précédente prec entreprise next suivante                                  multimedia 

Crédit Lyonnais

 

back2futurel'entreprise
diaporamadiaporama videovidéo/pub soundaudio  docdocuments


 

info en continu/dernière dépêche concernant l'entreprise   - voir les autres dépêches

.........................................................................................................................

Tour de France : comment LCL a remporté le maillot jaune - cBanque.com (jeu., 20 juil. 2017)
cBanque.com Tour de France : comment LCL a remporté le maillot jaune cBanque.com En cette troisième et dernière semaine de Tour de France, cBanque débute sa série d'été sur les banques et le sponsoring sportif. Premier épisode, évidemment : LCL et le maillot jaune, l'ex-Crédit Lyonnais fêtant les 30 ans de cette traditionnelle ...
>> Lire la suite

Crédit Lyonnais
services financiers/banqueCrédit Lyonnais l'entreprise

Le Crédit lyonnais, est l'une des principales banques françaises.
Elle fut fondée à Lyon en 1863 par François Barthélemy Arlès-Dufour et Henri Germain et est considérée comme l'un des trois piliers de l'industrie bancaire française - avec BNP Paribas et la Société générale (les trois vieilles). Elle est depuis 2003 la propriété du Crédit agricole.
Le 29 août 2005 le Crédit lyonnais, jusqu’alors abrégé couramment en CL est devenu LCL, avec un nouveau logo.

