planète économie actualité économie
ECO
ECO
ECO
ECO
nos éditions nos flux rss
À Lannion, la Banque alimentaire des Côtes-d'Armor reprend son activité lundi 6 avril (sam., 04 avril 2020)
Lecture : 1 minute Le lundi 23 mars, le site de Lannion de la Banque alimentaire des Côtes-d’Armor, annonçait sa fermeture temporaire en raison du principe de précaution lié à un risque de contamination d’un membre de l’équipe. « Fort heureusement, aucune conséquence n’a été révélée », souligne Yves Le Damany, son président. La Banque alimentaire des Côtes-d’Armor, à Lannion, sera donc, à nouveau, opérationnelle à partir du lundi 6 avril. Les horaires et dates de distribution pour les CCAS et associations seront, sans changement, par rapport à l’habitude.
Aide de la réserve civique « Les « ramasses » de produits excédentaires de fruits/légumes ou « frais » (laitage/charcuterie) dans les grands magasins seront limitées pour diminuer les risques de proximité des bénévoles dans les locaux de la Banque alimentaire, lors des tris. À noter que des bénévoles, issus de la « réserve civique » viendront assister l’équipe durant la période de confinement selon leurs disponibilités », précise le président. Les produits distribués seront donc essentiellement des « produits secs » et surgelés, et aussi des produits « frais » disponibles en fonction des denrées, issues de la ramasse dans les grands magasins. Chaque association/CCAS pouvant avoir ses propres règles limitatives pour assurer les contraintes de distances de sécurité.
>> Lire la suite

Un Campus pour l'industrie du futur (Sat, 04 Apr 2020)
L’École des mines de Saint-Étienne (Loire) investit 10 millions d’euros en trois ans dans le déploiement d’une stratégie tournée vers l’industrie du futur, dont elle est le chef de file pour l’Institut Mines-Télécom (IMT). Premier projet : l’implantation sur le campus numérique de la région, à Charbonnières-les-Bains (Rhône) près de Lyon, d’une plate-forme technologique, opérationnelle en septembre 2020. Elle accompagnera les entreprises dans leur transition numérique et assurera des missions de formation et de recherche, en partenariat avec le Cetim, EM Lyon et Siemens. La région Auvergne Rhône-Alpes finance pour moitié l’initiative. Cette implantation va aussi "permettre au groupe IMT d’avoir un campus en dehors de Paris", précise Pascal Ray, le directeur des Mines Saint-Étienne. Deuxième projet : la création d’une plate-forme spécialisée dans la fabrication additive métallique et céramique à Saint-Étienne. Enfin, le site de l’école à Gardanne (Bouches-du-Rhône) accueillera de nouveaux équipements et formations autour des objets connectés et des interfaces sensitives.
>> Lire la suite

