planète Asie de l’est actualité Asie de l’est
AEE
AEE
AEE
AEE
nos éditions nos flux rss
En Corée du Sud, l'arrivée d'un transfuge nord-coréen à la nage provoque la stupeur et l'embarras du gouver... - Franceinfo (mer., 24 févr. 2021)
Des soldats sud-coréens patrouillent le long de la zone démilitarisée (DMZ) sur la côte entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, le 6 octobre 2020 Des soldats sud-coréens patrouillent le long de la zone démilitarisée (DMZ) sur la côte entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, le 6 octobre 2020 (ED JONES / AFP) Six heures de nage pour contourner l’une des frontières les plus militarisées du monde, la fameuse DMZ, longue de 250 km . Cette frontière qui sépare les deux Corées est réputée infranchissable et pour cause : elle est truffée de mines, il y a des barbelés tout le long et elle est surveillée par des milliers de militaires. Ce jeune Nord-Coréen a donc mis une combinaison de plongée, chaussé des palmes et il a nagé pendant six heures. Les courants de la côte est de la mer du Japon ont semble-t-il joué en sa faveur. Puis, une fois sur la terre ferme, il s’est glissé dans une canalisation d’eau qui passe sous les barbelés et le tour était joué…   Au-delà de l’exploit sportif, son périple pose la question de l’efficacité de la vidéosurveillance. Car le jeune homme est apparu huit fois sur les caméras. Son passage a même déclenché deux alarmes. Quand les militaires sud-coréens l’ont enfin repéré, il leur a fallu trois heures pour le retrouver. Le gouvernement sud-coréen a fait son mea culpa : le ministre de la Défense a reconnu que le système de surveillance était défaillant dans cette zone.   Depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, on estime qu’environ 30 000 Nord-Coréens ont fui la répression dans leur pays pour passer au sud. L'an dernier, ils n’étaient que 229  en raison de la fermeture des frontières verrouillées  par Pyongyang pour lutter contre le coronavirus. Mais il est rare qu’ils franchissent la fameuse DMZ : l'immense majorité des transfuges nord-coréens passent par la frontière chinoise, beaucoup plus poreuse, avant de gagner la Corée du Sud par un pays tiers. Les cas de défection à travers la zone démilitarisée sont rarissimes. Le dernier passage du genre date du mois de novembre dernier. Un jeune gymnaste nord-coréen a sauté par-dessus une clôture de trois mètres de haut sans déclencher d’alarme. C’est tellement incroyable que les garde-frontières sud-coréens, incrédules, lui avaient demandé de refaire le saut devant eux…  Ce ne sont pas quelques cas de défection qui peuvent remettre en cause le rapprochement entre les deux Corées. Mais on voit bien l’embarras de Séoul alors que le président sud-coréen se démène pour faire aboutir des discussions entamées il y a deux ans et qui achoppent toujours sur le dossier du nucléaire nord-coréen. Le président Moon avait proposé en 2019 de transformer la DMZ en une zone de paix internationale. La nouvelle zone pourrait même être inscrite au patrimoine mondial de l'humanité. On n’en est pas encore là… C’est un nouveau chapitre à écrire dans les relations entre les deux pays. A lire aussi Sujets associés
>> Lire la suite

Corée du Nord: Kim Jong-un précise sa politique envers la Corée du Sud - La Tribune (Wed, 10 Feb 2021)
SEOUL (Reuters) - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a clarifié mardi la politique que son Parti des travailleurs devrait suivre dans ses relations avec la Corée du Sud, annonce mercredi l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. Le mois dernier, Kim Jong-un a appelé à un renforcement des capacités militaires et a déclaré que les Etats-Unis restaient le "plus grand ennemi" de la Corée du Nord. Kim Jong-un, secrétaire général du parti au pouvoir, a précisé lors d'une deuxième journée de réunions son plan de politique à cinq ans. "Le secrétaire général a mis en évidence les tâches que l'Armée populaire et l'industrie des munitions auront à accomplir cette année", a indiqué KCNA. "Il a précisé la direction à suivre par le secteur chargé des affaires avec la Corée du Sud et par le secteur chargé des affaires extérieures." Au début de l'année, Kim Jong-un a violemment critiqué Séoul pour avoir proposé une coopération sur des "questions non-essentielles", telles que le coronavirus et le tourisme, et a recommandé à la Corée du Sud d'arrêter d'acheter des armes et de procéder à des exercices militaires avec les Etats-Unis. KCNA n'a pas donné plus de détails sur les réunions mais a annoncé qu'elles se poursuivraient pour au moins un troisième jour. (Sangmi Cha; version française Camille Raynaud) Suivez La Tribune Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters
>> Lire la suite

Corée du Sud: exclu pour harcèlement sexuel, un patineur ira aux JO avec la Chine - Le Figaro (Mon, 08 Mar 2021)
Lim Hyo-jun, champion olympique de short-track (patinage de vitesse sur courte piste) écarté de l'équipe sud-coréenne pour harcèlement sexuel, a pris la nationalité chinoise et pourra disputer l'an prochain les JO de Pékin sous sa nouvelle bannière, ont annoncé lundi des médias coréens. Le patineur de 24 ans a reçu son nouveau passeport vendredi, selon la chaîne coréenne MBC, et ira s'entraîner avec l'équipe nationale chinoise après sa quarantaine. Lim Hyo-Jun, médaillé d'or sur 1.500 m et de bronze sur 500 m aux JO-2018 de Pyeongchang, avait été exclu de l'équipe sud-coréenne en août 2019 pour avoir baissé le pantalon d'un coéquipier à l'entraînement. Il avait été condamné pour harcèlement sexuel en première instance puis relaxé en appel, et l'affaire est désormais devant la Cour suprême. En cas de condamnation, la suspension d'un an infligée par la Fédération prendrait effet et l'empêcherait de porter les couleurs sud-coréennes aux JO-2022. En se faisant naturaliser chinois, «il a juste cherché un moyen de rechausser les patins», affirment ses agents, cités par l'agence sud-coréenne Yonhap. Le monde du short-track en Corée du Sud, nation-phare de la discipline, a déjà été ébranlé par des scandales de violences sexuelles. En janvier, un ancien entraîneur national a été condamné à une lourde peine de prison pour agression sexuelle envers la double championne olympique Shim Suk-hee. A lire aussi
>> Lire la suite

Consternation en Corée du Sud après la mort d'une ex-militaire transgenre - Le Monde (Thu, 04 Mar 2021)
La sergente Byun Hee-soo, le 22 janvier 2020, à Séoul, en Corée du Sud. La sergente Byun Hee-soo, le 22 janvier 2020, à Séoul, en Corée du Sud. La sergente Byun Hee-soo, le 22 janvier 2020, à Séoul, en Corée du Sud. AHN YOUNG-JOON / AP Une militaire sud-coréenne limogée par l’armée après avoir eu recours à une intervention chirurgicale afin de changer d’identité sexuelle a été retrouvée morte, mercredi 3 mars, suscitant une vague de consternation et des appels à adopter une loi antidiscrimination. Le corps de Byun Hee-soo a été retrouvé à son domicile de Cheongju, au sud de Séoul, a rapporté l’agence de presse sud-coréenne Yonhap. Une enquête a été confiée à la police qui a confirmé sa mort à l’Agence France-Presse (AFP). Aucun mot n’a été retrouvé, mais son décès est considéré comme étant un suicide, selon Yonhap. Citant des représentants des autorités, l’agence a affirmé qu’elle avait déjà tenté de se suicider il y a trois mois. L’annonce de sa mort a suscité une vague de réactions. « L’ensemble de la société coréenne porte la responsabilité de sa mort », affirme un message publié sur Daum, numéro deux des portails Internet du pays. « Ceux qui l’ont ridiculisée et qui ont fait des commentaires malveillants en ligne parce qu’elle était transsexuelle, je veux que vous réfléchissiez à ce que vous lui avez fait. » « Je suis une militaire de la République de Corée » Byun Hee-soo s’était engagée volontairement sous les drapeaux en tant qu’homme en 2017, avant de recourir en novembre 2019 en Thaïlande à une opération chirurgicale de réassignation sexuelle. Devenue femme, elle avait clairement fait part à sa hiérarchie de sa volonté de rester dans l’armée. En janvier 2020, une commission militaire avait ordonné son renvoi de l’institution militaire, le ministère de la défense estimant que la perte de ses organes génitaux masculins constituait un handicap mental ou physique. A l’issue de son limogeage, Mme Byun était sortie de l’anonymat afin de plaider sa cause. « Je suis une militaire de la République de Corée », avait-elle déclaré, la voix tremblante. En uniforme, elle avait expliqué que servir sous les drapeaux était un rêve d’enfant. Mais elle avait dit souffrir de dépression en raison d’une « dysphorie de genre », autrement dit un profond sentiment d’inadéquation entre son corps et son identité sexuelle – d’où son choix de se faire opérer. « Je veux