planète Afrique de l’Est actualité Afrique de l’est
AFE
AFE
AFE
AFE
nos éditions nos flux rss
La famille du détenu Privat Ngomo donne un point de presse ce vendredi à Libreville (ven., 18 oct. 2019)
La famille du détenu Privat Ngomo donne un point de presse ce vendredi à Libreville Trois mois après l’incarcération de l’activiste et homme politique proche de l’opposition, Privat Ngomo pour avoir bloqué le boulevard du bord de mer et lu un discours enflammé contre le pouvoir, sa famille biologique donne un point de presse ce vendredi matin dans un hôtel de la capitale, a appris Gabonactu.com. Les points qui seront soulevés durant cette rencontre avec la presse ne sont pas encore connus. Un membre de la famille a confié à la rédaction de Gabonactu.com qu’il s’agira pour la famille de faire le point sur la procédure, éclairer l’opinion sur l’oubli et la situation sanitaire de cet opposant qui n’a rien cassé ni blessé personne. « C’est un détenu politique oublié en prison« , a dénoncé un proche du prisonnier. Le 12 juillet dernier en milieu d’après-midi, Privat Ngomo a organisé l’opération « Lumumba » pour lire devant l’ambassade de France une déclaration en barrant le boulevard du bord de mer. Privat Ngomo était aidé par une centaine de jeunes habillés de tee-shirts à l’effigie de Jean Ping. Privat Ngomo avait diffusé en direct son discours devant l'ambassade de France Privat Ngomo avait diffusé en direct son discours devant l’ambassade de France © capture d’écran Gabonactu.com Privat Ngomo avait ouvertement demandé à l’ancienne puissance coloniale, la France, de reconnaître la victoire de Jean Ping à l’élection présidentielle de 2016 officiellement remportée par l’actuel chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. « Pourquoi cette France refuse-t-elle obstinément de reconnaitre depuis trois ans la victoire incontestable de Monsieur Jean Ping, de respecter le libre choix démocratique et souverain du peuple gabonais ? Pourquoi n’est-elle pas fidèle aux idéaux de démocratie, de liberté, d’égalité et de fraternité qu’elle va célébrer le 14 juillet prochain ? » avait notamment crié l’opposant qui avait apporté une banderole tenue à bout des bras par deux jeunes et un amplificateur de son. Privat Ngomo, très proche de Jean Ping, a quitté les lieux sans être inquiété. Il a été arrêté par un détachement d’hommes habillés arrivés dans un bahut de la police après s’être éloigné du « territoire français ». Après une garde à vue dans un commissariat, Privat Ngomo a été jeté à la prison centrale de Libreville le 16 juillet 2019 pour outrage au chef de l’Etat, atteinte à la sûreté de l’Etat et incitation à la révolte. Daniel Etienne Suivez nous et Liker notre site error
>> Lire la suite

Sassou Nguesso a reçu le projet de réforme de la CEEAC (Fri, 18 Oct 2019)
Sassou Nguesso a reçu le projet des réformes de la CEEAC Alain Claude Bilie By Nze remettant le rapport au président congolais Denis Sassou Nguesso © CEEAC-ECCAS.org Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso a reçu des mains du ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze les documents relatifs à la réforme de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’institution d’intégration régionale qui peine à prendre son envol au profit des populations de ses 11 Etats membres. Accompagné du Secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, le ministre gabonais des Affaires étrangère a remis au président congolais 5 principaux documents adoptés par les experts de la CEEAC dans la perspective de la dynamisation de l’institution. Il s’agit du traité révisé de la communauté, du protocole du COPAX (paix et sécurité de la communauté), du cadre organique, du règlement financier et du statut du personnel. Le Congo a tout le temps de prendre connaissance de ces documents, de faire des propositions d’amendement au comité de pilotage, selon le ministre gabonais. « Nous sommes en attente d’un sommet des chefs d’Etat qui va entériner les réformes », a indiqué M. Bilie By Nze qui a auparavant remis ce projet à 9 chef d’Etat de la région. Les 11 Etats membres de la CEEAC sont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad. Carl Nsitou Suivez nous et Liker notre site error
>> Lire la suite

