planète communication actualité communication
COM
COM
COM
COM
nos éditions nos flux rss
Apple inquiète à nouveau les publicitaires (ven., 03 juil. 2020)
Publié le 3 juil. 2020 à 17h19Mis à jour le 3 juil. 2020 à 17h27 Les relations entre Apple et les professionnels de la publicité en ligne tournent au vinaigre, une fois de plus. Fin 2017 déjà, le géant californien avait donné un coup de pied dans la fourmilière de l'Adtech en bridant le tracking publicitaire dans Safari , son navigateur Internet. Editeurs, annonceurs, intermédiaires techniques… tous avaient pesté en vain. Trois ans plus tard, l'histoire se répète, mais dans l'univers des applications mobiles. La logique est la même, à ceci près que ce ne sont pas des cookies mais des identifiants publicitaires (l'IDFA pour les appareils Apple) qui y sont utilisés.
>> Lire la suite

Vie privée : pourquoi Apple met encore en colère le marché de la publicité avec iOS 14 (Fri, 03 Jul 2020)
Les publicitaires ne veulent pas qu'Apple force les applications mobiles à vous demander votre consentement pour le pistage marketing. Ces changements, prévus avec iOS 14, ont conduit le secteur à écrire une lettre ouverte à Tim Cook, le PDG de l'entreprise américaine. On l’a vu avec Criteo en 2017, lorsque son cours boursier s’était effondré : quand Apple se décide à réguler plus fermement le pistage des internautes, le marché de la publicité le sent passer. Et justement, les professionnels du marketing s’alarment de la nouvelle initiative du géant de l’électronique grand public. À tel point que plusieurs d’entre eux se sont regroupés pour adresser un courrier à Apple. Le fond du problème concerne l’IDFA (« IDentifier For Advertisers »), un identifiant aléatoire qu’Apple attribue à l’appareil d’un utilisateur. C’est avec lui que les annonceurs peuvent servir de la publicité ciblée à un client utilisant un iPhone ou un iPad, mais sans savoir de qui il s’agit vraiment ni impliquer de données personnelles. Un outil déjà plutôt sécurisé en l’état. Or, Apple a pris la décision de modifier l’accès à cet IDFA, en le conditionnant au consentement individuel. Dans un courrier adressé le 2 juillet 2020 à Tim Cook, le patron d’Apple, la coalition des publicitaires se félicite certes du maintien de l’IDFA, mais déplore les contraintes nouvelles décidées par la firme de Cupertino. En particulier, les représentants du secteur plaident pour une réunion avec des représentants du groupe californien en juillet pour discuter directement de ce sujet, entre autres choses. Ce n’est pas le changement qu’Apple a mis le plus en avant lors de la présentation d’iOS 14, dont la sortie est attendue pour septembre 2020, mais il est l’une évolution qui aura l’un des plus gros impacts — du moins, en coulisses. Seize associations du milieu publicitaire ont signé cette missive commune, dont les éditeurs de contenus et de services en ligne (Geste), les branches européennes et françaises d’IAB, le conseil des éditeurs européens (EPC), le syndicat des régies Internet (SRI) ou encore la Mobile Marketing Association France (MMAF). Cette coalition réunit certaines des principales structures de la publicité en Europe. L’IDFA est un outil qui, par le passé, a montré qu’il pouvait être détourné à d’autres fins. Dans l’affaire Teemo, il a été montré que cet identifiant peut servir à retracer certains déplacements passés d’un particulier, en utilisant par ailleurs des données de localisation récupérées par le truchement de dizaines d’applications partenaires de la startup. Un marché de centaines de millions d’iPhone en jeu Du point de vue des annonceurs, l’inquiétude se justifie : même si Apple ne pèse que près de 20 % du marché des smartphones dans le monde, il y a quand même près de 900 millions d’iPhone en activité, selon des statistiques livrées par Apple début 2019. Ce sont donc des centaines de millions de clients qui risquent de leur échapper en partie et, donc, de sabrer leurs revenus. D’où l’appel, dans la lettre conjointe, à des garanties sur la neutralité des terminaux, d’iOS et de l’App Store au regard de la place particulière qu’occupe Apple — ce qui, traduit dans des termes courants, est une invitation évidente à ne pas prendre de décision à l’emporte-pièce et de bien considérer