planète Amérique du Nord actualité Amérique du nord
AMN
AMN
AMN
AMN
nos éditions nos flux rss
Aux États-Unis, le mythe de la mobilité - Journal La Croix (lun., 18 févr. 2019)
Pays des grandes routes, les États-Unis font partie des nations les plus mobiles au monde. Une enquête de l’institut Gallup en 2013 a montré que 24 % des Américains avaient changé de ville ou de « zone » au sein du pays dans les cinq années précédentes. Ce niveau les place en deuxième position des 139 pays sondés, devant l’écrasante majorité de l’Europe. Et quand ils ne déménagent pas, certains Américains n’ont pas peur de la distance. Le Bureau du recensement estime que 3 % de la population pratique la « navette extrême », soit plus de 90 minutes et 80 kilomètres de trajet chaque jour dans chaque sens pour aller au travail. Explication historique et économique Il serait facile d’expliquer cette réalité par l’histoire des États-Unis, pays forgé par de grands mouvements de population, comme la « conquête de l’ouest » au XIXe siècle ou les différentes « ruées » vers des ressources précieuses, de l’or californien dans les années 1830 au gaz de schiste du Dakota du Nord en 2014. Gilets jaunes : « Nous vivons une crise de la parole autant qu’une crise économique » Pour le sociologue Claude Fischer, l’appel de l’ouest n’est pas la seule explication à cette tradition de la mobilité : l’arrivée de nombreux immigrés au XIXe siècle dans les bastions industriels de l’est américain a joué aussi. « Les migrants arrivaient à New York, par exemple, pour occuper des emplois peu payés, puis s’éloignaient de la ville au fur et à mesure que leurs revenus grandissaient », explique-t-il. La mobilité géographique s’est réduite « La société américaine de l’époque était très instable, poursuit le chercheur. On changeait de ville au gré des succès et des échecs économiques. La famille de l’ancien président Abraham Lincoln a changé trois ou quatre fois de villes avant de s’installer ! » L’économie américaine en a profité. « D’un point de vue économique, il ne devrait pas y avoir d’enracinement géographique, car cela interfère avec la distribution de la main-d’œuvre dans les endroits qui en ont besoin », selon Claude Fischer. Les villes américaines redécouvrent leurs trottoirs Avec le boom de la richesse nationale au XXe siècle, la mobilité géographique s’est réduite. Selon les données du Bureau du recensement, seuls 10,1 % des Américains ont déménagé entre 2017 et 2018, un plus bas historique. « La résilience de la population s’est accrue, analyse le chercheur. Même la crise économique de 2008 n’a pas donné lieu aux migrations importantes observées après la crise de 1929. »
>> Lire la suite

États-Unis : le numéro 2 de la Justice a évoqué une mise à l'écart de Donald... - RTL.fr (Mon, 18 Feb 2019)
Dans les rangs des Républicains, on parle même d'une "tentative de coup d'État administratif". En 2017, le numéro 2 du ministère américain de la Justice a discuté de la possibilité d'écarter Donald Trump du pouvoir en s'appuyant sur une disposition de la Constitution, a confirmé un ancien haut responsable du FBI dans un entretien diffusé dimanche 17 février sur la chaîne CBS.  Andrew McCabe, qui a assuré l'intérim à la tête de la police fédérale après le limogeage de James Comey en mai 2017, a en effet déclaré que Rod Rosenstein, le ministre adjoint de la Justice, était "très inquiet au sujet du président, de sa capacité, de ses intentions" à ce moment-là. C'est dans ce contexte précis que des discussion "sur le 25e amendement" de la Constitution ont eu lieu. Cet amendement autorise en effet le vice-président et une majorité du cabinet à déclarer le président "inapte" à assurer ses fonctions. Une première confirmation Rod Rosenstein, qui supervisait la délicate enquête sur les soupçons de collusion entre la Russie et la campagne de Donald Trump, a "simplement soulevé ce point et en a discuté avec moi, en se demandant combien de membres du cabinet seraient en mesure de soutenir un tel effort", a poursuivi Andrew McCabe, limogé du FBI à son tour en mars 2018, officiellement pour avoir organisé des fuites dans la presse. Il s'agissait de "compter les votes, les votes possibles", a-t-il ajouté. En septembre dernier, plusieurs médias avaient fait état de ces discussions, mais il s'agit aujourd'hui de la première confirmation par l'un des participants. En effet, Rod Rosenstein avait précédemment démenti avoir voulu écarter le président américain alors que ses services avaient laissé entendre qu'une plaisanterie avait peut-être été mal comprise. Jeudi 14 février, lors de la diffusion de premiers extraits de cette interview, Donald Trump avait contre-attaqué sur Twitter : "Le chef du FBI par intérim déshonoré, Andrew McCabe, prétend être un 'pauvre petit ange' alors qu'il a joué un grand rôle dans (...) le canular russe". Disgraced FBI Acting Director Andrew McCabe pretends to be a “poor little Angel” when in fact he was a big part of the Crooked Hillary Scandal & the Russia Hoax - a puppet for Leakin’ James Comey. I.G. report on McCabe was devastating. Part of “insurance policy” in case I won.... — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 14 février 2019 Dimanche, un de ses proches, le républicain Lindsey Graham, qui préside la commission judiciaire du Sénat, a promis d'user des pouvoirs d'enquête du Congrès pour savoir "qui dit la vérité". "Nous allons découvrir ce qui s'est passé et le seul moyen est de convoquer les gens pour qu'ils témoignent sous serment", a-t-il déclaré sur CBS, en mettant en cause la parole d'Andrew McCabe, accusé d'avoir eu "des arrières-pensées politiques".  La rédaction vous recommande Lire la suite
>> Lire la suite