PHARNEXT : Le patron de Pharnext mérite un prix Nobel (Sat, 04 Apr 2020)
Mes listes Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste Forums Bourse les plus actifs 2 avr. 11:03par georgesbest 1 TASLY -PHARNEXT ENSEMBLE .. Par M3794587•31 mars 2020 • 16:51 2 avr. 08:33par ledruthi 0 Ose Par joegold•1 avr. 2020 • 20:35 2 avr. 08:11par dlecoute 0 en H prochaine R à 6E puis 10E avec une bonne news Par volcan71•1 avr. 2020 • 10:50 1 avr. 14:28par Wolv33 0 Comment est ce possible ? Par pat-eric•30 mars 2020 • 18:02 1 avr. 10:43par Gnugaru3 0 une "cup of teq" m'irait bien Par cbi1•31 mars 2020 • 21:45 31 mars 21:45par cbi1 0 L' EMA doit pas rendre un avis Par paspil•31 mars 2020 • 17:17 31 mars 18:29par CDaniel0 0 Pré ouverture Par LOPA30•31 mars 2020 • 08:08 31 mars 15:14par thesmall 0 on fera mieux que le professeur RAOULT Par ilas123•26 mars 2020 • 15:30• 31 mars 15:06par M4938771 0 ça cote encore ????? Par M7064321•31 mars 2020 • 14:44 31 mars 14:44par M7064321 0 Covid19 Par uppme•31 mars 2020 • 12:30 31 mars 12:30par uppme 1 SI COURS SOUS 3.50 Par olivbreg•31 mars 2020 • 12:22 31 mars 12:25par M9099711 0 COVID-19 : un futur traitement par Pharnext ? Par dlecoute•31 mars 2020 • 08:58 31 mars 10:56par cben01 1 Charles Beigbeder Par tucumao•30 mars 2020 • 18:45 30 mars 18:45par tucumao 0 Charles Beigbeder Par tucumao•30 mars 2020 • 18:44 30 mars 18:44par tucumao 0 Quels sont vos objectif de cours ? Par Mn92•30 mars 2020 • 12:01 30 mars 15:47par Toma1975 0 Aucune raison à cette baisse Par LAPINE_X•30 mars 2020 • 09:47 30 mars 14:55par LAPINE_X 1 Les soldes avec des objectifs de plus de 100 % de hausse Par gjr007•30 mars 2020 • 13:55 30 mars 13:55par gjr007 0 C'est les soldes il faut acheter maintenant demain il sera trop tard Par gjr007•30 mars 2020 • 13:54 30 mars 13:54par gjr007 0 RH ! Par Toma1975•30 mars 2020 • 11:02 30 mars 11:02par Toma1975 0 Elle a bien consolidé !! Elle repart de + belle Par Toma1975•30 mars 2020 • 10:56 30 mars 10:56par Toma1975 0 Vente dirigeant Pierre Bastid Par -ATB-•27 mars 2020 • 20:12• 30 mars 10:29par nin244 0 Pharnext VS Covid Par madprof•29 mars 2020 • 10:17 30 mars 09:55par soulied 10 Baisse de 30% Par Cam09Cam•29 mars 2020 • 08:29 30 mars 09:46par noemie14 0 https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/divers/pharnext-a-identifie- Par M3794587•30 mars 2020 • 07:26 30 mars 07:43par pe4012 0 Enfoncer des portes ouvertes Par joujou29•23 mars 2020 • 09:37 29 mars 12:20par joujou29 0 vente de pierre bastid Par M2255826•28 mars 2020 • 19:31 28 mars 19:49par Bloomberg 0 Ibm restreint le champs a 77 molecules contre le covid19 Par NicoF12•27 mars 2020 • 21:45 28 mars 16:49par r.bailli 1 Pr Cohen sur LCI Par dashwood•28 mars 2020 • 13:54 28 mars 15:30par dashwood 3 Contexte défavorable aux biotechs Par CDaniel0•28 mars 2020 • 13:52 28 mars 13:57par Cam09Cam 2 Turbulent pour la fin de semaine Par rorolmop•26 mars 2020 • 18:59 28 mars 13:26par Pompetta 1
>> Lire la suite