montrer à tout le monde que, quelle que soit mon identité sexuelle, je peux être un de ces grands soldats qui défendent le pays ». « S’il vous plaît, donnez-moi cette chance », avait imploré la jeune femme. Deux années de service militaire La conscription existe toujours en Corée du Sud, où l’armée est principalement affectée à la protection du territoire face à la menace du Nord. Tout homme apte est tenu à deux années de service militaire. Mme Byun a été le premier soldat sud-coréen à connaître une opération de réassignation sexuelle durant son service. Le porte-parole adjoint du ministère de la défense, Moon Hong-sik, a présenté ses condoléances à la suite de cette « mort regrettable ». Il a cependant précisé qu’il n’y a pas eu de discussions approfondies sur la question des soldats transgenres. Par ailleurs, des associations internationales de défense des droits dénoncent depuis longtemps le fait que les relations sexuelles consenties entre deux personnes de même sexe demeurent un délit aux yeux de la loi militaire sud-coréenne. L’armée poursuit sans relâche les soldats qui entretiennent des relations homosexuelles. Ils encourent deux ans d’emprisonnement assortis de travaux forcés en cas de condamnation par une cour martiale. « Nous aurions pu la sauver » La procureure sud-coréenne Seo Ji-hyun, à l’origine du mouvement #metoo dans son pays lorsqu’elle avait révélé avoir été victime de harcèlement sexuel de la part d’un supérieur, a réagi à la mort de l’ancienne militaire. « Nous aurions pu la sauver… Nous devions juste la laisser vivre sa vie telle qu’elle était », a-t-elle affirmé sur compte Facebook avant d’appeler « à un projet de loi antidiscrimination ». L’an dernier, un projet de loi souhaitant lutter contre les valeurs traditionnelles profondément ancrées dans la société sud-coréenne a été proposé. Ce texte viserait à interdire tout favoritisme fondé notamment sur le sexe, l’âge, l’orientation sexuelle, le handicap ou la religion. Plus d’une douzaine de tentatives d’adoption de lois antidiscrimination ont échoué ces quatorze dernières années, notamment en raison de l’opposition des puissantes églises qui condamnent l’homosexualité et de certaines associations. Le Monde avec AFP
>> Lire la suite

La Corée du Nord est une priorité absolue pour les Etats-Unis - La Tribune (Sat, 13 Feb 2021)
WASHINGTON (Reuters) - Les programmes nucléaire et de missiles balistiques de la Corée du Nord représentent une priorité absolue pour Washington, qui reste déterminée à ce que le pays soit dénucléarisé, annonce le département d'Etat américain vendredi. La Corée du Nord a continué à développer ses programmes nucléaire et de missiles ces dernières années, "ce qui en fait une priorité absolue pour les Etats-Unis que nous approcherons avec nos partenaires et nos alliés", a déclaré Ned Price, porte-parole du département d'Etat. L'administration Biden a dit mener une évaluation des politiques nord-coréennes en coopérant avec ses alliés, particulièrement la Corée du Sud et le Japon. Selon un rapport confidentiel des Nations unies consulté par Reuters, la Corée du Nord a entretenu et développé ses programmes nucléaire et balistique en 2020, en violation des sanctions internationales. Durant sa campagne électorale, Joe Biden a qualifié Kim Jong-un de "voyou" et a déclaré qu'il ne le rencontrerait "qu'à la condition qu'il accepte de réduire sa capacité nucléaire." (David Brunnstrom, Daphne Psaledakis et Jonathan Landay; version française Camille Raynaud) Suivez La Tribune Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters
>> Lire la suite

RepDom, Corée du Sud, Islande : les nouvelles formalités - L'Echo Touristique - L'Echo Touristique (Tue, 02 Mar 2021)
Avec la pandémie, les formalités administratives d’accès aux territoires changent continuellement. La République Dominicaine, l’Islande et la Corée du Sud viennent d’ajuster leurs conditions d’entrée. En République Dominicaine, depuis le 28 février, les autorités n’acceptent plus l’ancien formulaire papier de déclaration d’entrée et de sortie du pays. Les voyageurs devront présenter à leur arrivée le nouveau formulaire numérique qu’ils auront complété en ligne avant leur départ pour la République Dominicaine. Disponible en ligne en cliquant ici, le formulaire complété deviendra un QR Code qu’il faudra imprimer ou présenter directement via son smartphone aux autorités lors du