La police confie ses doutes concernant l'agression d'un acteur - RTL.fr (Mon, 18 Feb 2019)
L'acteur vedette de la série "Empire" Jussie Smolett, âgé de 36 ans avait porté plainte fin janvier auprès de la police de Chicago en affirmant qu'en pleine nuit, deux agresseurs masqués l'ont attaqué en l'insultant avant de lui mettre une corde autour du cou puis de lui lancer une substance chimique.  Après cette agression, la police n'avait pas confirmé son récit. Depuis elle a enquêté, consulté les caméras de la ville et pense que l'acteur américain pourrait avoir menti. Les forces de l'ordre demande à voir Jussie Smolett pour le confronter aux résultats de ces investigations. Il avait notamment dit avoir une cote fracturée.  Ce vendredi 15 février, la police de Chicago avait déjà indiqué que deux "suspects potentiels", qui apparaissaient sur les bandes des caméras de surveillance, avaient été laissés en liberté sans être poursuivis. Ce sont deux frères originaires du Nigeria, l'un d'entre eux affirme être le coach sportif de l'acteur. Si le témoignage des agresseurs s'avère être exact, s'il a effectué une mise en scène pour servir sa carrière et notamment dans la série "Empire" où il serait menacé, cet afro-américain risque trois ans de prison. Plus grave, il aurait abusé de la confiance d'organisations qui se battent contre les discriminations raciales et l'homophobie, qui l'ont soutenu dès les premières heures de l'affaire.  La rédaction vous recommande Lire la suite
>> Lire la suite

États-Unis : un adolescent de 17 ans tué par la police à Chicago - RTL.fr (Sun, 17 Feb 2019)
Il aurait tenté de fuir un contrôle de police. Un adolescent de 17 ans, grièvement blessé par des tirs de policiers, a finalement succombé à ses blessures samedi 16 février à Chicago. "Un mineur a essayé de fuir lors d'un contrôle routier. Un agent qui l'avait pourchassé à pied a tiré sur lui. Le sujet est mort depuis", a déclaré dans un communiqué le bureau civil chargé des enquêtes impliquant des policiers de Chicago (Copa). Selon les médias américains, la victime s'appelait Michael Elam et était âgée de 17 ans. Des enquêteurs de ce bureau ont visionné "toutes les vidéos disponibles" et continuent d'interroger les témoins pour établir les circonstances du drame, a précisé l'organisme. Un peu plus tôt, la police de Chicago avait indiqué qu'un de ses agents avait tiré sur un suspect lors d'une "confrontation armée" samedi vers 20h30, et que cet homme avait été transféré à l'hôpital "dans un état critique". Plusieurs bavures policières à Chicago La police de Chicago, troisième ville des États-Unis, a été accusée de plusieurs bavures ces dernières années. En 2014, un officier blanc avait abattu de seize balles Laquan McDonald, un jeune homme noir de 17 ans armé d'un couteau mais qui se trouvait à une certaine distance de lui. Ce policier, Jason Van Dyke, a été condamné en janvier à près de sept ans de prison pour le meurtre. La diffusion très tardive, en 2015, d'une vidéo montrant la mort de l'adolescent avait exacerbé la colère de la population et déclenché des mois de manifestations. Une enquête fédérale avait ensuite conclu que les abus policiers étaient fréquents dans cette ville gangrenée par la violence et le trafic de drogues.  La rédaction vous recommande Lire la suite
>> Lire la suite

États-Unis : arrestation d'un couple vegan dont le bébé allait mourir de dénutrition - Europe 1 (Sun, 17 Feb 2019)
Un couple de vegans a été arrêté en Floride et leur bébé de cinq mois hospitalisé. Il souffrait de dénutrition et n'avait pris qu'un peu plus de 400 grammes depuis sa naissance.   Un couple vegan a été arrêté mercredi à Titusville, en Floride, alors que leur bébé âgé de cinq mois allait mourir de dénutrition. Julia French, 20 ans, et Robert Buksey, 31 ans, ont été incarcérés et l'enfant hospitalisé rapporte Les Dernières Nouvelles d'Alsace, se basant sur une information d'ABC. Je n'avais jamais vu un enfant à un tel niveau, aussi proche de la mort". Selon les enquêteurs, l'enfant était dans un état léthargique et sa malnutrition et sa déshydratation étaient tellement avancées qu'il avait des difficultés à maintenir sa température corporelle et son taux de sucre. "Je n'avais jamais vu un enfant à un tel niveau, aussi proche de la mort", a soufflé une enquêtrice à ABC. Le petit garçon avait les yeux enfoncés et ses côtes étaient apparentes. Il n'avait semble-t-il pris qu'un peu plus de 400 grammes depuis sa naissance.  De potentielles séquelles à vie. Toujours selon les enquêteurs, le médecin de famille avait pourtant établi un régime vegan pour le bébé, régime qui fonctionnait bien. Mais, sans que l'on sache pourquoi et sans que les parents puissent fournir d'explication, ils l'ont arrêté pour nourrir leur enfant avec de la purée à base de pommes de terre. Hospitalisé mercredi, l'enfant avait gagné plus de 200 grammes jeudi en étant alimenté par sonde. Il pourrait garder des séquelles à vie de sa dénutrition.
>> Lire la suite