En Corse, un passage obligé à la banque malgré le Covid-19 (Sat, 04 Apr 2020)
AJACCIO (awp/afp) - Malgré le confinement, Laurent Lefloch ne voulait pas attendre. Après le versement dans la nuit des prestations sociales, il était le premier samedi à 09H30 à son agence bancaire des Salines, un quartier populaire d'Ajaccio, pour toucher son allocation adulte handicapé. "D'habitude, j'en laisse une partie sur le compte mais là, vu que le gouvernement dit qu'il faut rester chez soi, je prends tout", explique le cuisinier en incapacité de 40 ans, avant de retirer au guichet de son agence Crédit Agricole 900 euros. "Je ne veux pas prendre de risque, je vais faire les courses et je rentre chez moi, c'est un absolu", confie celui qui est aussi chanteur de polyphonies corses et qui se prépare "à chanter les messes des morts +H24+ après cette pandémie". Derrière lui, un homme souhaitant garder l'anonymat vient également retirer "son allocation adulte handicapé": "Tous les mois, je prends tout d'entrée", dit-il en patientant. Comme eux, nombre de bénéficiaires de prestations sociales --revenu de solidarité active (RSA), allocations familiales, logement, allocation handicapé, prime d'activité...-- ont commencé à retirer samedi leur argent en Corse, une des régions les plus pauvres de France métropolitaine, avec un habitant sur cinq vivant sous le seuil de pauvreté. Au total, plus de 4 millions de foyers, représentant 7 millions de personnes, touchent en France des minima sociaux et le gouvernement a avancé à samedi plutôt que lundi leur versement. Parmi les bénéficiaires, plus de la moitié sont clients de la Banque postale et 1,5 million viennent retirer leurs allocations en espèces dans les bureaux de poste chaque mois, a rappelé le groupe public dans un communiqué. Si samedi, les bureaux de poste sont tous fermés en Corse, les distributeurs ont été remplis et les plafonds de retrait des cartes bancaires ont été relevés de 500 ou 800 euros à 1.500 euros, a indiqué à l'AFP la direction régionale, précisant que 65% des bénéficiaires avaient des cartes pour retirer aux distributeurs automatiques. "Covid économique" Dès lundi, 70 des 190 bureaux de postes et points de contact dans les mairies seront ouverts à travers l'île, contre une vingtaine depuis le début de la crise, a-t-elle ajouté. Au Crédit Agricole, première banque de Corse avec 110.000 clients sur 340.000 habitants, les 27 agences de l'île sont restées ouvertes au public chaque matin de 09H30 à 12H00 depuis le début du confinement. "Nous cherchons toutes les solutions pour montrer notre solidarité avec l'économie qui souffre", assure à l'AFP le directeur général pour la Corse, Jean-Pierre Guillou, qui redoute "un Covid économique". A l'agence des Salines samedi matin, une poignée de clients fait la queue dehors à bonne distance les uns des autres sous un beau soleil. Elisabeth Micheli, la directrice adjointe, les accueille, protégée par une vitre en plexiglas. "On a principalement des retraits et des virements vers l'étranger, le Portugal et la Sardaigne", explique-t-elle en désinfectant le comptoir. Masqué et ganté, Abdallah Elmoden, ouvrier du bâtiment, est venu faire un virement pour payer son loyer et un autre de 300 euros pour son fils sur le continent. "Ce sont des gens pas forcément au point avec les nouvelles technologies, ils apprécient qu'on soit là pour les aider", explique Mme Micheli qui reçoit "beaucoup d'encouragements" et a le sentiment que travailler pendant le confinement "a resserré les liens" avec ses collègues. "On fait attention les uns aux autres", dit-elle. "Le virus, on y pense tout le temps", ajoute Claudine Gregot, conseillère. "Deux personnes de mon portefeuille sont décédées donc forcément, ça nous touche", confie-t-elle, assurant faciliter des retraits plus importants quitte à rembourser les frais de découvert. "Notre ligne de conduite, c'est de ne pas enfoncer les gens dans cette période déjà compliquée". "Je ne vois pas les gens se mettre au balcon pour nous applaudir à 20H00", reconnaît le directeur de l'agence, Jean-Dominique Fabiani: "Mais quand je vois le nombre de visites quotidiennes, les appels, les mails, je pense qu'on est utile". mc/mdm/nth
>> Lire la suite