Sassou Nguesso a reçu le projet de réforme de la CEEAC (Fri, 18 Oct 2019)
Sassou Nguesso a reçu le projet des réformes de la CEEAC Alain Claude Bilie By Nze remettant le rapport au président congolais Denis Sassou Nguesso © CEEAC-ECCAS.org Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso a reçu des mains du ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze les documents relatifs à la réforme de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’institution d’intégration régionale qui peine à prendre son envol au profit des populations de ses 11 Etats membres. Accompagné du Secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, le ministre gabonais des Affaires étrangère a remis au président congolais 5 principaux documents adoptés par les experts de la CEEAC dans la perspective de la dynamisation de l’institution. Il s’agit du traité révisé de la communauté, du protocole du COPAX (paix et sécurité de la communauté), du cadre organique, du règlement financier et du statut du personnel. Le Congo a tout le temps de prendre connaissance de ces documents, de faire des propositions d’amendement au comité de pilotage, selon le ministre gabonais. « Nous sommes en attente d’un sommet des chefs d’Etat qui va entériner les réformes », a indiqué M. Bilie By Nze qui a auparavant remis ce projet à 9 chef d’Etat de la région. Les 11 Etats membres de la CEEAC sont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad. Carl Nsitou Suivez nous et Liker notre site error
>> Lire la suite

Monnaie électronique : Gabon Telecom fait 612 gagnants (Fri, 18 Oct 2019)
Libreville, Jeudi 17 Octobre 2019 (Infos Gabon) – Le leader gabonais de la téléphonie mobile a récompensé jeudi à Libreville les lauréats du concours «Challenge revendeurs de Mobicash». Dans le cadre du concours «Challenge revendeurs de Mobicash» qu’elle a organisé du 1er juillet au 31 août dernier à travers les neuf provinces du pays, Gabon Telecom a décerné jeudi à Libreville des récompenses à 612 lauréats. Cette cérémonie présidée par Abderrahim Koumaa , directeur général de cette entreprise, a permis de récompenser 428 distributeurs en bronze pour un montant de 20 000 francs CFA chacun, 180 bénéficiaires en Silver avec un accompagnement de 50 000 francs CFA chacun et quatre autres en gold pour une enveloppe de 500 000 francs CFA chacun. Il s’agit des meilleurs distributeurs dont le chiffre d’affaires est satisfaisant avec un accompagnement de 20 motos. Ces lauréats ont été sélectionnés à l’issue d’un tirage organisé en septembre dernier sur la base de leurs résultats. Le DG de Gabon Telecom remet la moto à un des gagnants Pour le top management de Gabon Telecom, cette opération de motivation permet, non seulement à ces partenaires de rallier plus aisément les différents points de vente, mais consiste aussi à galvaniser les bénéficiaires dans leurs activités. D’après le directeur général de la première entreprise de téléphonie mobile au Gabon, cette action participe aussi du souci de l’entreprise à offrir des services de qualité à une clientèle sans cesse exigeante et à  répondre rapidement aux préoccupations des distributeurs notamment celles liées aux problèmes de disponibilité des unités Mobicash souvent rencontrés sur le terrain. «Cette opération revêt un caractère citoyen dans la mesure où elle apporte du cash à nos partenaires et pour ceux qui ont eu le plaisir de recevoir une moto. Elle leur permettra de joindre plus facilement leurs points de ventes situés sur des distances plus ou moins longues», a souligné Abderrahim Koumaa. Il a par ailleurs annoncé la poursuite de l’engagement pris par la compagnie de recruter plus 2000 nouveaux distributeurs à travers le pays. FIN/INFOSGABON/SM/2019 Copyright Infos Gabon
>> Lire la suite

Ali Bongo ouvre les portes du palais à un collège de diplomates (Fri, 18 Oct 2019)
Ali Bongo ouvre les portes du palais à un collège de diplomates Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a reçu jeudi au palais présidentiel un collège des diplomates dont les pays siègent au conseil de sécurité de l’ONU. La délégation était conduite par Dmitry Kourakov, Ambassadeur de la Fédération de Russie. Le diplomate russe était accompagné de ses collègues Changchun Hu, Ambassadeur de la République Populaire de Chine ; Philipe Autié, Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française ; Brian Olley, Ambassadeur du Royaume Uni, de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord et le Chargé d’Affaires a.i. des Etats-Unis d’Amérique, Robert E. Whitehead. A l’ordre du jour de cette audience entre les diplomates accrédités au Gabon et le Président de la République, figuraient essentiellement Les questions relatives au développement et au renforcement des relations diplomatiques entre le Gabon et ces pays respectifs. Les diplomates, ont chacun en ce qui les concerne, fait un point de situation sur les dossiers de coopération bilatérale liant notre pays à leurs Etats respectifs. Ils ont en outre, indiqué au Chef de l’Etat, la volonté de leurs pays à accompagner le Gabon dans le cadre de sa politique de développement multiforme. Le Chef de l’Etat a remercié les cinq diplomates dont les pays sont Membres Permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour l’intérêt que leurs Etats respectifs accordent au Gabon. Source : communication présidentielle Suivez nous et Liker notre site error
>> Lire la suite

