planète Amérique du Nord actualité Amérique du nord
AMN
AMN
AMN
AMN
nos éditions nos flux rss
Coronavirus : cinq graphiques (très) inquiétants sur l'évolution de l'épidémie aux États-Unis - France Inter (jeu., 09 juil. 2020)
Flambée du nombre de cas, plus de morts à New-York qu'en France, projections alarmistes : les chiffres de l'épidémie de Covid-19 aux États-Unis sont très préoccupants. Une pancarte invitant au port du masque à El Paso, Texas. Une pancarte invitant au port du masque à El Paso, Texas. © AFP / Cengiz Yar "Nous avons aplati la courbe auparavant, nous avons ralenti les contagions auparavant, et nous pouvons recommencer", a assuré récemment le vice-président des États-Unis Mike Pence. Pourtant tous les clignotants du Covid-19 aux États-Unis sont au rouge, avec près de 133 300 décès enregistrés dans le pays. De l'aveu d'Anthony Fauci, directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, le pays connaît une nouvelle flambée de cas : "Nous sommes montés, nous ne sommes jamais redescendus au niveau de base, et là nous sommes en train de remonter", s'est-il inquiété jeudi. C'est ce que montrent en effet ces quelques indicateurs.  La courbe du nombre de cas ne cesse d'augmenter Trois millions de cas aux États-Unis, pays le plus touché Mercredi, les États-Unis ont franchi la barre des trois millions de cas de nouveau coronavirus, comme le montre la courbe rouge du graphique ci-dessous. Selon le comptage de l'université John Hopkins, la première puissance économique mondiale est donc de loin le pays le plus touché par la pandémie, autant en nombre de cas qu'en nombre de morts. Suivent le Brésil (1,7 millions), l'Inde et la Russie.  Le nombre de cas en 24 heures bat des records La barre des 60.000 nouvelles infections au coronavirus recensées aux États-Unis en 24 heures a été franchie cette semaine, un niveau record depuis le début de la pandémie comme le montre l'histogramme vert ci-dessus. Le 8 juillet, on compte  62 147 cas nouveaux en 24 heures. Après une stabilisation de l'épidémie sur la côte Est des États-Unis, notamment à New York un temps durement touchée, le pays connaît depuis quelques semaines une flambée des infections dans le Sud et l'Ouest.  Il y a plus de morts dans l'État de New York qu'en France Si les États les plus touchés sont désormais ceux du Sud et de l'Ouest (représentant plus de 80% des nouveaux cas ces derniers jours), la mortalité dans l'État de New York est impressionnante. Selon les rapports quotidiens, on compte désormais plus de morts du Covid-19 dans l'État américain (32 251) qu'en France (29 936 décès).  Texas, Californie, Floride : les bilans journaliers sont catastrophiques... Le Texas et la Californie, en proie à une flambée des infections au coronavirus, ont dépassé à leur tour la barre des 10 000 nouveaux cas en 24 heures. Seuls les États de New York et de Floride avaient dépassé ce seuil auparavant.  Le Texas est l'un des premiers États américains à avoir relancé son économie, en mai, quand les restaurants, centres commerciaux et magasins avaient pu rouvrir à capacité réduite. Les bars, salons de coiffure et d'esthétique leur avaient emboîté le pas dans les semaines suivantes. Sur la journée de mercredi, la flambée se poursuit en Californie, au Texas et en Floride. Sur la journée de mercredi, la flambée se poursuit en Californie, au Texas et en Floride. En début de semaine, le gouverneur de Californie a aussi indiqué que le nombre de personnes hospitalisées à cause du Covid avait augmenté de 50% au cours des quinze derniers jours, pour s'élever à environ 5 800 patients. ... et les projections tout autant Enfin, d'après les projections effectuée par l'IHME, Institute for Health Metrics and Evaluation, (qui prennent en compte les mesures de restrictions ou l'assouplissement de celles-ci, le port ou non du masque, etc.), la situation n'est pas prête de s'améliorer, en particulier dans ces trois États là.  Si la situation actuelle se maintient (utilisation similaire du masque, poursuite de l'assouplissement des restrictions, etc.), le nombre de décès pourrait doubler au Texas d'ici septembre : de 2900 décès comptabilisés actuellement, à 6500 morts, selon les projections.  La courbe du Texas est très inquiétante. La courbe du Texas est très inquiétante. / IHME