contrôle à l’arrivée dans le pays. Une initiative qui vise à assouplir les processus liés à l’entrée sur le territoire. A l’inverse, l’Islande resserre sa politique concernant l’arrivée des touristes internationaux. Les voyageurs à destination de l’île doivent désormais présenter un test PCR réalisé moins de 72 heures avant leur départ, puis effectuer un test gratuit dès leur arrivée à l’aéroport international de Keflavik, et observer une quarantaine stricte de 5 jours jusqu’aux résultats d’un troisième test PCR à passer dans l’un des centres de dépistage du pays. Une situation qui devrait perdurer jusqu’au 1er mai, date à laquelle le gouvernement islandais devrait utiliser le code couleur d’évolution des risques de l’ECD. L’Islande veut se préserver du virus Les voyageurs en provenance des zones à faible risque seront exemptés de quarantaine s’ils présentent un résultat PCR négatif à leur arrivée. Les autres voyageurs devront se soumettre aux restrictions actuelles. Les personnes qui voyagent depuis la zone UE pourront quant à elles fournir des résultats négatifs de moins de 72 heures ou un certificat de vaccination. Avec ces mesures, l’Islande entend se préserver du Covid-19, qui n’a que très peu touché l’île : 9 cas ont été confirmés dans le pays en mars – dont 8 ont été détectés en quarantaine à leur arrivée. Sur le même sujet Enfin, la Corée du Sud va externaliser son service de traitement des visas dès le 15 mars. L’Ambassade de Corée du Sud en France annonce que le Gouvernement « ouvrira le Centre coréen de traitement des demandes de visa (KVAC) à Paris, géré par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), pour traiter les demandes de visa coréen formulées par les ressortissants français ainsi que par les ressortissants de pays tiers résidant régulièrement en France. A la suite de l’ouverture dudit centre, l’Ambassade ne recevra plus aucune demande de visa ». Le dépôt de la demande de visa devra s’effectuer sur rendez-vous, ou par voie postale, après avoir effectué le règlement, par virement bancaire, des frais consulaires et des frais de service (60€/dossier) appliqués par le centre KVAC en plus des frais de visa. A lire aussi : Articles similaires
>> Lire la suite

Corée du Sud: suspension de la délivrance des visas jusqu'à nouvel ordre - TourMaG.com (Fri, 05 Mar 2021)
L'Ambassade de la République de Corée en France annonce cesser la délivrance des visas.
Les autorités consulaires coréennes en France ne délivrent plus de visas jusqu'à nouvel ordre - © Adobe Stock Les autorités consulaires coréennes en France ne délivrent plus de visas jusqu'à nouvel ordre - © Adobe Stock L'Ambassade de Corée du Sud en France annonce qu'elle suspend, jusqu'à nouvel ordre, la délivrance des visas d'Affaires, d'Études, de Visite familiale et de Travail sans autorisation ministérielle. Dans un communiqué publié le 4 Mars 2021 sur son site Internet, l'Ambassade de Corée du Sud en France déclare qu'"en raison de l'aggravation de la situation sanitaire engendrée par l'épidémie de Covid-19, la délivrance du visa étudiant sera suspendue à partir du 4 mars, et ce jusqu'à nouvel ordre de la part du gouvernement coréen".
Interrogée par Action-Visas, l'Ambassade de la République de Corée en France précise que "cette mesure temporaire impacte également les autres types de visas. Cependant le visa de Travail peut exceptionnellement être délivré sur présentation d'une autorisation du service coréen d'immigration, formulée et obtenue par l'entreprise coréenne, qui aura réclamé une dérogation auprès du Ministère coréen de l'Industrie". "Les visas qui sont déjà délivrés sont toujours valables" ajoute l'Ambassade de Corée du Sud en France dans son communiqué et explique à Action-Visas que "les dossiers en cours de traitement ou de réception seront restitués sans visa". Dès le 15 Mars 2021, les autorités consulaires coréennes en France externaliseront leur service de traitement des demandes de visas, les dossiers seront traités par le Korea Visa Application Center (KVAC) de Paris dès reprise de la délivrance des visas et Action-Visas vous proposera son expérience et ses services simplifiés pour l'obtention de votre visa Corée du Sud. Tenez-vous informé des dernières actualités internationales sur les formalités voyages, directement en provenance des ministères et ambassades, sur les pages de TourMaG.com ou auprès d'Action-Visas.com.