l’impact économique. Et d’en appeler à une meilleure prévisibilité sur la politique sur la vie privée. Les publicitaires font d’ailleurs observer qu’Apple ne semble pas appliquer cette règle du futur recueil du consentement à son propre outil publicitaire, Search Ads, ce qui ouvre des problèmes d’abus de position dominante et d’égalité concurrentielle. Les opportunités de l’écosystème marketing « pourraient être sévèrement restreintes », écrivent les signataires, tandis qu’Apple pourrait vivre sa vie sans souci. « Des conséquences fortes et négatives sur l’expérience globale de l’utilisateur mobile » Par ailleurs, les publicitaires réclament, à défaut d’un retrait de la nouvelle politique de recueil du consentement au sujet de l’IDFA, de pouvoir personnaliser et maîtriser la pop-up qui sera présentée aux mobinautes. Et, donc, de pouvoir présenter les bénéfices qu’il y aurait, selon le secteur, à accepter la collecte de cet IDFA, pour une meilleure expérience marketing. La lettre poursuit en arguant d’une part que la pop-up voulue par Apple ne répond pas aux exigences du RGPD sur la collecte du consentement pour les publicités personnalisées. D’autre part, les signataires jugent qu’elle doublonne avec une autre fenêtre de validation utilisée par les annonceurs sur ce sujet, et que ce sera un désastre pour l’expérience utilisateur. Le parc des iPhone qui seront concernés par les nouvelles règles est potentiellement très vaste, puisque iOS 14 sera compatible avec quinze modèles différents. // Source : Apple « Une partie des informations demandées par Apple [via la pop-up IDFA, ndlr] se trouve également dans les plateformes de gestion du consentement qui sont déjà largement utilisées dans le monde des applications [en Europe]. Elles sont donc redondantes au mieux dans le contexte de l’Union européenne et auront des conséquences fortes et négatives sur l’expérience globale de l’utilisateur mobile avec des présentations répétitives, mais non interopérables aux utilisateurs et la collecte du même consentement », arguent-ils. Étant donnée la trajectoire prise par Apple depuis quelques années sur le terrain de la vie privée et de la confidentialité et la sécurité des données, la récente initiative lancée par les publicitaires risque de s’apparenter à un prêche dans le désert. En début d’année, la firme de Cupertino avait encore fait la démonstration de sa détermination, en annonçant le blocage par défaut de tous les cookies tiers. En réalité, la prévisibilité de la politique d’Apple sur la vie privée est là : elle est de plus en plus contrariante pour les annonceurs tiers. Et les clients plébiscitent ces changements. Partager sur les réseaux sociaux
>> Lire la suite

Marché Publicité extérieure spectaculaire mondial 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la ... (Fri, 03 Jul 2020)
Le Rapport de recherche sur le marché Publicité extérieure spectaculaire mondial offre des informations importantes concernant le marché Publicité extérieure spectaculaire dans le contexte actuel. De plus, le Rapport comprend les perspectives d’avenir du marché Publicité extérieure spectaculaire en analysant les différents éléments du marché, y compris les tendances actuelles, les opportunités, les contraintes et les moteurs du marché. Dans le Rapport la section qui examine le COVID-19 offre des informations pratiques sur les effets de la pandémie mondiale qui sont à disposition. L’enquête présentée offre en outre des informations sur les techniques de congruence du secteur et de la chaîne d’approvisionnement, qui vont probablement aider les partenaires à long terme. « Le marché Publicité extérieure spectaculaire mondial croît à un TCAC élevé au cours de la période de prévision 2020-2026. L’intérêt croissant des particuliers pour cette industrie est la principale raison de l’expansion de ce marché. Selon le Rapport, le marché Publicité extérieure spectaculaire devrait croître à un TCAC de xx % au cours de la période de prévision (2019-2027) et dépasser une valeur de XX USD d’ici la fin de 2027. » Les principaux acteurs présentés dans ce Rapport comprennent: Clear Channel Outdoor JCDecaux Group Lamar Advertising Outfront Media Stroer Adams Outdoor Advertising AdSpace Networks AirMedia APG|SGA APN Outdoor