>> Lire la suite

Coronavirus : encore un nouveau record d'infections aux États-Unis - Le Point (Fri, 10 Jul 2020)
VIDÉO. Selon le comptage de l'université Johns-Hopkins, 65 500 cas supplémentaires ont été enregistrés en 24 heures. Le précédent record datait de mardi. Les États-Unis ont enregistré jeudi un nouveau record du nombre d'infections au coronavirus en une journée, avec plus de 65 500 cas supplémentaires recensés en 24 heures, selon le comptage à 20 h 30 locales de l'université Johns-Hopkins. Le nombre total de cas enregistrés dans le pays depuis le début de la pandémie est désormais de plus de 3,11 millions. Le précédent record datait de mardi, avec plus de 60 200 nouveaux cas en une journée. L'inquiétude face au virus ne cesse de croître aux États-Unis, qui connaissent depuis quelques semaines une flambée des infections dans le sud et l'ouest du pays, de loin le plus touché en valeur absolue. Les experts craignent que la courbe des décès ne suive rapidement la même trajectoire que celle des nouvelles infections. Mille personnes sont mortes du Covid-19 sur le sol américain lors des 24 dernières heures, et la maladie a fait 133 195 victimes au total aux États-Unis. « Nous sommes dans une situation très difficile », a déclaré jeudi l'expert en maladies infectieuses Anthony Fauci, qui conseille la Maison-Blanche sur la crise du Covid-19. Une réouverture en « sautant toutes les étapes recommandées » La réouverture du pays a eu lieu en « sautant toutes les étapes recommandées », a-t-il critiqué lors d'une téléconférence organisée par le média The Hill. « Ce n'est pas la bonne façon de procéder. Nous avons besoin de repenser cela et de faire différemment. » « Je pense que les États doivent mettre sur pause leur processus de déconfinement », a-t-il encore estimé, tout en nuançant : « Je ne pense pas que nous devons revenir à une fermeture complète. » Donald Trump minimise, lui, ces records quotidiens. « Pour la centième fois, la raison pour laquelle nous avons tant de cas, comparé à d'autres pays qui ne font pas mieux que nous et de loin, est que nous testons beaucoup plus et mieux », a-t-il affirmé sur Twitter jeudi.
>> Lire la suite

Donald Trump va-t-il bannir TikTok aux États-Unis ? - RTL.fr (Thu, 09 Jul 2020)
TikTok aux États-Unis, c'est déjà fini ? Donald Trump a annoncé, le mardi 7 juillet, qu'il envisageait de bannir l'application chinoise, très populaire chez les jeunes américains, afin de "punir" la Chine, qu'il juge responsable de la crise sanitaire.  Bloomberg rapporte que, dans une interview qui sera diffusée dimanche sur Gray Television, le président américain a affirmé que "ce qu'a fait la Chine à notre pays et au monde entier est indigne", rajoutant que l'interdiction de TikTok ne serait "qu'une parmi plusieurs options" envisagées afin de sanctionner le régime de Pékin.   L'interdiction de TikTok aux États-Unis a déjà été évoquée par un autre membre de l'administration Trump, Mike Pompeo, mais pour une autre raison. Le secrétaire d'État s'inquiétait davantage du respect de la vie privée par la plateforme, appelant les Américains à ne pas télécharger l'application "sauf s'ils souhaitent que leurs informations privées soient détenues par le Parti communiste chinois." D'autres États s'inquiètent de l'utilisation de données privées sur TikTok. L'Inde a déjà interdit son utilisation, ainsi que celle de 58 autres applications et services chinois, et l'Australie envisage aussi de suivre ce chemin. La rédaction vous recommande Lire la suite