>> Lire la suite

La Corée du Nord a dérobé 300 millions de dollars de cryptomonnaies en quelques mois - Le Monde (Wed, 10 Feb 2021)
La Corée du Nord a déployé des milliers de pirates informatiques aguerris qui visent des entreprises et des institutions en Corée du Sud et ailleurs dans le monde. Leur objectif est également de trouver des sources de revenus face aux multiples sanctions auxquelles le pays est soumis en raison de ses programmes d’armement. La Corée du Nord a déployé des milliers de pirates informatiques aguerris qui visent des entreprises et des institutions en Corée du Sud et ailleurs dans le monde. Leur objectif est également de trouver des sources de revenus face aux multiples sanctions auxquelles le pays est soumis en raison de ses programmes d’armement. La Corée du Nord a déployé des milliers de pirates informatiques aguerris qui visent des entreprises et des institutions en Corée du Sud et ailleurs dans le monde. Leur objectif est également de trouver des sources de revenus face aux multiples sanctions auxquelles le pays est soumis en raison de ses programmes d’armement. KCNA / VIA REUTERS La Corée du Nord a entretenu et développé ses programmes nucléaire et balistique en 2020, en violation des sanctions internationales, rapporte un rapport confidentiel des Nations unies, qui précise que le régime de Pyongyang y est parvenu en dérobant, au cours des derniers mois, plus de 300 millions de dollars de cryptomonnaies par le biais d’attaques informatiques. Ce document, rédigé par un groupe d’experts chargé de contrôler l’application des sanctions prises contre Pyongyang, estime qu’« au total, le vol de biens virtuels commis par le pays entre 2019 et novembre 2020 s’élève à environ 316,4 millions de dollars » (260 millions d’euros), d’après un Etat membre des Nations unies. Des institutions financières et des Bourses ont été piratées et une large majorité des recettes provenait de deux détournements commis fin 2020. Série d’attaques informatiques La Corée du Nord a déployé des milliers de pirates informatiques aguerris qui visent des entreprises et des institutions en Corée du Sud et ailleurs dans le monde. Leur objectif est également de trouver des sources de revenus face aux multiples sanctions auxquelles le pays est soumis en raison de ses programmes d’armement. Les capacités en matière de piratage de Pyongyang avaient été mises en lumière en 2014, lorsque le Nord avait été accusé d’avoir attaqué Sony Pictures Entertainment pour se venger du film The Interview, une satire tournant en dérision Kim Jong-un. Pyongyang est également soupçonné d’avoir volé en 2016 quelque 81 millions de dollars à la Banque centrale du Bangladesh (BCB) et, en 2017, quelque 60 millions de dollars à la banque taïwanaise Far Eastern International. Les pirates informatiques auraient intensifié les attaques des plates-formes d’échange de bitcoins, dont la valeur atteinte ne cesse d’augmenter. Relations au point mort Les négociations entre Pyongyang et Washington sont au point mort depuis l’échec du sommet de Hanoï en 2019. Une des raisons de cette impasse a été l’absence de consensus sur les concessions que le Nord devrait faire en échange d’une levée des sanctions internationales pesant sur elle. Selon l’ONU, la Corée du Nord et l’Iran auraient repris en 2020 une coopération en matière de développement de missiles à longue portée. En janvier, Kim Jong-un a appelé à un renforcement des capacités militaires et a déclaré que les Etats-Unis restaient le « plus grand ennemi » de la Corée du Nord. La Corée du Nord a montré, notamment lors de parades militaires en octobre et janvier, de nouveaux modèles de missiles et fait part de sa volonté de renforcer l’arsenal nucléaire du pays. Une porte-parole du département d’Etat américain a fait savoir lundi que l’administration Biden prévoyait d’adopter une nouvelle approche avec la Corée du Nord, dont un examen complet avec des alliés des « moyens de pression et de la possibilité d’une quelconque diplomatie à l’avenir ». Le Monde avec AFP et Reuters
>> Lire la suite

La Corée du Sud était en tête dans 69 industries en 2019 | AGENCE DE PRESSE YONHAP - Agence de presse Yonhap (Mon, 08 Mar 2021)
SEOUL, 07 mars -- Pas moins de 69 produits sud-coréens dominaient les marchés mondiaux en 2019, plaçant la Corée du Sud au 11e rang mondial, a montré ce dimanche un rapport de l'Institut pour le commerce international (IIT) rattaché à l'Association coréenne du commerce international (KITA). Selon le compte rendu, la Corée du Sud était en tête sur 69 segments en 2019, en hausse de sept par rapport à l'année précédente. Elle a conquis 16 nouveaux secteurs mais a été détrônée dans neuf filières. Par article, les produits chimiques (27) et les produits sidérurgiques et métalliques non ferreux (18) ont représenté 65,2% des produits sud-coréens au premier plan mondial. Parmi les 16 articles coréens qui sont nouvellement devenus leaders du marché figuraient également des appareils électroniques et le disque dur SSD. En particulier, les exportations de SSD ont dépassé pour la première fois les 10 milliards de dollars l'année dernière, devenant un nouveau moteur des exportations coréennes. Par ailleurs, la Chine a dominé le plus grand nombre de segments avec 1.693 devant l'Allemagne (692) et les Etats-Unis (531). (Yonhap) (FIN)
>> Lire la suite