Burkhart Advertising Captivate Network Daktronics DDI Signs Euromedia Group Eye Airports Focus Media Group Fairway Outdoor Advertising IZ-ON Media Primedia Outdoor Van Wagner Group Zoom Media Obtenez un exemplaire PDF gratuit (comprenant la table des matières complète, les tableaux et les graphiques) de: Le Marché Publicité extérieure spectaculaire @ https://www.apexmarketsresearch.com/report/global-spectacular-outdoor-advertising-market-by-product-type-641080/#sample Au moment où un client fait l’expérience du Rapport de recherche sur le marché Publicité extérieure spectaculaire, à ce moment-là, il découvre les données détaillées et authentiques par rapport au marché. Le rapport couvre les différents objectifs importants qui sont utiles pour comprendre le marché mondial de Publicité extérieure spectaculaire, par exemple, les principaux moteurs du développement de vitrines, les différentes composantes qui ont un effet négatif sur le développement de la publicité, les modèles de marché actuels, la révision de la publicité et, en outre, les prévisions du marché pour les années à venir. Évaluation du canal d’approvisionnement en diffusion : Le Rapport examine attentivement les divers canaux de diffusion adoptés par les acteurs de la publicité dans la vitrine mondiale du marché Publicité extérieure spectaculaire, ainsi que l’examen de l’attrait du marché de chaque canal de diffusion. L’effet de la pandémie de COVID-19 sur les affectations distinctes de crédits est contenu dans le rapport. Marché Publicité extérieure spectaculaire mondial par région : Amérique du Nord (États-Unis, Canada, Mexique) Europe (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Russie, Espagne, etc.) Asie-Pacifique (Chine, Inde, Japon, Asie du Sud-Est, etc.) Amérique du Sud: (Brésil, Argentine, etc.) Moyen-Orient et Afrique (Arabie saoudite, Afrique du Sud, etc.) Points clés du rapport sur le marché Publicité extérieure spectaculaire : Informations détaillées relatives au marché parent Identifier le principal facteur d’influence lié au marché Publicité extérieure spectaculaire: moteurs, contraintes et opportunités. Analyse approfondie du marché Publicité extérieure spectaculaire Les canaux de marketing et de diffusion les plus efficaces reçus par les acteurs publicitaires. Les possibilités de développement de différentes parties du marché après la pandémie de COVID-19. Modèles affectant les éléments actuels du marché Publicité extérieure spectaculaire. Avancée technologique innovante et avancée sur le marché Publicité extérieure spectaculaire. Segmentation globale du marché Publicité extérieure spectaculaire par type : Physical Spectacular Outdoor Advertising Digital Spectacular Outdoor Advertising Segmentation globale du marché Publicité extérieure spectaculaire par applications : Commercial Sector Municipal Public Organization Other Renseignez-vous ici pour demander un Rapport, une remise et une personnalisation du Rapport: https://www.apexmarketsresearch.com/report/global-spectacular-outdoor-advertising-market-by-product-type-641080/#inquiry En outre, le Rapport sur le marché Publicité extérieure spectaculaire contient les informations importantes relatives au taux de croissance, aux principaux acteurs du marché parent, au développement de produits, etc. Le Rapport considère les valeurs passées et présentes sur le marché, prédisant les valeurs prévisionnelles du marché Publicité extérieure spectaculaire. Parallèlement à cela, le Rapport a sélectionné l’analyse SWOT appropriée qui guide les différentes opportunités et le champ de croissance du marché Publicité extérieure spectaculaire. Pour conclure, avec l’étude du Rapport mondial sur le marché Publicité extérieure spectaculaire, le client obtient des données confirmées point par point sur l’entreprise. Le Rapport couvre les différents objectifs importants qui sont utiles pour comprendre le marché mondial de Publicité extérieure spectaculaire, par exemple, les principaux moteurs du développement de vitrines, les différentes composantes qui ont un effet négatif sur le développement de la publicité, les modèles de marché actuels, la révision de la publicité et, en outre, les prévisions du marché pour les années à venir sur une très longue période jusqu’en 2027.
