertes à tous, devraient s’installer progressivement à Charbonnières-les-Bains. La moitié des 10 000 m² est ainsi consacrée à la formation. « Accompagner la transformation digitale de nos industries » Une usine, dédiée à l’innovation, qui permet aux entreprises partenaires de venir testes de nouvelles technologies est également présente sur le site. « Les machines présentes sur le campus ont un coût très élevé, qu’une entreprise seule ne pourrait pas prendre en charge » expliquait jeudi lors d’une visite Juliette Jarry, vice-présidente déléguée aux infrastructures, à l’économie et aux usages numériques à la région. « Avec ce modèle, de nombreuses entreprises peuvent venir tester leur produit dans cette usine digitalisée » poursuit-elle. « Le but est vraiment d’accompagner la transformation digitale de nos industries » explique Laurent Wauquiez lors de la visite du campus. Un enjeu important quand on sait que le secteur du numérique est l’un des premiers créateurs d’emplois dans la région. Auvergne-Rhône-Alpes compte 68 843 emplois dans le numérique soit une hausse de 17 % entre 2015 et 2019.
>> Lire la suite

La Forêt-Fouesnant. Le budget de l'intercommunalité fait débat (Fri, 26 Feb 2021)
[unable to retrieve full-text content] Le budget de l'intercommunalité fait débat. Le conseil communautaire a étudié les orientations du budget 2021. Les investissements seront encore ...
>> Lire la suite

Les cités scolaires du département en souffrance (Fri, 26 Feb 2021)
l'essentiel Voilà un mois que les grèves se succèdent dans les établissements du secondaire de Lot-et-Garonne. Une raison phare et commune est la dotation horaire globale. Que se passe-t-il dans le secondaire lot-et-garonnais ? Ce mois de février, quatre mouvements de grève ont eu lieu dans différents établissements, chronologiquement à Nérac, à Fumel, à Port-Sainte-Marie et à Aiguillon. Dans chacun des cas, la quasi-totalité du corps enseignant y a pris part, la palme à Sainte-Marie où 100 % de grévistes ont été enregistrés mardi 23, en compagnie des parents d’élèves et élèves. À chaque fois, des représentants ont pu rencontrer l’inspecteur d’académie, Patrice Lemoine, en poste depuis septembre 2020. "Il est à l’écoute mais", racontent ceux avec qui il y a eu échanges, "une problématique commune majeure que rencontrent les établissements du 47 concerne la dotation horaire globale (DHG) pour la rentrée de septembre 2021. Les DHG permettent d’assurer l’ensemble des enseignements, obligatoires comme facultatifs. Unanimement, ils assurent en manquer. "Le calcul national ne correspond pas aux spécificités locales", souligne Jean-François Sauvaud, professeur d’histoire-géographie à Fumel. Ce sont 45 heures en moins que compte la cité scolaire d’Aiguillon. "Pour maintenir les enseignements de base, cela nous oblige à abandonner des heures d’accompagnement personnalisé", explique Jean-François Sauvaud. Plus à l’Est, la cité scolaire de Fumel est en grande souffrance. "On nous a retiré 40 heures", souffle Isabelle Bajin, enseignante de français. "Notre spécificité est que nous sommes un territoire enclavé. Nos élèves n’iront pas chercher une spécialité à Villeneuve ou Marmande." Basée sur une moyenne nationale, la DHG n’est pas adaptée au territoire rural qu’est le Lot-et-Garonne, résument les deux enseignants. "Pour ce qui est des spécialités. Si celle que souhaite étudier un élève n’est pas dispensée dans son établissement, il peut aller dans un autre voisin. Cela peut se faire quand vous vivez en ville mais, à l’échelle rurale, il n’y a pas assez d’établissements", poursuit Jean-François Sauvaud. Isabelle Bajin avance un paramètre fumélois : "Nos élèves ne sont pas mobiles donc on doit garder nos spécialités. Sinon, il y aura un problème d’équité de choix et d’enseignements ; c’est un problème pour l’après bac." Ce point névralgique a ainsi animé les échanges avec Patrice Lemoine. L’académie dispose d’une réserve de 200 heures à dispatcher pour réajuster la situation. "Une année, on a dû créer une sixième seconde, soit 25 élèves. Si cela arrive encore, il a dit qu’il penserait à nous", indique Isabelle Bajin. Un "si" qui représente 23 heures. "C’est un geste important mais pas suffisant", dit-elle. "Il nous a dit qu’il essaierait de faire selon nos besoins lors du recomptage de juin", confie quant à lui Jean-François Sauvaud. Ces réajustements, les cités scolaires de Nérac et Port-Sainte-Marie l’espèrent aussi. Un exercice d’équilibre attend l’inspecteur d’académie. "Il nous a expliqué être pieds et poings liés par le Gouvernement", relate Isabelle Bajin. Elle et son confrère s’interrogent : "On aurait besoin d’un plan de relance nous aussi".
>> Lire la suite