6ème édition du festival « rue Dance Niger » du 18 au 21 octobre 2019 à Niamey : Environ 150 ... (Thu, 17 Oct 2019)
Le directeur du festival « Rue Dance Niger », M. Mamane Sani, et le directeur du CCFN Jean Rouch, M. Olivier Lange, ont animé le 17 octobre une conférence de presse dans le cadre du lancement de la 6ème édition de cette manifestation culturelle internationale qui se tient du 18 au 21 octobre 2019 à Niamey sous le thème « danser pour exister ». Il y a avait avec eux la française Solène de la Compagnie Solène Bossu et Solo Jean Paul (franco-ivoirien), tous les deux danseurs et formateurs en danse. « Rue Dance Niger » est un festival de danse contemporaine dans les rues et places publiques de Niamey. Pour le Directeur du Centre Culturel Fanco Nigérien Jean Rouch (CCFN Jean Rouch), M. Olivier Lange, ce festival est devenu « un rendez-vous incontournable de la vie culturelle du Niger et de la sous-région. Cet événement témoigne de l’attractivité culturelle du Niger, un carrefour humain et culturel situé à mi-chemin entre l’Afrique côtière, l’Afrique centrale, la méditerranée et l’Europe. Grâce à des évènements culturels de cette qualité, nous confirmons la vocation de carrefour culturel du Niger ; ce qui est essentiel dans une période où les problématiques sécuritaires ont tendance à retenir l’actualité. Il est important de manifester face à cela la force de la culture et la capacité à attirer des talents du Niger, de la sous-région, de la France », a déclaré M. Olivier Lange. Le CCFN Jean Rouch est le principal partenaire de l’association NEMA dans l’organisation du festival « Rue Dance Niger » qui est déjà à sa 6ème édition. M. Olivier Lange a félicité le promoteur culturel, M. Mamane Sani, pour son initiative. Le directeur du festival, M. Mamane Sani, explique le choix du thème de l’édition 2019 « danser pour exister » par certains aspects positifs de la danse partant de ses expériences lors des rencontres et ateliers notamment dans les camps des réfugiés où la danse apporte aux déplacés de la joie, du réconfort, de l’espoir,… Il a annoncé que des danseurs d’une troupe d’un camp de réfugiés vont prester lors de cette 6ème édition. Plusieurs sites sont retenus pour accueillir en journée et soirée des spectacles de danse contemporaine, traditionnelle, danse participative, Hip Hop et d’autres styles venant du Togo, du Niger, de la France, du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Niger. Une quinzaine de spectacles sont prévus et environ 150 artistes attendus. Les activités au programme sont des balades chorégraphiques et des spectacles de danse dans les sites retenus, des projections vidéo, des spectacles sur grande scène en soirée au CCFN Jean Rouch, des ateliers de danse, des conférences débats. Après l’ouverture officielle du festival au ministère de la renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, les activités vont débuter avec un carnaval (balade dansée) à travers les rues jusqu’au CCFN Jean Rouch en passant par le rond-point ENA ; rond-point liberté ; Maourey, Hôtel de ville. Pendant quatre jours, une dizaine de sites à travers la ville vont accueillir des spectacles. Souley Moutari
>> Lire la suite