>> Lire la suite

Prévisions du marché des services de marketing pédagogique 2020-26: marketing pédagogique ... (Fri, 03 Jul 2020)
Rapports des prévisionnistes du marché des services de marketing pédagogique 2020 Le dernier rapport de recherche prévisionnelle sur le marché mondial des services de marketing éducatif présente un de brèves perspectives liées au rapport des fabricants différenciés axés sur l’industrie sont 2020-2026: Marketing éducatif, Solutions de marketing d’inscription, Sprint Media. Il met également en lumière un ensemble de composants substantiels, notamment la part de marché des services de marketing de l’éducation, la croissance des progrès, le résumé du marché des services de marketing de l’éducation, les principales offres statistiques, l’élaboration de nouvelles politiques, la technologie actuelle du secteur des services de marketing de l’éducation, les principales entreprises et bien plus encore. Le document d’étude sur le marché mondial des services de marketing éducatif démontre le statut environnemental concurrentiel actuel et intègre également l’enquête à venir pour la période prévue entre 2020-26. Le rapport sur les services de marketing pédagogique serait un résumé complet du marché international. En outre, le rapport sur le marché mondial des services de marketing éducatif examine toutes les conditions importantes pour saisir la croissance industrielle attendue. De plus, le rapport Education Marketing Services fournit les informations nécessaires liées à chaque facette qui est responsable de la génération de décisions tactiques et, pendant ce temps, met en œuvre le cadre axé sur les affaires dans l’industrie universelle. Cette étude de marché des services de marketing de l’éducation fournit une segmentation détaillée du marché mondial des services de marketing de l’éducation en ce qui concerne les conditions industrielles récentes, les applications, les types d’articles et les zones topologiques, y compris l’Europe, le marché des services de marketing de l’éducation aux États-Unis, l’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Afrique. Obtenez un exemple gratuit de rapport PDF sur le rapport sur le marché des services de marketing éducatif: https: // futuremarketreports .com / report / global-education-marketing-services-market-44354 # request-sample Le rapport sur le marché mondial des services de marketing de l’éducation présente une évaluation approfondie des profils d’entreprise, de la taille du marché des services de marketing de l’éducation, des parts de revenus, des principaux acteurs de l’industrie, de l’inspection des produits et des coordonnées des services de marketing de l’éducation. En outre, les matières premières en amont, l’analyse des équipements, l’analyse de la chaîne industrielle, l’enquête sur la demande en aval et plusieurs autres terminologies industrielles sont largement administrées dans le rapport sur le marché mondial des services de marketing éducatif. Le rapport d’étude de marché sur les services de marketing pédagogique comprend les principaux fabricants: Marketing de l’éducation agile Marketing éducatif Solutions de marketing d’inscription Sprint Media Focus Marketing Marketing de l’enseignement supérieur Éducation Keypath … Rapport d’étude de marché sur les services de marketing pédagogique par type de segment: Modes en ligne Modes hors ligne Rapport d’étude de marché sur les services de marketing pédagogique par application sectorielle: Les établissements d’enseignement Entreprises ed-tech Principales raisons d’acheter le rapport sur le marché mondial des services de marketing éducatif: • Le rapport sur le marché mondial des services de marketing éducatif est chargé de fournir une évaluation significative de la dynamique concurrentielle en constante évolution. • Il offre des perspectives révolutionnaires conformément à divers autres éléments qui stimulent ou freinent la croissance du marché des services de marketing pédagogique. • Le rapport sur le marché mondial des services de marketing éducatif propose également des détails sur une prévision sur six ans afin de montrer comment le marché des services de marketing éducatif devrait gagner dans le monde. • Ce rapport assure une meilleure compréhension de la ségrégation des produits et de leur croissance futuriste. • Les services de marketing pédagogique fournissent une évaluation complète de la finalisation des stratégies de compétition qui permettent aux joueurs de devancer les autres concurrents. • Il leur permet de prendre des décisions informatives axées sur les affaires en rassemblant de brèves informations sur le marché mondial des services de marketing éducatif en enquêtant sur une évaluation détaillée des segments marketing. Parcourir le rapport complet du marché des services de marketing pédagogique https://futuremarketreports.com/report/ global-education -marketing-services-market-44354 Le rapport sur le marché mondial des services de marketing éducatif est déterminé à être une ressource puissante pour obtenir des statistiques pertinentes sur les entreprises spécifiques. En outre, il fournit un ensemble d’aspects importants tels que les données fiscales essentielles, les défis, les limites, la demande de services de marketing pédagogique ainsi que le ratio d’approvisionnement, l’amélioration industrielle, etc. Le marché mondial des services de marketing de l’éducation intègre la faisabilité stratégique de l’industrie des services de marketing de l’éducation, l’analyse SWOT, le volume des revenus et d’autres statistiques vitales. Tags