Covid-19. Sans protection, les bénévoles de la Banque alimentaire de Rouen appellent à l'aide (Sat, 04 Apr 2020)
Alors qu'elle continue de faire des colis alimentaires pour plus de 18 000 bénéficiaires pendant la crise sanitaire, la Banque alimentaire de Rouen demandent des protections. Publié le 4 Avr 20 à 15:03 Sans protection, la Banque alimentaire de Rouen (Seine-Maritime) ne sait pas encore combien de temps elle pourra œuvrer pendant la crise du Covid-19. Sans protection, la Banque alimentaire de Rouen (Seine-Maritime) ne sait pas encore combien de temps elle pourra œuvrer pendant la crise du Covid-19. (©Mari-Carmen Lanchon) Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19 et du confinement, les sept salariés et les neuf bénévoles de la Banque alimentaire de Rouen (Seine-Maritime) sont sur le pont pour continuer de constituer des colis alimentaires pour les plus démunis.  « Ces colis sont distribués à 18 400 bénéficiaires, dont près de 700 étudiants », indique Mari-Carmen Lanchon, la chargée de communication de la Banque Alimentaire de Rouen.  Tous les matins, dès sept heures, les bénévoles de la Banque alimentaire font le tour des grandes surfaces et récupèrent les invendus. Ensuite, dans leur hangar situé au Houlme, « on constitue les colis et on les distribuent à 79 associations », précise Mari-Carmen Lanchon. Lire aussi : TÉMOIGNAGES. À Rouen, ces sans-abri « confinés dehors » demandent de l’aide « Nous avons des bénévoles âgés et aucune protection » Mais la Banque alimentaire ne sait pas si elle va pouvoir continuer ses actions. « Nous avons des bénévoles âgés et nous n’avons aucune protection ! Ni gants, ni masques, ni gel hydroalcoolique… S’il y en a un d’entre nous qui attrape le coronavirus, on l’a tous et il n’y aura plus de colis alimentaires », s’inquiète Mari-Carmen Lanchon. Et sans colis alimentaire, ce sont 18 400 personnes qui ne peuvent pas manger ! « Ce sont aussi des maraudes qui ne peuvent pas se tenir car c’est la Banque alimentaire qui les fournit », souligne la chargée de communication de la Banque alimentaire. Lire aussi : Coronavirus. À Rouen, une cagnotte en ligne pour aider les migrants et « laissés-pour-compte » « Si on arrête, il y aura une crise sociale » Mari-Carmen Lanchon ne comprend pas pourquoi les salariés et les bénévoles qui œuvrent auprès des plus démunis ne sont pas prioritaires, à l’instar des soignants, pour les protections. « Si on arrête, c’est une crise sociale qui va s’ajouter à la crise sanitaire. Il ne faut vraiment pas que cela arrive. Je parle pour la Banque alimentaire, mais aussi pour toutes les associations qui font du social. Nous devons être protégés. » Pour l’heure, des masques en tissu dépannent ceux qui constituent les colis alimentaires. « On a aussi eu un don de quatre litres de gel hydroalcoolique de la part du Département, mais ça ne suffira pas… Nos bénévoles tiennent encore, mais pour combien de temps ? Beaucoup s’interrogent sur ce manque de protection et c’est normal… » Lire aussi : Confinement. À Rouen, les boîtes à lire transformées en garde-manger pour les plus démunis Un appel aux dons est lancé Gants, masques, gel… Mari-Carment Lanchon lance donc un appel aux dons pour la Banque alimentaire et pour toutes les associations caritatives qui continuent d’aider les plus démunis pendant cette crise sanitaire.
>> Lire la suite