Le prince Harry en toute intimité : sa famille, son rôle, la pression, il se livre comme jamais (Thu, 17 Oct 2019)
Un extrait du documentaire filmé pendant le voyage de Meghan Markle et du prince Harry a été dévoilé quelques jours avant sa diffusion ce dimanche 20 octobre. Ce dernier s'y confie sans détour sur la mort de sa mère Lady Di. Meghan Markle et le prince Harry nous ouvrent les portes de leur voyage en Afrique, et ne nous cacheront rien. Pendant leur royal tour, ils ont accepté d'être suivis par les caméras de la chaîne de télévision britannique ITV. Le documentaire An African Journey sera diffusé ce dimanche 20 octobre, et un extrait vient d'en être dévoilé. Sur le compte Twitter d'ITV ce jeudi 17 octobre, un passage d'une interview du duc de Sussex a été publié. Face à son ami Tom Bradby, journaliste politique, il est revenu sur la mort de sa mère Lady Diana. "Je pense que la plaie est toujours ouverte. En faisant partie de cette famille, en ayant ce rôle et ce travail, à chaque fois que je vois un appareil photo, à chaque fois que j'entends un clic, à chaque fois que je vois un flash, je m'en rappelle. C'est la pire façon de se souvenir de sa vie", s'est-il confié. "Every single time I hear a click, every single time I see a flash, it takes me straight back" Prince Harry tells ITV his grief for Diana is still a "wound that festers" and being followed by the press is the "worst reminder of her life" #HarryAndMeghanhttps://t.co/FEy37XVASWpic.twitter.com/0qUXeoOXWz — ITV News (@itvnews) October 17, 2019 Accompagné de Meghan Markle et leur fils Archie en Afrique, le prince Harry a pu marcher sur les pas de sa mère, notamment en traversant le même champ de mines qu'elle en Angola. Avant de vivre cette expérience, il a déclaré à Tom Bradby : "Être ici 22 ans plus tard pour tenter de terminer ce qu'elle a commencé sera incroyablement émouvant." Et a prononcé cette phrase émouvante : "Tout ce que je fais me ramène à elle." Les souvenirs de la princesse au destin brisé ne sont pas toujours heureux. Preuve en est : pour éviter le même sort à sa femme, il s'est lancé dans une bataille contre les médias britanniques. À lui de conclure, mélancolique : "Avec mon rôle, avec mon travail et les pressions qui en découlent, je me rappelle des mauvais moments, malheureusement." Crédits photos : Bestimage
>> Lire la suite

La Cemac prépare l'entrée en bourse forcée de certaines entreprises exerçant dans la sous-région (Thu, 17 Oct 2019)
(Investir au Cameroun) - Le Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac), réuni le 2 octobre dernier à Yaoundé, « a adopté le règlement relatif à l’introduction en bourse des participations des États et de leurs démembrements, dans les entreprises exerçant dans la Cemac », peut-on lire dans le communiqué final des travaux. Cet instrument, non rendu public pour l’instant, est destiné, selon le même communiqué, « à accompagner la seconde phase du processus d’unification du marché financier de la Cemac ». Cette seconde phase vise la dynamisation de la bourse unifiée conformément à l’article 8 de l’Acte additionnel du 19 février 2018. Cet article donne aux États membres de la Cemac jusqu’au 19 février 2020, pour « procéder à la cession partielle ou totale en bourse de leurs participations dans le capital d’entreprises publiques, parapubliques, ou issues de partenariat public-privé, notamment dans le cadre de programme de privatisation ». De manière concrète, il s’agit pour les États de la sous-région et leurs démembrements de vendre à des investisseurs sur le marché financier unifié une partie ou la totalité des actions détenues dans les entreprises en activité dans la Cemac. Ce qui est synonyme d’une entrée en bourse pour ces entreprises. Mais ce n’est pas tout. Le même article demande aux États, dans les mêmes délais, « l’adoption de cadres législatifs rendant obligatoire la cotation ou l’ouverture en bourse du capital d’entreprises ayant pour profession habituelle, la gestion ou la conservation de l’épargne publique (banques, compagnies d’assurance, etc.) et d’entreprises multinationales ou filiales de multinationales exerçant leurs activités sur le territoire des États membres ». Réformes À quelques mois de l’échéance, nous n’avons pas connaissance des diligences prises par les États dans ce sens. Plusieurs entreprises concernées par cette réforme ne sont même pas informées de son existence. L’obligation faite aux entreprises publiques et parapubliques, aux microfinances, aux banques et aux compagnies d’assurance d’entrer en bourses va pourtant induire des changements importants dans le fonctionnement de ces structures. D’abord en termes de transparence : il faudra désormais tenir une comptabilité régulière et fiable, sanctionnée par la production annuelle des états financiers crédibles (bilan, tableau financier des ressources et emplois, compte de résultats, états annexés, déclaration statistique et fiscale). À ce jour, la pratique est loin d’être partagée.  Ensuite, beaucoup d’entreprises devront revoir leur statut juridique. Selon de nombreux experts, pour accéder au marché financier, il faut être une société de capitaux notamment une société anonyme avec conseil d’administration. Or, la grande majorité des PME et grandes entreprises en activités au sein de la Cemac seraient des sociétés anonymes avec administrateur général et un tour de table ne dépasse guère trois actionnaires. La première phase de la fusion des marchés financiers de la Cemac s’est achevée en juillet 2019 avec plusieurs mois de retard. Au cours de celle-ci, le processus de fusion des structures des deux marchés boursiers d’Afrique centrale a abouti à une nouvelle configuration de celui-ci articulée autour d’un régulateur unique, basé à Libreville (Gabon) et d’une bourse unique dont le siège est fixé à Douala (Cameroun). La bourse new-look est le fruit de la fusion entre la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac) et Douala Stock Exchange (DSX). Sylvain Andzongo et Aboudi Ottou
>> Lire la suite

