planète arts, culture actualité arts, culture
ART
ART
ART
ART
nos éditions nos flux rss
A la Fondation Manuel Rivera Ortiz, l'art dans tous ses états (ven., 10 juil. 2020)
Photo Philippe Praliaud / Ville d’Arles A l’intérieur et dans le patio, de la cave au plafond du deuxième étage, dans vos oreilles et jusque sur vos téléphones : partout l’art bouillonne à la Fondation Manuel Rivera Ortiz. Les ingrédients ? De la musique, de la sculpture, de la couture et du dessin, de la vidéo et de l’écriture. Et de la photo, bien sûr, avec avant tout six expositions regroupées sous le titre « Les pionniers », parce que toutes évoquent la conquête ou l’exploration, les frontières ou la colonisation. Il en va de cette forêt millénaire en péril, qui fait office de frontière entre la Pologne et la Biélorussie et que le photographe Andrea Olga Mantovani a exploré en cherchant à saisir les enjeux du conflit environnemental qui s’y joue. Il en va aussi de ce peuple Mapuche, opprimé et dépossédé de ses terres argentines et chiliennes, et dont Pablo Ernesto Piovano a capté la force, en photos et en vidéo. Il a va encore de ces femmes réfugiées en Suisse après avoir été chassées de leur pays, et que Sylvie Léger a suivi avant, pendant et après leur accouchement pour donner vie à une exposition terriblement intime. Dans d’autres salles, on voyage à Taïwan ou sur les îles grecques, et on écoute Le déserteur de Boris Vian en lisant les paroles sur les murs. En grimpant dans les étages, on croise dans chaque pièces des artistes protéiformes – Arlésiens pour la plupart – qui se sont installés là pour créer, et donner à voir leur travail et leur atelier éphémère au public, chaque jeudi soir. « On s’inspire mutuellement, on s’aide matériellement, et on confronte notre travail au public : c’est une vraie chance pour nous » se réjouit Joana Luz, artiste brésilienne passée par l’Ecole nationale supérieure de la photographie, à l’image de plusieurs de ses confrères en résidence à la Fondation Rivera Ortiz. Qui prolonge le plaisir à la Croisière, où elle a installé d’autres expos, et sur vos smartphones, où vous pourrez aller plus loin dans certaines œuvres en les scannant. « Les Pionniers », à voir au 18 rue de la Calade du mardi au samedi de 12h à 19h jusqu’au 5 septembre. Ouverture au public des résidences d’artiste tous les jeudis de 18h à 23h. Les photos du vernissage sont à découvrir ici.
>> Lire la suite

L'art abstrait de Christine Marie Nobre à la galerie Reviviscence, à Plestin (Fri, 10 Jul 2020)
Lecture : 1 minute Diplômée des Beaux-Arts de Versailles, la Plestinaise Christine Marie Nobre a pignon sur rue, depuis le 9 juillet, au centre de Plestin. La galerie Reviviscence présente, sur deux étages, l’expo « Au cœur du miroir », où se côtoient peinture, gravure, photographie et vidéo. Le maître mot de la plasticienne, l’imagination. Sa série de grands tableaux d’art abstrait transporte le spectateur selon son ressenti. Christine Marie Nobre crée son univers à partir de ses « boîtes de lumière » qu’elle manipule avec miroirs, peintures et autres objets personnels. PratiqueL’exposition est ouverte du mardi au samedi, de 14 h à 19 h ; le dimanche, de 9 h 30 à 13 h et sur rendez-vous. Contact : tél. 06 78 99 41 74, mail : Christine@nobre.name
>> Lire la suite

Les œuvres d'un joaillier genevois au musée d'Art et d'Histoire (Fri, 10 Jul 2020)
« L’événement aurait dû s’inscrire dans une fête pour son 90e  anniversaire, mais il nous a quittés à l’aube de cette année » a souligné ce jeudi 9 juillet Estelle Fallet, conservatrice du domaine joaillerie du musée d’Art et d’Histoire (MAH). À défaut de fête, l’expo consacrée à Gilbert Albert qui a ouvert ce jeudi sera un bel hommage. Les créations du joaillier genevois sont inspirées d’un rapport tellement étroit avec la nature qu’il y a même mis des… météorites. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir puisque l’expo est ouverte jusqu’au 15 novembre au MAH.
>> Lire la suite

Penne-d'Agenais. Trois artistes ont accroché leurs toiles à la mairie (Fri, 10 Jul 2020)
Trois artistes, deux peintres et une mosaïste, illustreront la saison estivale à la mairie de Penne, du 13 au 21 juillet, de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h. Trois artistes passionnées par l’art et par la démarche artistique qu’elles pratiquent chacune dans leur propre style. C’est à l’Ecole d’Art de Villeneuve que, depuis une dizaine d’années, Marion Carrier pratique la peinture acrylique au pinceau, au spalter, au scotch ou au couteau. Pour sa première exposition, elle a choisi de présenter 7 tableaux sur le thème des déserts du monde, immenses étendues aux couleurs étonnantes, fleuries ou minérales, vierges de toute présence humaine. Elle présente aussi des portraits et des scènes d’intérieur et rend hommage à deux de ses maîtres, Matisse et Bonnard. Martine Massa est mosaïste. Durant sa prime jeunesse sa passion pour les puzzles l’a naturellement amenée à la mosaïque. Elle est initiée et formée par Mathilde Lhuillier depuis une dizaine d’années et se tourne aussi vers d’autres mosaïstes pour connaître d’autres approches. Elle a aussi été attirée par le vitrail au plomb et le vitrail Tiffany, cours dispensés par Delphine Majou. Un stage "Dalles de verre" avec Sylvie Rebiffe a été révélateur de son attirance pour la lumière, le verre et les couleurs. L’éclectisme dans les techniques, les matières et les rendus, lui plaît énormément. Elle apprend la sculpture à l’Ecole d’Art de Villeneuve sur Lot. Après des années marquées par des séjours à l’étranger, c’est en Picardie qu’Annie B. laisse s’exprimer ses émotions en peinture. Elle participe à différents ateliers d’aquarelle, puis s’inscrit aux Beaux-arts d’Abbeville où elle adopte l’acrylique. Elle participe à plusieurs expositions dans cette région : Abbeville, Le Crotoy, Saint Valery, Dompierre. En 2010, arrivée en Lot-et-Garonne, elle s’inscrit à l’école d’art de Villeneuve. Elle devient membre de l’association de peintres "Magenta" avec qui elle expose régulièrement au Centre Culturel de Villeneuve sur lot. Elle a aussi exposé au festival d’art de Monflanquin ainsi qu’à Pujols. Attirée par la matière et les techniques mixtes, elle cherche à créer une atmosphère dans ses tableaux figuratifs et abstraits.
>> Lire la suite