CREDIT AGRICOLE SA : LE CAC 40 BOUCLE DANS LA DOULEUR ....LES BANQUES DANS LA ... (Sat, 04 Apr 2020)
04 avr. 2020•14:21 Le CAC 40 boucle dans la douleur un sombre premier trimestre Le décrochage est bien plus fort encore que celui enregistré lors de la crise des dettes souveraines de la zone euro en 2011 ou après la faillite de Lehman Brothers en 2008. Par Hervé Rousseau Publié hier à 18:32, mis à jour hier à 20:44 Toutes les valeurs du CAC 40 ont terminé le premier trimestre dans le rouge. Toutes les valeurs du CAC 40 ont terminé le premier trimestre dans le rouge. 36054710/Thomas Pajot - stock.adobe.com Le tsunami du Covid-19 a déjà causé beaucoup de dégâts sur les marchés financiers. Au premier trimestre, le Dow Jones a chuté de plus de 23 %, du jamais-vu depuis plus de 30 ans. Le Standard & Poor's 500, l'indice de référence des gérants, a plongé de 20 %. En Europe, l'indice large Euro Stoxx 600 a chuté de 23 %. Le CAC 40 a, quant à lui, dégringolé de près de 27 %. C'est l'équivalent de 450 milliards d'euros de capitalisation boursière qui sont partis en fumée. Le décrochage est bien plus fort encore que celui enregistré lors de la crise des dettes souveraines de la zone euro en 2011 ou après la faillite de Lehman Brothers en 2008. À lire aussi : Six graphiques pour mesurer l'impact du Covid 19 sur l'économie mondiale Ce qui a surtout marqué les esprits est la rapidité de la chute. Entre le 19 février, où il avait grimpé à plus de 6100 points, et son plancher du 18 mars dernier à près de 3700, l'indice parisien a perdu près de 40 % de sa valeur en moins d'un mois. Les plans de relance massifs dégainés par les gouvernements et les banques centrales ont permis aux marchés de regagner du terrain fin mars. Mais les pertes restent considérables. Fait rarissime, toutes les valeurs du CAC 40 ont terminé le premier trimestre dans le rouge. La plus forte baisse revient au titre du groupe parapétrolier Technip, dont le cours a dégringolé de plus de 66 % en trois mois. Au plus fort de la tempête la valeur du groupe est tombée à près de 2 milliards d'euros et le titre a été sorti du CAC 40, le 23 mars. Les compagnies pétrolières, et plus encore les groupes de services à l'industrie pétrolière, qui sont placés tout au bout de la chaîne des investissements, ont considérablement souffert avec la dégringolade des cours du brut. Le baril de brent a en effet perdu près de 70 % de sa valeur au cours du premier trimestre, avant de connaître un spectaculaire redressement depuis deux jours. Lourd tribut Avec les avions cloués au sol, le secteur aéronautique paie également un très lourd tribut: Airbus a abandonné environ 60 % sur le trimestre et Safran plus de 50 %. L'automobile se trouve également en première ligne avec un marché pratiquement à l'arrêt dans de nombreux pays. Renault perd environ 60 % au premier trimestre et Peugeot un peu plus de 42 %. Les banques souffrent aussi considérablement avec des chutes de l'ordre de 50 % pour Société générale, Crédit agricole et BNP Paribas. Elles sont asphyxiées par les taux bas et portent le risque de crédit des entreprises. Le titre qui a le mieux résisté est Carrefour quasiment inchangé depuis le 1er janvier, dont les magasins restent ouverts. Les habituelles coqueluches de la cote comme Hermès (-9,6 % depuis le début de l'année), Air liquide (-8,7 %) et L'Oréal (-10,5 %) s'en sortent mieux que les autres. Beaucoup d'investisseurs anticipent que le point bas du marché sur le CAC 40 n'a pas été encore atteint. Christopher Dembik, chez Saxo Bank Le deuxième trimestre s'annonce délicat. Malgré les plans de relance, le coût économique du confinement s'annonce astronomique. Goldman Sachs, par exemple, table désormais sur une chute de 34 % en rythme annualisé du PIB des États-Unis. Alors que le pays était au plein-emploi, les analystes de la banque voient un taux de chômage de 15 % en milieu d'année. En Chine, où l'épidémie a frappé en premier, la croissance revient timidement. Mais la base de comparaison est exceptionnellement faible et la reprise bien fragile. «Beaucoup d'investisseurs anticipent que le point bas du marché sur le CAC 40 n'a pas été encore atteint et attendent une poursuite de la baisse vers les 3800 points, voire 3200 points», note Christopher Dembik, chez Saxo Bank. En Europe, les analystes tablent désormais sur une chute de près de 22 % des bénéfices du Stoxx 600 au deuxième trimestre et de plus de 15 %au troisième. Cette sinistrose n'a pas dissuadé un certain nombrede particuliers de revenir sur les marchés, persuadés que le pire est passé.   Signaler un abus
>> Lire la suite