>> Lire la suite

Les États-Unis vont sanctionner la France pour sa taxe GAFA... mais pas tout de suite - Economie - L'Usine Nouvelle (Thu, 09 Jul 2020)
L'administration américaine a pris sa décision. Les États-Unis vont bien prendre des mesures à l'encontre de la France pour sa taxe numérique, a annoncé jeudi 9 juillet le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer. Mais l'entrée en vigueur de ces sanctions sera reportée, tout comme le gouvernement a reporté la collecte de cette taxe. "Nous allons prendre certaines sanctions contre la France" "Nous allons annoncer que nous allons prendre certaines sanctions contre la France et les suspendre comme ils ont suspendu la perception des taxes", a déclaré Robert Lightizer lors d'une téléconférence organisée par Chatham House, un cercle de réflexion londonien. Reste à savoir si, dans ce laps de temps, de nouvelles négociations entre la France et les États-Unis permettront d'éviter ces représailles. En décembre 2019, les États-Unis avaient déjà menacé de surtaxer 2,4 milliards de dollars de produits français à cause de la taxe GAFA : champagne, fromage, sacs à main, produits de maquillage... En janvier, une rencontre entre le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump avait permis de calmer le jeu. Des paiements suspendus jusqu'à fin 2020 Faute d'avancées concrètes à l'échelle internationale, la France a instauré en 2019 sa propre taxe sur les bénéfices des entreprises du numérique. Toutefois, les paiements ont été suspendus jusqu'à la fin de l'année 2020, dans l'attente d'un accord international sous l'égide de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Plusieurs pays européens souhaitent taxer les entreprises de numérique pour mieux prendre en compte leur activité réelle dans chaque pays. Le projet vise notamment des mastodontes comme Google, Amazon, Facebook ou Apple (les GAFA), pour les empêcher de payer leurs impôts dans des pays à la fiscalité avantageuse. Le sujet est d'autant plus important pour les capitales européennes que leurs finances sont sérieusement affectées par la crise du Covid-19. Mais, en juin, les discussions à l'OCDE ont subi un revers important. Les États-Unis ont suspendu les négociations en dénonçant un manque de volonté des Européens. Le ministre de l'Économie française avait alors parlé de "provocation". Avec Reuters (David Lawder, version française Jean-Philippe Lefief)
>> Lire la suite

Coronavirus dans le monde : 991 morts aux États-Unis et 1.220 au Brésil en 24h - sortiraparis (Fri, 10 Jul 2020)
Par My B., Julie M. · Publié le 10 juillet 2020 à 08h36 · Mis à jour le 10 juillet 2020 à 10h58 Le monde entier fait face à une crise sanitaire sans précédent due à la pandémie de Covid-19. Découvrez le bilan des pays et l'évolution dans le monde concernant l'épidémie de coronavirus ce vendredi 10 juillet 2020. On recense plus de 12 millions de cas dans le monde et près de 555.000 décès dus au Covid-19. Le nombre de nouveaux cas n'a jamais été aussi élevé et de nouvelles vagues apparaissent dans certains pays qui semblaient avoir endigué l'épidémie. Les États-Unis dépassent les 3 millions de cas. Ce vendredi 10 juillet, le virus Covid-19 touche 12.268.360 cas confirmés et a fait au total 554.928 morts dans le monde. L'OMS alerte sur l'aggravation de l'épidémie dans le monde. Le nombre de nouveaux cas bat des records, essentiellement en Amérique où il explose. Il a d'ailleurs dépassé pour la premières fois le nombre de cas en Europe ce vendredi 3 juillet 2020. L'OMS appelle à "prendre le contrôle" face à l'épidémie. Certains pays ayant contenu la pandémie font face à de nouvelles vagues de contaminations inquiétantes. La Catalogne reconfine 200 000 personnes dès midi, ce samedi 4 juillet 2020, autour de la ville de Lerida dans le nord-est de l'Espagne en raison de la multiplication des cas de contagion. Le Président Brésilien, Jair Bolsonaro vient d'être testé positif à la Covid-19.  Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas s'élève aujourd'hui à 64.771 contaminations recensées ces dernières 24h. Ce vendredi 10 juillet, le pays compte 3.047.671 cas. Le nombre de décès ce jour est de 919 morts en 24h, soit 132.056 décès au total. Avec près de 60.000 nouveaux cas chaque jour, les États-Unis ont dépassé les 3 millions de cas confirmés. Donald Trump annonce que les États-Unis auront un vaccin bien avant la fin de l'année. Les régions les plus touchées sont la Californie, le Texas et la Floride. Le bilan continue de s'alourdir au Brésil avec toujours un grand nombre de nouvelles contaminations, 42.619 en 24h. Il enregistre ce vendredi 10 juillet, 1.220 morts en 24h. Le pays déclare 1.755.779 cas recensés au total et 69.184 décès au total. Cependant, ces données seraient largement sous-évaluées. Le bilan pourrait doubler d'ici le mois prochain. Le président brésilien Jair Bolsonaro a été testé positif au coronavirus ce mardi 7 juillet 2020 après avoir annoncé la veille qu'il présentait des symptômes de la maladie. En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de COVID-19, fait état, d'au moins 170.694 cas confirmés le jeudi 9 juillet 2020 (+621 en 24h) et de 29.979 morts au total. On recense ce jeudi 9 juillet, 14 morts en 24h. Mais attention, le nombre de décès en EHPAD et EMS, qui s'élevait mardi à 10.476 morts, ne sera mis à jour que mercredi prochain. Le nombre de décès en milieu hospitalier est lui de 19.503 (+14 en 24h). En Italie, on note une légère augmentation du nombre de cas avec 229 nouveaux cas ces dernières 24h, notamment dans le Nord du pays. On compte 12 décès de plus en 24h (15 la veille) ce jeudi 9 juillet. Il est désormais de 34.926 au total depuis le début de l'épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 242.363. L'Italie a rouvert ses frontières le 3 juin et a annulé la quarantaine obligatoire des étrangers de l'UE. Le taux de reproduction du Virus dans la région de Venise est passé de 0,43% à 1,63. Le gouverneur est furieux et attribue cette reprise de la propagation aux comportements irresponsables de certaines personnes. Au Royaume-Uni, le bilan est toujours élevé. Le pays comptabilise 642 nouveaux cas en 24h avec 287.621 cas au total depuis le début de l'épidémie. On compte ce jeudi 9 juillet, 85 morts en 24h (126 hier) soit 44.602 morts au total. À compter du 10 juillet, les touristes en provenance d'Allemagne, de France, d'Espagne ou d'Italie n'auront plus à s'isoler à leur arrivée sur le sol anglais. Ce samedi 4 juillet 2020, pubs, hôtels, salons de coiffure, cinémas et musées rouvrent leurs portes. La Grande-Bretagne s'apprête à signer un accord de 500 millions de livres sterling (624 millions d'euros) avec Sanofi et GlaxoSmithKline pour la livraison de 60 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 sur lequel les deux laboratoires travaillent en collaboration, selon le Sunday Times. La Belgique change son bilan. Désormais, il faudra suivre l'évolution des tendances et non des chiffres journaliers. « Cependant, les chiffres quotidiens seront toujours disponibles, mais sous une forme légèrement différente de celle communiquée jusqu’à présent. Ils seront exprimés en fonction de la date à laquelle ils se sont produits, et non plus en fonction de la date à laquelle ils ont été signalés à Sciensano », précise le gouvernement. L'évolution est donc suivie par une moyenne journalière sur 7 jours qui se compare à la semaine précédente. Ainsi, on note une légère hausse du nombre de cas cette semaine, une moyenne de 86 nouveaux cas au lieu de 85,4 ce qui porte le total à 62.357 ce vendredi 10 juillet. Le nombre moyen de décès quotidien était lui en baisse sur la période de sept jours, à 3,1 alors qu'il était de 4,1 les sept jours précédents. Il y a eu 3 nouveaux décès en 24h soit désormais 9.781 morts au total.  