Flourens. Le Département accompagne le social (Fri, 26 Feb 2021)
Le Département a participé au financement du Pôle Social du Chêne Vert, à hauteur de 10 M€ en 2020. La collectivité finance également le dispositif Reliances à hauteur de 58 756 €, qui est un lieu d’accompagnement et d’accueil destiné aux jeunes de 18 à 25 ans, suivis par l’aide sociale à l’enfance (ASE). Depuis 2015, le Conseil départemental doit faire face à une augmentation du nombre de mineurs et de mères isolées à prendre en charge. Afin d’assurer une protection optimale à ces personnes très vulnérables, la collectivité a décidé de limiter les hébergements à l’hôtel qui n’assurent pas les conditions nécessaires et essentielles à un accompagnement social efficace. Le Conseil départemental a créé en 5 ans 1 206 nouvelles places d’accueil à domicile ou en structures d’hébergement habilitées, augmentant sa capacité d’accompagnement de 42 %. 320 places sont en cours de création à ce jour.
>> Lire la suite

Création d'un groupe de vigilance au sein de l'intercommunalité (Fri, 26 Feb 2021)
Vingt élus dont les maires de Brenas, Lamalou-les-Bains, La Tour-sur-Orb, Le Pradal, Le Poujol-sur-Orb, Pézènes-les-Mines et Taussac-la-Billière, n’ont pas voté le regroupement des écoles de musique, lors du dernier conseil, signifiant la fermeture de celle de Lamalou. Ce projet est venu amplifier des dissensions grandissantes au sein de l’intercommunalité amenant sept maires à constituer un...
>> Lire la suite

MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES - DAJ - Chef(fe) du bureau du droit pénal et de ... (Thu, 25 Feb 2021)
Informations générales Référence 2021-3680   Date de début de publication 25/02/2021 Date limite d'envoi des candidatures 11/03/2021 Documents requis pour postuler CV et lettre de motivation Directions et Services Direction des affaires juridiques (DAJ) Description du poste Domaine fonctionnel et emploi Affaires juridiques - Responsable juridique Intitulé du poste DAJ - Chef(fe) du bureau du droit pénal et de la protection juridique H/F Cotation RIFSEEP Sans objet Versant Fonction publique de l'Etat Catégorie Encadrement supérieur Statut du poste Vacant Nature de l'emploi Emploi ouvert aux titulaires et/ou aux contractuels : art 4/6/6quater/6quinquies - loi n°84-16 Descriptif de l'employeur Placée sous l’autorité du ministre de l’économie, des finances et de la relance, la direction des affaires juridiques (DAJ) exerce un rôle d’expertise juridique à vocation ministérielle et interministérielle au service des politiques publiques économiques. Elle est chargée d’une mission de conseil, d’expertise et d’assistance auprès des ministres et des directions des ministères économiques et financiers ou à la demande des autres administrations de l’État et de ses établissements publics. La DAJ est organisée en quatre sous-directions (droit de la commande publique, droit privé et droit pénal, droit public et droit européen et international, droit des régulations économiques) et une mission (appui au patrimoine immatériel de l’État). En outre, sont directement rattachés à la directrice et au chef de service, un directeur de projet en charge de la transformation numérique de la commande publique, un bureau de coordination, relations extérieures, études et légistique, et un département des ressources. La DAJ regroupe près de 210 agents. Le bureau du droit pénal et de la protection juridique exerce les missions d’expertise, de conseil juridique et d’assistance opérationnelle et légistique dans les domaines du droit pénal général et spécial (notamment du droit pénal des affaires) et de la procédure pénale. Descriptif de l'employeur (suite) Il rédige de nombreuses consultations juridiques à l’intention des cabinets ministériels, de l’ensemble des directions du ministère et des autres départements ministériels, établissement s publics et entreprises publiques. Il assure les fonctions d’agent judiciaire de l’Etat devant les juridictions répressives dans les instances tendant à la réparation des préjudices subis par l’Etat du fait d’infractions commises à son encontre, ou en raison des prestations versées par l’Etat à ses agents dans l’exercice de leurs fonctions. Il gère plus de 3.700 dossiers contentieux, dont certains sensibles et complexes. Il est chargé de mettre en œuvre la protection juridique des agents publics, prévue à l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 en faveur des agents des ministères financiers, auxquels cette protection est accordée. Le bureau apporte également son soutien aux directions du ministère en lien avec les cabinets ministériels, dans l’élaboration et le suivi des textes législatifs et réglementaires relevant de sa compétence. Il dispense des formations en droit pénal et procédure pénale au sein de l’IGPDE (centre de formation du département) et auprès des directions du ministère qui en font la demande. Le bureau comprend 8 consultants. Le chef de bureau est assisté par un adjoint. Description du poste Le titulaire du poste sera spécialisé dans les domaines du droit pénal général, du droit pénal des affaires et de la procédure pénale. Il (elle) anime et organise l’activité du bureau. Il (elle) rédige lui (elle)-même des expertises sensibles ou urgentes. Il (elle) participe aux réunions (cabinet, interministérielles) intéressant son secteur d’activité. Dans le cadre de ses missions, le chef de bureau du droit pénal et de la protection juridique est en relation constante avec les autres directions ministérielles, les autres administrations (centrales ou déconcentrées), les juridictions de l’ordre judiciaire et les avocats. Il (elle) devra avoir également une solide connaissance du fonctionnement des juridictions de l’ordre judiciaire ainsi que du travail en administration centrale et en interministériel. Le titulaire du poste assurera l’encadrement de 8 agents. Il (elle) est assisté(e) d’un(e) adjoint(e) de catégorie A. Description du profil recherché Le poste requiert d’excellentes connaissances en droit pénal et en procédure pénale. Le candidat doit avoir une ancienneté de 5 à 7 ans minimum et une bonne appréhension du milieu judiciaire ; une pratique en juridiction est indispensable ainsi qu’une expérience en administration centrale. Il doit manifester un bon sens de l’organisation et des relations humaines ainsi que le goût du management, notamment avoir une approche très pédagogique de la matière pénale et un bon sens des relations lui permettant de nouer des contacts avec l’ensemble des interlocuteurs du bureau et de s’adapter à une culture administrative nouvelle. Ce poste conviendrait à un magistrat ouvert et dynamique, capable de faire preuve d’initiatives permettant de maintenir et de renforcer le développement de l’activité du bureau. La position statutaire est celle d’un détachement dans le corps des administrateurs civils. Compétences candidat Niveau d'études min. souhaité Niveau 7 : Master II, diplôme d'ingénieur ou diplôme équivalent Bac+5 Compétences CONNAISSANCES - Droit/réglementation SAVOIR-FAIRE - Manager SAVOIR-FAIRE - Organiser une activité SAVOIR-ÊTRE - Aisance relationnelle SAVOIR-ETRE - Esprit d'initiative SAVOIR-ÊTRE - Esprit de synthèse SAVOIR-ÊTRE - Être rigoureux SAVOIR-ÊTRE - Réactivité SAVOIR-ÊTRE - Sens de l'analyse SAVOIR-ÊTRE - Sens de l'organisation Quotité de temps de travail Quotité de temps de travail Temps complet Localisation du poste Localisation du poste France, Ile-de-France, Paris (75) Lieu d'affectation 6 rue Louise-Weiss 75013 Paris Renseignements et contact - Note : les candidatures se font obligatoirement depuis l'application Date de vacance de l'emploi 01/02/2021 Personne ou service à contacter pour obtenir plus d'informations sur l'offre jocelyne.amouroux@finances.gouv.fr ; sous-directrice du droit privé et droit pénal
>> Lire la suite

Covid-19 : 25 403 nouveaux cas et 261 décès, le point par département (Thu, 25 Feb 2021)
[unable to retrieve full-text content] Taux d'incidence : 20 départements sous surveillance renforcée. Lors de la conférence de presse, Jean Castex a également annoncé que vingt ...
>> Lire la suite

Patrick Jeuffroy va être réintégré à la collectivité de Nogent-sur-Seine (Thu, 25 Feb 2021)
[unable to retrieve full-text content] La décision du conseil de discipline de recours s'impose à la collectivité comme à l'agent », a expliqué l'actuelle maire de Nogent-sur-Seine Estelle ...
>> Lire la suite