Elan de solidarité à la Banque Alimentaire de Toulouse (Sat, 04 Apr 2020)
En cette période de confinement, les portes de l'entrepôt de la Banque Alimentaire de Toulouse, avenue de Fronton, sont plus que jamais ouvertes. L'association a deux vocations : lutter contre le gaspillage alimentaire et aider les personnes qui ne peuvent se nourrir correctement. En raison du confinement, de plus en plus de personnes sont éloignées de l'aide alimentaire. La Banque Alimentaire est en première ligne : les dons affluent et les volontaires sont nombreux à Toulouse. Depuis le début du confinement, un important réseau de partenaires est mobilisé, issus de la grande distribution et de l'agroalimentaire.  Selon la directrice de la Banque Alimentaire de Toulouse, Aurélie Racine, une véritable machine solidaire se met en marche : " A ce jour, nous sommes aidés par des gens de la restauration, des cantines collectives, des artisans, des commerçants... Nous avons également eu des dons d'industriels, avec des sandwichs, des plats cuisinés ou des pâtes. Nous avons même fait retraiter des denrées brutes d'un laboratoire de cuisine". Un dépôt réorganisé Beaucoup d'associations ne sont plus en mesure d'assurer la distribution de denrées. La Banque Alimentaire a donc changé son fonctionnement en se déplaçant directement auprès des bénéficiaires à l'aide d'un camion. Les bénévoles distribuent de la nourriture notamment aux personnes mises à l'abri dans les hôtels mais aussi aux personnes dans les squats et bidonvilles. Plus de 20 000 bénéficiaires sont livrés chaque semaine, avec une demande en constante augmentation. La directrice explique également que les équipes de bénévoles habituels ont été remplacées : "Nos bénévoles historiques ont pour la plupart plus de 70 ans. Ces personnes sont bien évidemment à la maison. Nous avons fait appel à la plateforme solidaire "Je veux aider" pour recruter de nouveaux volontaires". 50 personnes ont répondu à l'appel.  Un planning est mis en place pour éviter le surnombre de bénévoles en même temps dans le dépôt. Il y a des gants pour tout le monde et des masques en tissu ont été commandés. "Nous sommes très vigilants puisque les enjeux sont colossaux. Nous serions navrés de ne pas pouvoir continuer à assurer notre fonction", confie Aurélie Racine.  Une cagnotte en ligne Face à ces nouveaux achats et pour compenser les frais de déplacement, la Banque Alimentaire de Toulouse a mis en ligne une cagnotte. Plus de 4000 euros ont déjà été collectés. "Ce sont des conditions extraordinaires qui font ressortir le meilleur de chacun d'entre nous, par un élan de solidarité", conclue Aurélie Racine.
>> Lire la suite