La Chine fait état de 4 nouvelles contaminations par le Covid-19. Le pays dénombre 83.581 cas au total et 4.634 (+0 en 24h) morts ce vendredi 10 juillet. La Chine a reconfiné plus de 400.000 personnes dans le comté d'Anxin suite à l'apparition d'un petit cluster en plus du demi million de personnes de la province de Hebei. En Allemagne, le nombre de nouveaux cas est toujours élevé ce jour (+395 en 24h). Le pays compte ce vendredi 10 juillet 198.178 cas recensés pour 9.054 décès (+6) selon l'Institut Robert Koch (RKI). Le RKI note une remontée de la valeur R, le taux de reproduction qui détermine de nombre de personnes infectés par le virus. Il est de 0,86 sur les 7 derniers jours.  Au Portugal, le gouvernement joue la prudence. On compte ce vendredi 10 juillet, 45.277 cas et 1.644 morts (+13). Le Portugal fait face à une nouvelle vague avec de nombreuses nouvelles infections par jour. La majorité des cas enregistrées proviennent de Lisbonne et des populations environnantes. Certaines mesures de déconfinement ont été annulées et Lisbonne est à nouveau confinée avec 19 quartiers de banlieue pour 2 semaines. Ces restrictions tombent mal alors que la saison touristique commence tout juste.  Au Mexique, l'épidémie progresse avec 730 décès recensés en 24h, mais ce chiffre serait sous-évalué puisqu'on suspecte plus de 50.000 décès liés à la maladie. Le pays compte actuellement 282.283 (+7.280 en 24h) cas et 33.526 morts au total. Le Mexique a dépassé l'Espagne et la France dans le nombre de décès. En Iran, l'épidémie continue. Le pays recense 241 décès en 24h, soit 12.305 au total. Le pays comptabilise désormais 250.458 (+2.079 en 24h) cas déclarés. Les chiffres officiels témoignent d'une accélération de la propagation de la maladie depuis le début du mois de mai. Selon l'Organisation iranienne des Moudjahidine du peuple d'opposition iranienne (PMOI / MEK), ce serait plus de 50.700 décès qui seraient en recensés à travers les 327 villes des 31 provinces d'Iran, soit 6 fois plus que les chiffres officiels.  La Russie fait état de 6.391 nouveaux cas ce vendredi 10 juillet. Les autorités comptent 706.240 cas détectés pour 10.826 (+176 morts). Moscou est la ville la plus touchée en nombre de nouveaux cas.  La Corée du Sud compte à ce vendredi 10 juillet 2020, 45 nouveaux cas de contaminations,, 13.338 cas au total pour 288 décès déplorés (+1 en 24h). Le pays continu de voir ressurgir de nouveaux clusters. Le Pérou entame son déconfinement malgré une situation inquiétante avec 3.537 nouveaux cas ce jour. La quarantaine est levée dans plus de la moitié du Pérou (18 des 25 régions), dont la capitale, qui concentre 60% des cas de coronavirus du pays. Le pays compte ce vendredi 10 juillet 316.448 cas de contaminations et 11.314 (+181 en 24h) décès. C'est l'un des 6 pays les plus touchés au monde. Pour limiter au maximum les risques de contagion, le port du masque et le respect des gestes barrières restent obligatoires. Le couvre-feu est aussi maintenu tous les jours à partir de 22h. Quant aux frontières, elles restent fermées au moins jusqu’à la fin de l’état d’urgence le 31 juillet. En Inde, le bilan humain de l'épidémie de coronavirus s'alourdit. L'Inde recense, ce vendredi 10 juillet 2020, 793.802 cas confirmés (+26.506 en 24h) et 21.604 morts dont 475 en 24h. Le déconfinement