>> Lire la suite

Une publicité pour un vélo électrique interdite en France car elle suscite un « climat anxiogène » (Fri, 03 Jul 2020)
L’annonce est accusée d’avoir tenté de « discréditer » l’industrie automobile en la reliant au changement climatique La première publicité télévisée de VanMoof, une marque néerlandaise de vélos à assistance électrique (VAE), a été interdite en France pour sa représentation négative du trafic automobile et de la pollution générée par ce dernier. L’annonce a été rejetée par l’ARPP, l’autorité française de régulation de la publicité, car elle « discrédite le secteur automobile […] tout en créant un climat anxiogène ». La publicité destinée à la télévision et au Web, présente des scènes d’embouteillages, d’accidents de la route et de pollution liée aux gaz d’échappement des voitures, reflétées sur la carrosserie d’une voiture de sport qui finit par fondre, laissant la place au nouveau VAE de VanMoof. « L’alternative aux routes bloquées et aux métros encombrés », lit-on dans le texte. « Il est temps de chevaucher l’avenir. » Une véritable action de communication pour la marque Mais c’était trop pour l’ARPP. Dans une lettre à VanMoof, l’agence de régulation a accusé la marque hollandaise de jeter injustement une image négative sur l’industrie automobile. L’ARPP a déclaré que la publicité violait également les codes de la publicité du marketing, qui interdisent l’exploitation des sentiments de « peur ou de souffrance ». VanMoof a été invité à modifier son spot publicitaire avant de le soumettre de nouveau. Naturellement, VanMoof cherche à transformer cette décision en une action de communication, mais aussi en mettant en avant son approche non conventionnelle de la publicité. La société a publié le 30 juin un article de blog vantant la détermination de l’ARPP. « Nous avons toujours été conscients que cette publicité n’est pas une publicité habituelle pour les vélos », a déclaré Taco Carlier, co-fondateur de VanMoof. « C’est vraiment un appel à l’action, une chance de laisser le passé derrière nous et de faire de réels progrès qui profitent à tous. Remettre en question le statu quo sera toujours conflictuel, mais c’était notre objectif depuis le début. » L’ARPP accusée pour son manque de neutralité De son côté, l’ARPP a été dénoncée pour manque de neutralité par des ONG telles que Greenpeace et Médecins du Monde. Mais l’ARPP a défendu sa décision. « C’est un grand classique d’attaquer l’indépendance que nous avons, et d’essayer d’obtenir de l’espace et une couverture médiatique gratuite en criant à la censure », a déclaré à Radio France Stéphane Martin, directeur général de l’ARPP. La prise de partie pour l’automobile semble étonnante, en particulier en France où les efforts pour promouvoir des modes de transport plus durables se sont généralisés. La maire de Paris, Anne Hidalgo, récemment réélue en partie grâce à son programme qui vise à diminuer la place de la voiture en ville et à promouvoir le vélo et la marche. Cependant, l’industrie automobile française est en grande difficulté, avec des ventes en chute en raison de la pandémie liée au coronavirus et du déclin économique généralisé qui en découle. Le gouvernement a récemment présenté un plan de 8 milliards d’euros pour renflouer le secteur automobile. Le boom du VAE Pendant ce temps, les ventes de vélos ont augmenté de manière exponentielle. Les constructeurs de vélos électriques, en particulier, enregistrent des ventes record. VanMoof fait de la vente directe aux consommateurs, ce qui signifie qu’elle contourne les magasins de vélos traditionnels pour vendre ses vélos en ligne et via ses propres magasins de marque. En mai, la société a déclaré que ses ventes au premier trimestre avaient augmenté de façon spectaculaire par rapport à la même période de l’année dernière, des chiffres à donner le tournis : en Allemagne (+226%), au Royaume-Uni (+184%), aux Pays-Bas (+140 %), aux États-Unis (+138 %) et en France (+92 %). La croissance des ventes a été au moins partiellement expliquée par le lancement de ses nouveaux VAE en avril, près de 1500 euros moins chers que les modèles précédents.
>> Lire la suite

Malawi: le président dissout les conseils d'administration du radiodiffuseur public et du régulateur ... (Fri, 03 Jul 2020)