Banque en ligne : 8min pour ouvrir un compte, 280€ de bonus à la clé (Sat, 04 Apr 2020)
Ouvrir un compte bancaire en ligne ne prend pas trop de temps, et la rémunération peut être grandiose. En ce moment, la banque en ligne se montre généreuse envers les français. Entre les Monabanq, Boursorama Banque et Orange Bank – vous avez de quoi être bien gâté. Tout le week-end, la prime cumulée s’élève à 280€ sur ces trois établissements. Alors que d’autres banques ont réduit un maximum leur présence en ligne (supprimant leur prime), c’est bien le moment d’en profiter. Monabanq : 120€ de prime, 4 (nouveaux) comptes Depuis toujours, Monabanq est l’une de nos banques en ligne préférées. Elle a construit un modèle bien à elle, et elle l’assume totalement : elle est accessible sans condition de revenus mais en contrepartie il faudra verser une cotisation de 2€ tous les mois (pour le compte Pratiq). Cela dit, si on la met à côté des 120€ de prime offerts  à l’ouverture, la cotisation n’est pas très significative. Visiter Monabanq Cette semaine, la banque en ligne du groupe Crédit Mutuel a annoncé quatre nouvelles offres : Pratiq, Pratiq+, Uniq et Uniq+. La première offre, Pratiq, est la plus accessible de toutes. Elle se rapproche des formules que l’on voit dans les néo-banques. Il s’agit d’un compte courant avec une carte bancaire (sans découvert). Mais contrairement aux néo-banques, Monabanq peut se targuer d’avoir non seulement un bonus de bienvenue – mais également une gamme de produits bancaires complètes (livret d’épargne, crédits, bourse…). En quelques minutes, vous ouvrez un compte et vous pouvez toucher jusqu’à 120€ de bonus. Seule spécificité chez Monabanq, il faudra montrer de l’activité tous les mois pendant 12 mois pour déclencher la prime maximale. La banque en ligne vous reverse un bonus de 10€ chaque mois pendant une année. C’est assez simple, et c’est toujours 120€ de pris. Boursorama, la pépite sans condition (et gratuite) Si vous n’avez vraiment pas envie de vous fouler, et toucher 80€ de bonus « facilement », Boursorama Banque est un excellent choix. La banque en ligne vous donne la possibilité d’obtenir une telle prime sans devoir justifier vos revenus, et entièrement gratuit. Si le compte par défaut Boursorama implique de justifier 1 000€ de revenus par mois, les comptes Welcome et Ultim sont dénudés de tout justificatif. Donc si vous les choisissez, c’est 80€ de bonus qui sont à vous. Il faudra bien penser à rentrer le code BRS80 pour valider son bonus. Visiter Boursorama Pour vous donner quand même quelques informations sur ces deux comptes, le compte Welcome est le petit frère du compte standard Boursorama. Il est gratuit et sans condition, mais il est en contrepartie plus restreint (plafonds de paiement et de retraits…). Cela dit, pour quelqu’un qui utilise son compte de manière ponctuelle (ou pour un petit budget), c’est une très bonne solution. Boursorama Banque est la « banque la moins chère » depuis 12 ans, ce n’est pas une surprise si elle est aujourd’hui la plus grande banque en ligne avec 2,1 millions de clients. Enfin, la deuxième formule qui permet d’avoir 80€ de prime est la carte Ultim. C’est une carte sans condition et gratuite qui rivalise en direct avec les néo-banques. Elle vous permet de régler tous vos achats à l’étranger sans frais (c’est pareil en France). Mais contrairement aux néo-banques qui se limitent à la carte de paiement, Boursorama Banque offre également un accès privilégié à sa gamme complète de produits bancaires. Orange Bank : 80€ de prime, zéro condition La dernière banque en ligne qui propose une vraie prime en ce moment est Orange Bank. La banque du groupe télécom est non seulement gratuite, mais elle est aussi sans condition. Autrement dit, vous pouvez obtenir un prime de 80€ de manière très simple. Attention toutefois, car seuls les clients Orange pourront obtenir l’intégralité de la prime. Les non-clients Orange devront se contenter de 50€. Mais encore une fois, étant donné qu’elle est sans condition et 100% gratuite, c’est un gain qui peut facilement être obtenu. Visiter Orange Bank Pour décrocher la première prime de 50€, il faudra réaliser au minimum 10 retraits (ou paiements) sur le premier mois suivant l’ouverture. C’est une formalité, et cela vous permet d’obtenir facilement un très joli bonus. Orange Bank a l’avantage de ne demander aucun justificatif de revenus, ce qui permet d’aller beaucoup plus vite. Orange Bank © Orange Bank La seconde prime de 30€ sera offerte à tous les clients qui sont déjà clients de l’opérateur télécom Orange. Cette prime de la banque en ligne n’est pas un versement en cash sur le compte comme la première, mais plutôt un remboursement d’une facture. Il faudra mettre un prélèvement en place (de sa facture mobile Orange) sur son compte Orange Bank pour que la première facture soit remboursée à hauteur de 30€. Si vous faites parti des 20 millions de clients mobiles de l’opérateur télécom, c’est une bonne façon de réduire ses factures. Pour découvrir cette promo spéciale Orange Bank, c’est ici : Visiter Orange Bank
>> Lire la suite