Principaux repères
1863 (6 juillet) - Fondation de la société à Lyon par Arlès-Dufour, Enfantin, Talabot et Chevalier. Henri Germain devient directeur.
1870 - Ouverture de la première agence hors de France, à Londres.
1876 - 1913 - Construction progressive de la succursale parisienne
1880 - Le Crédit lyonnais occupe le premier rang des banques françaises avec 23 agences à Paris et des succursales à Londres, Genève, Constantinople et Alexandrie.
1882 - Transfert officiel de la direction du Crédit lyonnais du siège social à Lyon vers le siège central à Paris.
1900 - La banque occupe le premier rang mondial par le total de bilan
1945 – Le Crédit Lyonnais est nationalisé
1973 - Ouverture du capital au personnel
1982 - Nationalisation complète
1986 - La privatisation annoncée est ajournée.
1993 – “Crise du Crédit Lyonnais“, suite aux investissements massifs réalisés par la banque et ses filiales dans la Metro-Goldwyn-Mayer - rachetée ainsi par le sulfureux financier italien Giancarlo Parretti , ultérieurementt condamné à 4 ans de prison et 1 million de francs d’amende pour escroquerie. Le montant des pertes (130 milliards de francs) en ont fait l'un des plus grands scandales financiers de l'histoire, au même titre que l'affaire du canal de Panama. Ce scandale a touché également plusieurs filiales du Crédit lyonnais (CLBN, Société de banque occidentale (SDBO), IBSA, Altus Finance).
1996 – Le 5 mai, un incendie ravage le siège central parisien du Crédit Lyonnais. La banque sauve toutefois ses activités de marché grâce à une salle de marché de secours, prête à fonctionner. De sérieux doutes subsistent sur le caractère accidentel du sinistre, en particulier du fait des multiples foyers et de l'incendie simultané au Havre d'une partie des archives du groupe. Ces archives étaient-elles compromettantes pour certaines personnes qui auraient commandité leur disparition ?
1999 - Après la grave crise de 1993, le Crédit lyonnais cède une grande partie de son réseau international. Il est privatisé après recapitalisation le 15 juillet 1999. Après avoir placé la moitié du capital en bourse, l'État conserve 20 % des parts du capital et met en place, avec des investisseurs institutionnels, un “noyau dur“ le « Groupement d'actionnaires partenaires », qui de fait est un pacte d'actionnaires destiné à assurer l'indépendance de la banque. Les plus gros actionnaires sont le Crédit agricole, Axa et Allianz, notamment via les AGF. Aucun ne pouvait détenir plus de 10 % (cas du Crédit Agricole) du Crédit lyonnais sans l'autorisation du gouvernement.
2003 - Après un achat surprise par BNP Paribas de près de 17 % du capital du groupe , le groupe Crédit agricole SA se décide tardivement à prendre le contrôle du Crédit lyonnais. Jean Peyrelevade, PDG de la banque, manifestant sa préférence pour ce dernier, l'État cède au Crédit Agricole sa participation. La banque victorieuse fusionne la partie banque d'entreprise (BFI) avec Indosuez de la banque verte pour former Calyon et la société de gestion CLAM (Crédit Lyonnais Asset Management) avec CAAM (Crédit Agricole Asset Management).
2005 – 29 août : Le Crédit lyonnais, précédemment abrégé couramment en CL change d’identités de communication et visuelle et devient LCL avec un nouveau logo. 
2008 – 11 juillet – sentence du jugement dans l’affaire Adidas, opposant Bernard Tapie au Crédit lyonnais (représenté par le Consortium de réalisation constitué pour gérer le passif de la Banque après sa quasi-faillite de 1993). Le Crédit Lyonnais – devenu LCL entre-temps – est condamné à verser 285 M€ à Bernard Tapie. (voir document 1: LE FIGARO 11/07/2008)
2009 – la conclusion de l'affaire du Crédit Lyonnais
Vingt ans après les faits, le procès du dernier volet de la faillite du Crédit Lyonnais s'est ouvert devant le tribunal correctionnel de Paris.
Cette affaire était le premier dossier emblématique qu'eut à traiter le pôle financier à sa création, juste avant l'affaire Elf. Elle avait été instruite par Eva Joly. Le dossier, extrêmement compliqué, a été examiné durant un mois par les magistrats de la 11e chambre.et s'est achevé le 13 février 2009.
L'affaire concerne des malversations présumées lors d'opérations immobilières ayant transité par la banque IBSA, ancienne filiale de la banque.
L'accusation a mis en cause diverses opérations immobilières à l'occasion desquelles des membres d'IBSA ou de la SNC du Havre auraient perçu des commissions indues au détriment de leurs sociétés. Par ailleurs, les poursuites portent sur les conditions de cession par la Socpresse du siège parisien de France-Soir, rue Réaumur, dans le 2ème arrondissement de Paris, en 1989. La vente de cet immeuble, négociée à l'époque 550 millions de francs (83 millions d'euros) a, selon les enquêteurs, donné lieu au versement d'une commission de 91 millions de francs (13 millions d'euros) qui aurait transitée par IBSA, avant de disparaître sur des comptes off-shore. Partie civile au procès, le Consortium de réalisation (CDR), qui gère le passif du Crédit Lyonnais, réclame plusieurs centaines de millions d'euros de dommages et intérêts. (AFP)


Les retombées de la crise du Crédit Lyonnais

À travers les affaires qui ont secoué la banque au cours des années 1990, le fonctionnement du capitalisme français et notamment les relations consanguines entretenues entre sphères dirigeantes et élites étatiques supposées les contrôler a été remis en question. L'Inspection des finances et le Trésor, ont été mis en cause dans leur rôle de surveillance, et pour la perméabilité qu'elles connaissaient aux intérêts privés, du fait de leur situation duale. Un ensemble de textes concernant l'examen des risques déontologiques au départ des fonctionnaires vers le secteur privé a été arrêté, et notamment le décret n°95-168 du 17 février 1995 modifié prévoyant l'instauration de commissions chargées d'examiner les dossiers individuels des fonctionnaires des trois fonctions publiques.
Voir le bilan tiré de la crise dans un dossier de presse du ministère de l’économie et des finances du 04/11/1998

voir un article de l'AFP de juin 2009 sur la sortie de la “traversée du désert“ pour le Crédit Lyonnais, 15 ans après…