a débuté alors que l'épidémie est toujours très active avec plus de 20.000 nouveaux cas en 24h. Les experts estiment que le pic de l'épidémie ne sera pas atteint avant plusieurs semaines en Inde, où le système de santé est déjà débordé par l'afflux de malades du virus. Au Chili, l'épidémie s'accélère avec de nombreux cas de nouvelles contaminations journalières et un bilan qui ne cesse de grimper. Avec 3.133 nouveaux cas en 24h, le pays dénombre 306.216 cas recensés et 6.682 (+109) morts au total. En Égypte, le nombre de cas de contaminations au coronavirus augmente. Le pays compte actuellement 79.254 cas (+950) au total et 3.617 décès dont 53 ces dernières 24h. L'Egypte a rouvert ses frontières ce 1er juillet. En Suède, les cas continuent d'augmenter, avec 475 nouveaux cas en 24h. C'est l'un des rares pays à ne pas avoir choisi l'option confinement, mais juste des recommandations. On compte, le vendredi 10 juillet, 74.333 cas infectés et 5.500 décès (+18 en 24h). Alors qu'elle espérait freiner la propagation du coronavirus par la poursuite de sa stratégie d'immunité collective, la Suède a vu ses espoirs se faner quand une étude publiée jeudi dernier a revu à la baisse le pourcentage de Suédois (6,1% de la population) ayant développé des anticorps capables de neutraliser la COVID-19. Le Japon compte 20.619 cas recensés au total et 982 (+0 en 24h) décès ce vendredi 10 juillet. Selon le quotidien japonais Mainichi, la capitale japonaise a recensé 243 nouveaux cas d'infection au coronavirus Covid-19 au cours des dernières 24 heures. C'est le 2e jour d'affilée que la ville dépasse les 200 cas par jour après 6 jours à plus de 100 nouveaux cas quotidiens. Le Maroc a entamé son déconfinement progressif par zone. L'état d'urgence est prolongé jusqu'au 10 août. Le pays dénombre ce vendredi 10 juillet, 308 nouveaux cas de contaminations en 24h et 15.079 cas au total. Le Maroc déplore actuellement 242 décès (+0 en 24h). L'épidémie semble bien maitrisée au Maroc avec taux de létalité de 1,65 %, et un taux de guérison de près de 70.75 %. Les vols domestiques ont repris ce 25 juin mais l'ouverture des frontières est repoussée à une date ultérieure. Seuls les Marocains résidents à l'étranger peuvent rentrer au pays. La Pologne compte actuellement 36.951 cas de contaminations et 1.551(+9) morts dues au Covid-19. La Roumanie est actuellement en état d'alerte. Le pays compte à ce jour 30.789 cas et 1.834 (+17) décès dus au Covid-19. L'Algérie poursuit son déconfinement en marchant sur des oeufs face à une hausse de contaminations et de patients en soins intensifs. Dans un entretien accordé au site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA), le Pr Mohammed Yazid Kadir, épidémiologiste au CHU de Batna, dans l’est de l’Algérie, a alerté l’opinion publique sur les risques de nouvelle propagation de la maladie en cas de non-respect des mesures de protection. On dénombre ce vendredi 10 juillet, 17.808 cas recensés et 988 décès (+10) dus à l'épidémie. La décision de l'ouverture des frontières est reportée jusqu'à la fin de la pandémie. L’épidémie se développe en Afrique et continue de progresser. L'Afrique du Sud est le berceau de la pandémie sur le continent africain où le nombre de nouveaux cas flambe. Le pays compte 224.665 (+13.674) cas recensés ce vendredi 10 juillet et 3.720 (+118) morts.  Suivez la carte de l'évolution de la pandémie en temps réel : Cliquez sur l'image pour avoir les derniers chiffres Coronavirus dans le monde, 711 morts aux Etats-Unis et 1.039 au Brésil, + 5772 cas au Pérou en 24hCoronavirus dans le monde, 711 morts aux Etats-Unis et 1.039 au Brésil, + 5772 cas au Pérou en 24hCoronavirus dans le monde, 711 morts aux Etats-Unis et 1.039 au Brésil, + 5772 cas au Pérou en 24hCoronavirus dans le monde, 711 morts aux Etats-Unis et 1.039 au Brésil, + 5772 cas au Pérou en 24h Johns Hopkins University