Mazères-sur-Salat. Labyrinthe : les animations de juillet (Fri, 10 Jul 2020)
Le Labyrinthe est, dès à présent ouvert tous les jours de 14 h 30 à 18 h 30 et les performances sont à 18 h. Les mercredis 15 et 29 juillet, animation contée Dès 5 ans. D’après une histoire de Julia Donaldson : "La Princesse et le mauvais sort" par la Cie le Tamanoir avec Catherine Lalanne. Avant l’histoire, quelques jeux dehors si le temps le permet pour s’encorder tous ensemble à la liane des fleurs de résistance, et nous préparer aux turbulences de l’histoire. Samedi 18 juillet, improvisation musique et danse par la Cie Alise "Et si nous prenions le maquis ensemble". Kirielle propose au public de s’émanciper des règles de l’art pour laisser l’énigme d’un lieu surgir dans la danse et la musique pour le simple plaisir de vivre ensemble l’imaginaire et la poétique d’un instant. Clavier : Betty Hovette. Danse : Claudia Flammin. Dimanche 19 juillet, stage de création vocale pour adultes. Création vocale et improvisation, circle song, polyphonies, polyrythmies, chant du monde… par Muriel Morelle de la Cie Vent de Sablede 14 h à 18 h en salle climatisée : 25 € l’après-midi. Mercredi 22 juillet, spectacle de marionnettes (dès 2 ans) : "Du Bruit sous le lit" (30 minutes). par la Cie Art Corps et Art Cris, Véronique Piat et Denis Argaut. Un spectacle original et plein d’humour qui aborde les peurs de l’enfance. Comme un livre, grande paupière cherchant le sommeil, le dôme s’ouvre et se referme tout tendrement… Réservations obligatoires : Tél.05 61 888 000 ou 0769 55 81 54. E-mail : creagire@icloud.com. labyrinthecreagire.blogspot.fr
>> Lire la suite

[L'expo du moment] A Tours, l'œuvre d'art qui vous donne l'impression d'être au bord de la mer (Fri, 10 Jul 2020)
C’est l’expérience de l’été à Tours : Entrez dans la grande Nef du Centre de Création Contemporaine Olivier Debré (près de la Place Anatole France) Installez-vous dans un côté de la pièce Fermez les yeux Ecoutez, vous aurez presque l’impression d’être au bord de la mer Ce week-end, le centre d’art inaugure sa nouvelle exposition monumentale : Scalaire, par l’artiste français Vivien Roubaud. Et ce bruit qui peut faire penser à des vagues de Méditerranée s’écrasant sur le sable on le doit à 4 grandes banches qui tournoient dans l’air. Elles sont accrochées au plafond et se déploient grâce à des petits moteurs fabriqués par l’artiste. Tout est programmé par informatique ce qui fait qu’on ne sait jamais vraiment quelle forme va prendre cette œuvre, si elle va se déployer d’un côté ou de l’autre, vous frôler ou s’éloigner de vous à votre passage. Ce n’est pas la première fois que Vivien Roubaud propose une installation de ce genre, mais son ampleur est inédite. Jusqu’ici, il n’avait pas dépassé les 3 bâches. Le projet a lui vu le jour dès 2016 au Palais de Tokyo à Paris. Ces bâches de 40m² chacune, ce sont les mêmes que vous pourriez utiliser en faisant de la peinture à la maison. Et si vous pensez « Ah, encore du plastique », le CCC OD comme l’artiste notent qu’au final l’installation est très minimaliste, peu gourmande en matériaux, et que les moteurs sont à base de produits de récupération issus par exemple de vélos et de scooters. Donc on est dans l’air du temps, le recyclage, l’économie des matériaux… Si elle n’occupe pas l’intégralité de l’espace de la Nef, cette œuvre sensuelle et reposante investit l’espace dans toute sa hauteur et sa largeur, avec grâce et aisance. Il parait que parfois les bâches s’enroulent, mais c’est rare. A 34 ans, Vivien Roubaud est un sculpteur aujourd’hui installé à Bruxelles en Belgique. Il est diplôme de l’Ecole nationale supérieur d’art de la ville e Nice depuis 2011 et présente son travail à Tours jusqu’en novembre. Dans la petite pièce à côté de la Nef vous découvrirez les coulisses de sa création, des dessins préparatoires, des vidéos… Vous pourrez même rencontrer l’artiste ce vendredi 10 juillet à 16h puis assister à des visites guidées par l’équipe du CCC OD jusqu’à 19h30.
>> Lire la suite

 

 

 

sur Twitter