Arrêté aux États-Unis avec 1,8 M$ dans ses valises - Le Journal de Montréal (Mon, 18 Feb 2019)
Un Québécois arrêté alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour Las Vegas avec deux valises pleines de 1,8 million $, provenant de la vente de pot, aura rendez-vous avec la justice américaine. Garabet Jartidian, un résident de Rosemère, contestait l’ordonnance d’extradition émise à son endroit en 2017, le forçant à aller subir son procès à Boston pour avoir comploté le blanchiment d’argent. Photo courtoisie Garabet Jartidian Accusé Mais l’accusé de 42 ans a finalement été débouté par trois juges de la Cour d’appel du Québec, le 4 février dernier. Il ira donc rejoindre son frère cadet, le Montréalais Vret Jartidian, qui est déjà détenu au Massachusetts et inculpé dans la même affaire. « Pègre libanaise » Les deux Québécois reliés à la « pègre libanaise » auraient trempé dans une organisation de trafiquants qui aurait exporté plus de deux tonnes de pot canadien sur la côte Est américaine, entre 2008 et 2010, selon la division des enquêtes criminelles du Homeland Security américain. D’après des documents judiciaires consultés par Le Journal, Vret Jartidian dirigeait ce réseau qui, deux fois par mois, faisait passer 50 kg de cannabis de l’autre côté de la frontière. Filmé par la police... Plusieurs de leurs associés américains ont toutefois collaboré avec les autorités après s’être eux-mêmes fait coincer par les policiers durant cette enquête. Le 27 octobre 2010, Garabet Jartidian et un complice ont été suivis et filmés par les autorités dans la région de Boston en train d’aller chercher une valise pleine de billets verts dans un hôtel Marriott, puis une deuxième dans un commerce de remorquage. Jartidian et son partenaire se sont ensuite rendus à l’aéroport de Bedford où ils devaient monter « à bord d’un jet privé qui avait un vol prévu à destination de Las Vegas, au Nevada », écrit le procureur Neil Gallagher dans la demande d’extradition. Le réseau planifiait d’acheminer ses millions du trafic de pot à Las Vegas et en Californie afin qu’ils y soient réinvestis dans l’achat de cocaïne, d’après les documents de cour. ... flairé par un chien Les Québécois ont plutôt été accueillis par les policiers de l’État, assistés d’un chien pisteur. L’argent qu’ils transportaient — 1,8 M$ en devises américaines — et recueilli auprès de clients qui avaient acheté du pot dégageait d’ailleurs « une forte odeur de marijuana » que le chien pisteur a vite flairée, précise Me Gallagher. Garabet Jartidian avait été relâché en attendant que l’enquête soit complétée. Ce n’est qu’au printemps 2016 qu’il a été appréhendé par la Sûreté du Québec à la demande des autorités américaines. Le procureur du Québécois né au Liban a vainement plaidé devant le plus haut tribunal du Québec que l’extradition de son client devant la justice américaine serait « injuste » et « tyrannique ». Jartidian risque une peine maximale de 10 ans de pénitencier au Massachusetts advenant sa culpabilité.
>> Lire la suite

VIDÉO - États-Unis : spectaculaire carambolage dans le Missouri - RTL.fr (Sun, 17 Feb 2019)
publié le 17/02/2019 à 15:58 mis à jour le 18/02/2019 à 09:26 La neige a envahi le Missouri aux États-Unis. Et les conditions climatiques particulièrement mauvaises ont provoqué de multiples carambolages. L'un d'entre eux, spectaculaire mais meurtrier, a eu lieu vendredi 15 février, au sud-est de Kansas City.  Au total, 47 véhicules ont été impliqués. Un chauffeur de poids lourd a filmé cette scène hallucinante où l'on voit les voitures glisser sur la chaussée sans aucune chance d'échapper à la collision. Le bilan est lourd : un mort et neuf blessés.  Selon les médias locaux, un semi-remorque serait à l'origine de l'accident. Son chauffeur aurait perdu le contrôle et dérapé sur la voie de gauche. En quelques minutes seulement, les voitures se sont encastrées les unes dans les autres. La vitesse des véhicules à l'approche du lieu de l'accident n'a pourtant pas l'air excessive, mais la neige devenue verglas a pris les conducteurs de court. La rédaction vous recommande Lire la suite
>> Lire la suite

imprimer en pdf