(Agence Ecofin) - Au Malawi, le gouvernement a dissout les conseils d’administration du radiodiffuseur public et du régulateur de la communication. Les 2 institutions paient notamment pour les affaires de corruption les ayant touchées, alors que le président Lazarus Chakwera a déclaré la guerre à cette pratique. Au Malawi, le président Lazarus Chakwera (photo)  a annoncé la dissolution immédiate du conseil d'administration de la Malawi Broadcasting Corporation (MBC) et de celui de la Malawi Communications Regulatory Authority (MACRA). D’après un communiqué de son cabinet, « la dissolution permettra de prendre des mesures pour s'assurer que les institutions auront désormais les moyens de traiter les anomalies et les mauvaises pratiques en leur sein ». Il faut rappeler que la MACRA et la MBC ont fait l'objet d'allégations de corruption du fait de certains de leurs fonctionnaires. Récemment, le scandale du patron de la MACRA Godfrey Itaye, qui a refusé de quitter son poste après avoir été licencié, a achevé de jeter le discrédit sur l’institution. La MBC, de son côté, paie pour les plaintes dénonçant la diffusion de contenu obscène et désobligeant à l'encontre de personnalités durant la récente campagne pour les élections présidentielles. Il faut rappeler que le nouveau président, investi la semaine dernière, est un religieux qui a déclaré une véritable guerre à la corruption. Servan Ahougnon
>> Lire la suite

La Fédération Française de Football Américain muscle sa communication avec l'agence Com'Over (Fri, 03 Jul 2020)
Cette semaine, l’agence Com’Over a annoncé la signature d’un contrat avec la Fédération Française de Football Américain (FFFA) pour la saison 2020/2021. Dans le cadre de cet accord, Com’Over accompagnera la FFFA sur sa stratégie de communication pour la promotion des pratiques du football américain, du cheerleading et du flag (pratique sans contact du football américain). L’agence interviendra sur la relation avec les médias, l’influence, des opérations de relations publiques et un accompagnement communication auprès des clubs. Les deux partenaires tenteront ainsi de surfer sur la culture street pour dynamiser la communication avec l’ambition à terme de trouver de nouveaux partenaires et d’organiser des évènements. « Com’Over, qui travaille depuis des années avec la NBA en France, a tout de suite compris les enjeux liés à la promotion de nos disciplines à l’accent américain » « Nos disciplines regorgent d’opportunités et il est important pour nous de raconter l’histoire et la culture de ces sports et de les faire découvrir à un plus grand nombre en France » précise Brigitte Schleifer, présidente de la FFFA, dans un communiqué. « Com’Over, qui travaille depuis des années avec la NBA en France, a tout de suite compris les enjeux liés à la promotion de nos disciplines à l’accent américain. Ce choix de muscler notre communication s’inscrit dans notre volonté d’expansion et de renouveau afin de toucher un public sensible à la culture liée à nos sports, soutenir les actions sportives et associatives de nos clubs et d’offrir la visibilité que méritent nos championnats ». » La FFFA et Com’Over pourront notamment s’appuyer sur la plateforme « French Gridirion » dédiée à l’univers du football américain lancée en janvier dernier par la Fédération. [embedded content]
>> Lire la suite

Les gains de budget de la semaine (Fri, 03 Jul 2020)
Les gains de budget de la semaine Chaque vendredi, découvrez notre récap' des compétitions et des appels d'offre remportés par les agences, les régies publicitaires et les prestataires du marketing. Je m'abonne ADventori a été choisie pour accompagner le déploiement des stratégies digitales display d'acquisition et de retargeting de Canal+. ADventori aura 4 missions principales : accompagner la marque, ses équipes internes et partenaires externes, intégrer et normaliser les flux de données internes et externes, rationaliser et automatiser la production des assets digitaux et enfin organiser la livraison des campagnes dynamiques sur toutes les lignes du plan média. L'agence Citigate Dewe Rogerson/Grayling remportent le concours "Meilleurs Espoirs Français des Relations Publics", grâce à Agathe Boggio et Quentin Dussart, organisé pour la sixième année consécutive par le Syndicat du Conseil en Relations Publics, avec le soutien de ses partenaires. CNX France, la cellule créative de Condé Nast France, multiplie ses collaborations avec l'univers de l'art de vivre en remportant l'appel d'offres de la CFOC. ECSELIS, agence spécialisée en performance marketing du Groupe HAVAS, a été retenue par Petit Bateau pour accompagner les six e-shops de la marque dans l'optimisation de la performance et l'acquisition. Col&MacArthur, maison d'horlogerie belge commercialisée exclusivement en ligne, choisit M6 pour une campagne exclusive drive-to-we. Le fabricant de smartphone OPPO a choisi RE-MIND PHD pour son développement en France. L'agence d'Omnicom Media Group sera en charge de l'ensemble de la stratégie média de la marque et aura pour mission de l'accompagner dans son accélération. Wavemaker révèle avoir été choisi par le développeur de jeux vidéo américain Bungie pour s'occuper de ses achats et de sa planification média sur des marchés clés, notamment l'Amérique du Nord, l'Europe et l'APAC, y compris la France. Je m'abonne