Coronavirus : les Bouches-du-Rhône et le Var ne seront pas confinés ce week-end (Thu, 25 Feb 2021)
Ce jeudi soir Jean Castex annonce que vingt départements sont placés sous "surveillance renforcée" en raison d'une circulation accrue de l'épidémie de coronavirus. Pas de confinement pour eux ce week-end comme dans certaines communes des Alpes-Maritimes par exemple, mais ils pourront faire l'objet de mesures de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars si la situation continuait à se dégrader. Les départements concernés recouvrent aussi toute l'Île-de-France, le Rhône, une grande partie des Hauts-de-France, la Drôme, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle ou encore l'Eure-et-Loir. "J'ai demandé aux préfets d'engager des concertations avec les élus en vue (...) d'envisager, dans tout ou partie de ces territoires, des mesures de freinage proches de celles mises en place à Nice et Dunkerque" cette semaine, a ajouté le Premier ministre. La consigne est claire : il va falloir respecter les consignes sanitaires ces prochains jours, sinon le confinement sera annoncé la semaine prochaine. à lire aussi Coronavirus : 20 départements sous "surveillance renforcée"
>> Lire la suite

Alerte Google : "Afrique Centrale" OR Angola OR Congo OR Gabon OR "Guinée équatoriale" OR "République Centrafricaine" OR Tchad -sport -football -basket -biathlon -athlétisme -handball -cyclisme -tennis -golf -escrime -gymnastique -hippisme -hockey -hippique -boxe -voile -haltérophilie -judo -natation -rallye -rugby -ski -triathlon -surf -voile -tiercé -"formule-1"

Le très politique Antunes Paulo Monteiro se lance dans les diamants avec l'influent clan Ranque ... (Fri, 26 Feb 2021)
Ancien du MPLA devenu vice-président du parti monarchiste angolais, Antunes Paulo Monteiro a créé deux sociétés de gestion de projets miniers. Pour associés, il compte des membres de la puissante famille cabindaise Ranque Franque. [...] (525 mots)
>> Lire la suite

Gabon : Le porte-parole du président Ali Bongo Ondimba fera un nouveau Facebook live ce vendredi (Fri, 26 Feb 2021)
Le porte-parole de la Présidence de la République, Jessye Ella Ekogha © DR Expert dans le maniement des réseaux sociaux, Jessye Ella Ekogha, qui a « reboosté » la communication présidentielle depuis sa nomination au Palais du Bord de mer en décembre 2019, se livrera derechef ce vendredi après-midi à un exercice qu’il affectionne tout particulièrement et auquel bien peu, dans sa position, osent se frotter. C’est à 15h00 ce vendredi 26 février que Jessye Ella Ekogha répondra en direct sur Facebook aux questions des internautes. Beaucoup des questions des internautes tourneront probablement sur la la seconde vague de Covid-19 qui frappe le Gabon et sur les mesures barrières prises pour tenter de l’endiguer. Pour ce trentenaire, rompu à l’usage des réseaux sociaux, l’exercice n’a rien d’effrayant. Ce qui détonne dans le paysage politique gabonais. Alors que nombre d’acteurs sont réticents à intervenir en direct sur les réseaux sociaux, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’image du Gabon, M. Ella Ekogha ne rechigne jamais à s’y manifester. Depuis sa nomination, début décembre 2019 au poste de porte-parole et directeur de la communication de la Présidence, il a multiplié, sous diverses formes, les interventions sur les différents réseaux sociaux. De même, cet ancien responsable du géant mondial de la communication WWP est connu pour ses interactions directes, incisives et précises, sur le réseau social Twitter, où se concentrent les décideurs. Il n’hésite pas à y interpeller, toujours très poliment, tel internaute ou à y indexer telle fake news, les fameux Kongosas, qui pullulent sur les réseaux sociaux comme sur certains « médias » en ligne d’ailleurs au Gabon. « C’est très malin. Cela permet de s’adresser à un public jeune qui ne regarde par Gabon 1ère ou ne lit pas L’Union », commente un directeur d’une agence de communication internationale basée à Libreville. Tenant à bout de bras de sa haute stature la communication présidentielle, Jessye Ella Ekogha est également apprécié des journalistes, quand bien même ceux-ci nourrissent, par principe, une certaine défiance vis-à-vis du pouvoir. « Jessye (Ella Ekogha) est une personnalité franche et directe. Avec lui, on obtient toujours la réponse à nos questions. Il n’y a pas de circonvolution. Il va droit au but […] Le niveau de langue de bois a considérablement baissé par rapport à ce qu’il était il y a quelques années. Et ça, nous les journalistes, on apprécie », explique le responsable d’un site d’information en ligne gabonais, par ailleurs correspondant pour une média international. Un avis très largement répandu au sein de la profession. Pour suivre le Facebook live de Jessye Ella Ekogha ce vendredi après-midi à 15h00, rendez vous sur la page Facebook de la Présidence de la République.
>> Lire la suite

PUB administration publique sur les réseaux sociaux

 

 

 

sur Twitter


PUB administration publique communiqués de presse