« Réseau francophone des femmes responsables dans l'enseignement supérieur et la recherche ... (Thu, 17 Oct 2019)
Le 17 octobre 2019, les membres du "Réseau francophone des femmes responsables dans l’enseignement supérieur et la recherche" (RESUFF), réuni.e.s à la Maison du Maroc de la Cité internationale universitaire de Paris (CiuP) à l’occasion de leur assemblée générale extraordinaire, ont procédé au renouvellement des membres du bureau et ont élu : Madame Leila Saadé : Présidente membre institutionnel Professeure à l’Université Libanaise, ancienne Doyenne de l’Ecole doctorale de droit et des sciences politiques, administratives et économiques 2014-2017 – Liban Madame Mahadié Outhman Issa : Vice-présidente membre institutionnel Directrice Générale de l’Institut Sous-régional Multisectoriel de Technologie Appliquée, de Planification et d’Évaluation de Projets (ISTA) – Gabon Madame Christine Rivalan-Guego : Trésorière membre institutionnel Vice-Présidente du conseil d’administration, chargée des moyens, des finances et de l’égalité de l’Université Rennes 2 – France Madame Cristina Robalo-Cordeiro : Secrétaire membre institutionnel Professeure à l’Université de Coimbra – Portugal Madame Marie-Linda Lord : Vice-présidente membre individuel Professeur et ancienne Vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l’Université de Moncton – Canada Madame Marie-Monique Rasoazanenera : Trésorière-adjointe membre individuel Professeur et ancienne Présidente de l’Université de Fianarantsoa – Madagascar
>> Lire la suite

Morbihan. Nicolas Hulot parlera primates à Branféré (Thu, 17 Oct 2019)
Décidément à l’honneur en cet automne au parc animalier de Branféré, les primates seront samedi au cœur d’une conférence grand public à laquelle participera Nicolas Hulot. Le parc, la Fondation de France et la fondation Nicolas Hulot ont créé il y a trois ans Rajako (singe en malgache), un fonds de conservation « pour préserver les primates et leur habitat naturel. » Trois associations sont soutenues par ce programme. En Ouganda pour sauver les chimpanzés, en Indonésie auprès des gibbons et à Madagascar avec les lémuriens. Elles essaient par exemple de sécuriser les zones d’habitat, plantent des arbres, sensibilisent les populations, mettent en place des patrouilles anti-braconnage… Aux côtés de Nicolas Hulot au Guerno ce samedi, les fondateurs de ces associations seront présents pour expliquer leur travail sur place et les projets envisageables : Chanee de l’association Kalaweit, Sabrina et Jean-Michel Krief de l’association pour la conservation des grands singes, et Guillaume Tati de l’Alliance pour la conservation des grands singes en Afrique centrale. Ouverte à tous les visiteurs du parc et accessible au grand public, la conférence se tiendra de 14 h 30 à 16 h. Vers 16 h 45, les intervenants du programme Rajako pourront poursuivre la discussion lors de rencontres avec les visiteurs qui voudront en savoir plus. Tous les bénéfices de la journée seront reversés au programme Rajako. Parc de Branféré (au Guerno, Morbihan) ouvert samedi de 10 h à 18 h, conférence à 14 h 30. Entrée 21,50 € à partir de 13 ans, 14,50 € de 4 à 12 ans, 20 et 13 € en tarif réduit.
>> Lire la suite