>> Lire la suite

Les États-Unis pourraient s’inspirer de l’Irlande du Nord pour réformer leur police - Journal La Croix (Fri, 10 Jul 2020)
Quelques jours après le meurtre de George Floyd à Minneapolis, une fresque à son image apparaissait dans le quartier catholique de Falls Road, dans l’ouest de Belfast. Si la République d’Irlande et l’Irlande du Nord ont suivi de près le mouvement Black Lives Matter, les Américains qui ont participé à la construction de l’accord de paix du Vendredi Saint (1998) appellent à regarder à leur tour en direction de l’île d’Émeraude, où la police a été intégralement repensée pour mieux représenter les minorités. « Changer la culture » L’année 1998 a marqué la fin de trente années de guerre civile en Irlande du Nord, une période de violences entre communautés qui a fait 3 500 victimes. Au moment de négocier la paix, les partis politiques se sont entendus sur un préalable : la refonte intégrale de la Police Royale de l’Ulster (RUC). Institution héritée de la partition de l’île en 1921, elle ne compte alors que 9 % de catholiques, quand ceux-ci représentent 40 % de la population. → EXPLICATION. En Irlande du Nord, front commun contre la Nouvelle IRA « En arrivant en Irlande du Nord pour participer aux négociations, j’ai été frappé de voir que les républicains et catholiques appelaient au démantèlement des forces de l’ordre, vues comme la marque de l’envahisseur, quand les protestants et unionistes ne voyaient pas où était le problème », se rappelle Michael Posner, directeur du Centre pour les affaires et les droits humains à l’université de New York. Pour réconcilier ces deux positions, une commission indépendante est créée. « Il s’agissait de changer la composition, mais aussi la culture de la police. C’est exactement ce qu’il nous faut aujourd’hui aux États-Unis ! » Une police surveillée par trois organisations indépendantes Un rapport fracassant intitulé « Un nouveau départ » sort en 1999. Il est le résultat de dizaines de réunions publiques avec les citoyens, lors desquelles les différentes parties et les proches des victimes ont été entendus. La RUC laisse place au Service de police d’Irlande du Nord (PSNI), abandonnant au passage son logo et toutes références au drapeau britannique. Le recrutement de catholiques est encouragé. « La représentativité, le respect des droits de l’homme et la responsabilité face aux citoyens ont été mis au centre de ce nouveau corps », souligne John Topping, docteur en criminologie à l’université Queen’s de Belfast. La PSNI est notamment surveillée par trois organisations indépendantes, auprès desquelles tout le monde peut déposer plainte. Il s’agit de limiter l’impunité, « et donner aux citoyens un droit de regard sur les gardiens de la paix ». L’appui du gouvernement Reste le problème du soutien politique : « Pour qu’une réforme de cette ampleur puisse avoir lieu, tous les partis doivent participer. En Irlande du Nord, ce projet a été soutenu parce qu’il était un préalable à l’Accord de paix. Aux États-Unis, il reste du chemin à faire, car le gouvernement nie l’existence même de discriminations, avertit John Topping. Et soyons lucides : même avec beaucoup d’énergie et d’argent investi, tout n’est pas encore parfait ici ! » → EXPLICATION. États-Unis : Donald Trump engage une timide réforme de la police La PSNI ne compte aujourd’hui que 31 % de catholiques, un chiffre en baisse, et la défiance à son égard reste prégnante dans les quartiers républicains. Enfin, les Américains auront aussi à se poser la question de l’échelle : avec 1,8 million d’habitants, la province britannique est aussi peuplée que la ville de Phoenix, en Arizona.
>> Lire la suite

imprimer en pdf