>> Lire la suite

Les marques sont-elles adaptées au 21ème siècle ? (Fri, 03 Jul 2020)
Que retenir de la 1ère édition du baromètre Contributing W – CSA ? Que souhaitent les consommateurs ? Ont-ils vraiment changé ? Quelles seront les répercussions de la crise du Covid-19 pour les entreprises ? Et surtout, que peuvent-elles faire pour rester dans nos imaginaires, demain ? Dans la dernière édition du Journal du Dimanche, qui faisait bien sûr la part belle à l’affaire des « écoutes » et aux élections municipales, figurait, dans la rubrique « Opinions & controverses », une tribune de 76 entrepreneurs sur l’urgence climatique. « Renouveler et remplacer le parc automobile thermique, rénover le parc de bâtiments, réformer et améliorer notre chaîne de production alimentaire, transformer notre appareil productif, nos usines et nos savoir-faire, aménager le pays autour des notions de proximité et de solidarité… Voilà de quoi contribuer à l’activité du pays, et répondre aux impératifs de santé et de qualité de vie sur le long terme », ont clamé ces dirigeants voulant ainsi soutenir les propositions de la fameuse Convention citoyenne pour le climat. « Contribuer », un verbe qui s’est retrouvé au cœur de la conférence sur la 1ère édition du baromètre Contributing* de l’Agence W et qui a réuni Denis Gancel, président Fondateur de l’Agence W, Yves Del Frate, président de l’Institut CSA, Johanne Casagrande, Directrice Générale Branding Stratégie et Innovation de l’Agence W, Mathias Vicherat, Secrétaire Général du Groupe Danone, Dominique Wood, Directrice Executive Communication du Groupe Carrefour,  Erwan Soquet, Leader Communication France de Decathlon et Thierry Blandinières, Directeur général d’InVivo. Le consommateur veut (plus que jamais) changer le monde Ce qui bouleverse les marques aujourd’hui, c’est bien la posture et les attentes du consommateur qui ont radicalement changé. Selon la toute première édition du baromètre Contributing de l’Agence W, 56 % des Français pensent que ce sont les consommateurs qui sont les plus à même de changer la société aujourd’hui, et cela (dans l’ordre) devant le gouvernement, les PME et les grandes entreprises. Et les Français ont aussi une idée précise de ce qu’il faudrait faire pour que la société corresponde davantage à leur « France idéale ». Ils sont en effet 49% à considérer que cette dernière doit être plus juste, avec moins d’écarts de revenus entre les riches et les pauvres. Pour 35% d’entre eux, une France idéale, c’est une France plus citoyenne avec des Français et des entreprises qui contribuent davantage à améliorer la société. Et pour 34% des Français, toujours selon l’étude, une France idéale, c’est un pays avec une politique environnementale plus efficace. Justice sociale, citoyenneté, efforts dans la lutte pour le climat… les consommateurs français « sont de plus en plus exigeants  en matière de consommation et aux côtés des préoccupations sur leur pouvoir d’achat émerge la prise de conscience du pouvoir de leur acte d’achat », résume Yves Del Frate. La Covid-19, un accélérateur d’engagements pour les entreprises Ainsi, face à de nouvelles injonctions de transparence et de contribution, comment les marques font-elles ? Et surtout, la Covid-19 a-t-elle fait office d’accélératrice des feuilles de route des entreprises dans leur transformation durable ? « Il n’y a rien dans cette crise qui met en cause les engagements qu’on a pu prendre et le mouvement de transformation dans lequel on est engagé. Le développement du e-commerce, le développement des magasins de proximité, le développement de la bio et des produits français, tout ça va rester » témoigne Dominique Wood. Chez Danone, la crise a conforté les intuitions du groupe qui a inscrit sa raison d’être il y a déjà 15 ans : « Le fait de devenir société à mission est une continuité. Notre PDG, Emmanuel Faber a eu l’intuition que cette crise entrainerait des attentes encore supplémentaires par rapport à l’impact social et environnemental des entreprises. Et pour parachever cette histoire d’impact social et environnemental de Danone qui date de plus de 50 ans, le marquer dans les statuts et le formaliser à travers le vote de l’Assemblée générale paraissait important », explique Mathias Vicherat. Le contributing, le marketing en mieux ? Qu’entendre par « contributing » ? « C’est plus qu’une nouvelle définition du marketing, c’est un autre mot pour essayer de dire quelque chose en plus. Oui, on va être dans un monde au régime et tout le défi va être de dire, dans ce monde au régime, comment inventer le nouvel art de la marque ? Et le marketing est totalement inadapté, il faut qu’il mute », explique Denis Gancel. Et il poursuit : « Cette notion de contributing est fragile mais elle ne dit pas qu’on va changer le monde, elle dit qu’on va y contribuer.  