Économie française : une récession de grande ampleur se profile (Sat, 04 Apr 2020)
Selon une estimation de l'Insee, un confinement d'un mois aurait un impact de 3 points sur le PIB annuel. L'OFCE, lui, calcule la perte de 2,6 points. (© AFP) Selon une estimation de l'Insee, un confinement d'un mois aurait un impact de 3 points sur le PIB annuel. L'OFCE, lui, calcule la perte de 2,6 points. (© AFP) Avec deux mois de confinement, l'activité économique pourrait chuter de plus de 5%. La contraction du PIB sur quelques mois pourrait être la pire enregistrée par l'économie française depuis les événements de mai 1968. Les cartes bleues se refroidissent peu à peu, mais les calculettes n'ont jamais autant chauffé. Avec la crise sanitaire liée au coronavirus et la période de confinement qui va de pair, la question n'est plus de savoir si l'économie française va basculer en récession, mais de quelle ampleur sera la contraction de l'activité. Une première esquisse avait été donnée dans le budget rectificatif pour 2020, adopté le 20 mars dernier. L'hypothèse retenue alors par Bercy était une baisse de 1% du produit intérieur brut (PIB), à comparer à une croissance de 1,3% prévue dans la loi de finances initiale. Par contrecoup, le déficit public devait grimper à 3,9% du PIB, contre une prévision initiale de 2,2%. En dépit de cette révision drastique (2,3 points d'écart de croissance), le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, va devoir de nouveau revoir sa copie, tant ces prévisions paraissent aujourd'hui éloignées de la réalité. Perte d'activité de 35% Dans un exercice inédit, l'Insee a livré une première estimation, «qui peut paraître dérisoire quand la préoccupation première est d'éviter une catastrophe sanitaire», comme l'a précisé son directeur général. La perte d'activité liée à la crise sanitaire en cours, par rapport à une situation normale, s'élèverait à 35% (chiffre identique pour la consommation des ménages). Certes, l'impact est très Lire la suite sur LeRevenu.com
>> Lire la suite

Coronavirus : l'appel de la Banque alimentaire du Vaucluse porte ses fruits (Sat, 04 Apr 2020)
La demande aux acteurs des filières et à leurs organisations professionnelles de dons exceptionnels continue à porter ses fruits. L'appel aux dons de la Banque alimentaire a reçu un écho favorable au lycée professionnel de l'Eguille à Vedène qui a offert 80 kg de légumes, au MIN de Cavaillon (136 colis d'endives vertes), à la SNCF courtine (408 repas complets), au Département de Vaucluse (5000 euros/semaine de confinement pour l'achat de produits agricoles locaux). En revanche, la ramasse diminue drastiquement de jour en jour, constate encore la présidente de l'association, Annie Paly. "Je crains de ne plus rien avoir à distribuer à notre réseau et je maintiens notre demande auprès des grandes surfaces. Donnez-nous des produits frais, des fruits, des légumes, des brioches et des plats cuisinés", alerte la présidente. "L'alimentation de 31000 Vauclusiens dépend de notre action quotidienne". Suivez toutes nos informations en direct
>> Lire la suite

ECO économie sur les réseaux sociaux

 

 

 

sur Twitter


ECO économie communiqués de presse