Crédit Lyonnais L’affaire “Adidas“
1990 En Juillet 1990, le Groupe Bernard Tapie s'est porté acquéreur de la société Adidas auprès des soeurs Dassler, héritières des fondateurs de la marque. Afin de financer cet investissement de 1,6 milliards de francs, il a bénéficié d'un prêt syndiqué par la SDBO, filiale du Crédit Lyonnais et banquier du groupe Tapie depuis de nombreuses années. A cette occasion, les AGF, l'UAP et le Crédit Lyonnais entrent au capital de la marque de sport. L'entreprise a été rachetée pour une somme jugée peu élevée à l'époque car elle était dépréciée. Adidas affichait des pertes et, contrairement à ses grands concurrents comme Nike ou Reebok, fabriquait encore une part importante de sa production dans des pays à main d'œuvre onéreuse, comme l'Allemagne, pays d’origine du groupe. Le groupe Adidas a besoin d'être restructuré pour redevenir profitable, et c'est le but de Bernard Tapie lorsqu'il en prend possession. Pour dissiper les doutes que génèrent ce rachat par celui dont la gestion de la société Testut commence déjà à nourrir les chroniques judiciaires, Bernard Tapie déclarera à la télévision : "Adidas, c'est l'affaire de ma vie".
1992 - Malgré les restructurations engagées (recours généralisé à la sous-traitance et suppression massive d'emplois), l'entreprise continue d'afficher des pertes. En 1992, elle atteignent le niveau historique de 500 millions de francs français. Le groupe Bernard Tapie, qui n'a pas les moyens financiers d'assumer ces pertes et de rembourser les emprunts contractés, décide de jeter l'éponge et de revendre Adidas. Il donne pour cela mandat à sa banque de trouver un repreneur, le prix de vente étant par lui fixé à 2 milliards de francs. Le groupe Bernard Tapie projette donc de faire une plus-value de 400 millions de francs sur la revente d'une société qu'il laisse “en plus mauvais état“ que lorsqu'il l’a acquise.
1993 - Le 15 février 1993, pour la somme de deux milliards de francs français (315,5 M€), Adidas est reprise par un groupe d'investisseurs emmenés par Robert Louis-Dreyfus. Ce montant correspond exactement du montant de la créance de Bernard Tapie (1,6 milliard empruntés pour le rachat, augmentés de 400 millions de frais financiers accumulés). Les acquéreurs sont financés par la SDBO, qui leur octroie un prêt du montant correspondant, mais n'ont officiellement pas d'autre lien avec la banque. Ils sont de “simples clients“.
1994 - Le 26 décembre 1994, Robert Louis-Dreyfus, déjà président du Directoire d'Adidas depuis avril 1993, prend le contrôle d'Adidas pour 4,6 milliards de francs français (701 millions d'euros). Adidas est coté le 17 novembre 1995 à la Bourse de Francfort pour une somme totale de 3,280 milliard de deutsche mark (1,677 milliard d'euros). Selon Bernard Tapie, derrière le groupe d'acquéreurs de février 1993 se dissimulait en fait le Crédit Lyonnais. La banque aurait ainsi réalisé une plus-value importante, en cachant à Bernard Tapie la possibilité de revente de l'entreprise à Robert Louis-Dreyfus, Bernard Tapie n'en obtenant que le prix plancher fixé par lui-même. Ce faisant, le Crédit Lyonnais n'aurait pas respecté son obligation professionnelle de conseil vis à vis de son de son client, mais aurait agi dans son intérêt propre et au détriment de celui-ci. Le Crédit lyonnais conteste cette version des faits. Dans un premier temps, Jean Peyrelevade, président du Crédit lyonnais de 1993 à 2003, étaye cette thèse en parlant du portage effectué par la banque, avant de se rétracter.
1995 - Dès le 4 juillet 1995, au titre de la plus-value réalisée, Bernard Tapie réclame 229 millions d'euros au Crédit Lyonnais ainsi qu'au Consortium de réalisation (CDR). Il porte plainte devant le Tribunal de Commerce de Paris.
1996 - Le 7 novembre 1996, le Tribunal de Commerce de Paris condamne le Consortium de réalisation à verser à Bernard Tapie une provision de 600 millions de francs (91,5 millions d'euros). Le 12 octobre 1998, devant le Tribunal de Commerce de Paris, Bernard Tapie réclame 6,5 milliards de francs (990 millions d'euros) pour "montage frauduleux". Le tribunal transfère le dossier à la Cour d'Appel de Paris et annule la provision de 600 millions de francs.
2004 - Le 12 novembre 2004, la cour d'appel de Paris autorise une médiation entre  Bernard Tapie et l'État, propriétaire du CDR, pour un accord amiable. Mais la médiation échoue.
2005 - Le 30 septembre 2005, la cour d'appel condamne le Consortium de réalisation à payer 135 millions d'euros à Bernard Tapie. Elle fixe le préjudice de Bernard Tapie à 66 millions d'euros augmentés de l'inflation et de la hausse du titre Adidas.
2006 - Le 9 octobre 2006, la Cour de cassation, saisie par le CDR à la demande du gouvernement, casse le jugement de la cour d'appel. Elle ne se prononce pas sur le fond du dossier, mais juge que la cour d'appel "n'avait pas caractérisé les éléments qui auraient permis d’établir, selon la jurisprudence en la matière, que le Crédit lyonnais était obligé par un contrat auquel il n‘était pas partie".
2007 - Le 25 octobre 2007, Bernard Tapie ainsi que les représentants du CDR acceptent le passage par un tribunal arbitral, composé de Pierre Mazeaud, Jean-Denis Bredin et Pierre Estoup. Cette procédure est possible s'agissant d'un conflit de droit commercial privé. Elle est toutefois inédite en France s'agissant d'un conflit opposant un particulier et un organisme financier dépendant de l'État.
2008 - Le 07 juillet 2008, le tribunal arbitral condamne le CDR à verser à Bernard Tapie 285 M€ : 240 M€ à titre matériel ainsi que 45 M€ à titre moral, plus les intérêts de retard.