Ce que cette étude révèle, c’est que c’est maintenant que ça se joue, il y a un momentum. Pas simplement parce que c’est l’après Covid, il y a un rendez-vous pour les marques, il y a la notion de maintenant et de lâcher prise. Pendant la grande époque du marketing, les marques ont été dans la maîtrise. Il en va tout autrement aujourd’hui, on le sait. On entre dans un moment où la marque ne doit pas récupérer le pouvoir par la data. Moi, je m’oppose à ça, la vraie voie des marques, c’est précisément le contraire. C’est l’écoute, un lâcher prise et un rendez-vous. » Souveraineté, traçabilité, compétitivité… les 12 travaux des marques Mais comment être au rendez-vous de l’Histoire, s’engager et contribuer à un avenir meilleur dans une perspective de resserrement économique intense ? Comment répondre à ces désirs de mieux pour des clients qui, pour beaucoup, vont avoir moins ? « Concilier développement durable et accessibilité économique, je ne le vois pas comme une contradiction, il s’agit bien d’équilibrer ces aspirations et ces contraintes. Pour nous, c’est un super terrain d’innovation puisqu'au-delà d’être un retailer, Décathlon est un concepteur d’offres, de produits mais aussi des services et des expériences client. Pour donner un exemple, nous travaillons pour la randonnée sur un réchaud qui n’aurait plus besoin de capsules de gaz mais qui utiliserait les déchets générés lors de son trek. Cela fait partie de produits qui à la fois respectent nos terrains de jeux et permettent de faire des économies dans l'usage », répond Erwan Soquet. Et pour le secteur de l’agriculture, qui a révélé sa difficulté à proposer aux consommateurs des produits Made in France à prix compétitifs, l’équation se pose évidemment. Quitte à prendre une 3ème voie ? « La 3ème voie, c’est réinventer cette agriculture conventionnelle pour accompagner les attentes des consommateurs aujourd’hui. Ça devient possible par ce qu’on appelle chez nous l’agriculture de précision. Grâce aux nouvelles technologies et au digital qui nous permettent d’avoir des pratiques différentes et de mieux qualifier l’acte de l’agriculteur par rapport à tel ou tel cahier des charges. Ça renvoie à la transparence et à la traçabilité demandée par les consommateurs et d’ajouter des éléments de valorisation autour d’une politique RSE », développe Thierry Blandinières, Directeur général d’InVivo. En matière de contributing pour les marques, Johanne Casagrande a de fortes convictions. Pour elle, la marque reste le meilleur ambassadeur de l’entreprise : « la marque va rester le facteur de différentiation, non seulement pour le consommateur mais aussi pour le citoyen. Aujourd’hui on est dans une symétrie des attentions entre ce qui se passe en interne et ce qui se passe en externe et c’est la marque qui devient l’agent différenciant ». Passer aux actions, cela engage. Aux entreprises de rester humbles en prouvant leur utilité et leur action ! Aussi, les marques doivent maîtriser le temps long et l’immédiateté, de façon à réagir vite en cas de nécessité et cela tout en poursuivant ses objectifs de long terme. Et attention à ne pas confondre contributing et militantisme ! Chaque marque doit adopter son rythme, son ton et avoir ses propres enjeux ! Les conditions sine qua non pour s'adapter au 21ème siècle ? *Méthodologie : Etude CSA pour W réalisée en ligne du 12 au 17 mai 2020 auprès d’un échantillon représentatif de 1 001 âgés de 18 ans et plus, construit selon la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de profession du répondant, de région et de taille d’agglomération. Sarah Sabsibo - Il y a 4 heures À lire aussi
>> Lire la suite

Christopher Allène rejoint Mobsuccess en tant que nouveau Directeur Technique (CTO) (Fri, 03 Jul 2020)
christopher allène mobsuccess Spécialiste de la publicité mobile, Mobsuccess annonce le recrutement de Christopher Allène, 40 ans, au poste de Directeur Technique (CTO). « Nous sommes ravis d’accueillir Christopher, qui est non seulement un expert en création, développement et exploitation de solutions techniques, mais également un spécialiste de la publicité digitale. Sa mission sera de poursuivre le développement de notre plate-forme mais également d’assurer son ouverture à l’ensemble d’un écosystème toujours plus complexe, composé d’annonceurs, de publishers, de mesureurs et de fournisseurs de données » explique Gilles Perrin, co-fondateur et Chief Data Officer de Mobsuccess. « Mobsuccess s’est imposé en quelques années comme un leader du drive to store et de la publicité mobile. Mon arrivée donne un éclairage fort sur notre volonté de placer le client au centre de notre produit, tout en étant parfaitement intégré à l’écosystème publicitaire. Mon rôle sera d’accompagner cette croissance tout en démontrant que la publicité mobile peut être aussi pertinente que le contenu qu’elle accompagne » ajoute Christopher Allène, Directeur Technique de Mobsuccess. Avant d’être nommé CTO de Mobsuccess, Christopher Allène, titulaire d’un master d’Architecte informatique au Conservatoire national des Arts et Métiers, a travaillé 10 ans chez Piximedia où il a participé au développement d’une plate-forme intégrée connectée sur le RTB (DSP, trading desk, SSP). Partager : WordPress: J'aime chargement…
>> Lire la suite