firml’entreprise contextle contexte des interventions prestaprestations réalisées par Bruno Cargnelli tophaut de page typewritermenu général  
Crédit Lyonnais contexte des interventions

Animation commerciale force de vente, collaboration rédactionnelle

firml’entreprise contextle contexte des interventions prestaprestations réalisées par Bruno Cargnelli tophaut de page typewritermenu général  

presta Crédit Lyonnais prestations réalisées par Bruno Cargnelli
agence: l'agence [1995 -> 1999]
””
Collaboration au “COMAC“ (publication destinée aux forces de vente) Sujets traités: nouvelles démarches clientèle, plates-formes téléphoniques, CRM, fidélisation, préparation à l'euro. (1997-1999)

””
Collaboration ponctuelle à “Accélérations“ note d'analyse économique du Crédit Lyonnais (1995)

firml’entreprise contextle contexte des interventions prestaprestations réalisées par Bruno Cargnelli tophaut de page typewritermenu général  



document 1 - Le Figaro 11/07/2008
Crédit Lyonnais : 285 millions pour Bernard Tapie
Par Mathieu Delahousse

Dans l'affaire Adidas, le tribunal arbitral accorde 285 millions d'euros à Tapie, qui va pouvoir rembourser ses dettes et sortir de la liquidation judiciaire. Le bras de fer entre l'homme d'affaires Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais (aujourd'hui représenté par le CDR, le consortium de réalisation) connaît aujourd'hui un point final. Les trois arbitres qui devaient rendre leur sentence avant le 31 juillet pour mettre un point final à l'affaire qui se prolonge depuis 1993 ont décidé d'accorder 285 millions d'euros à Bernard Tapie. Compte tenu de la créance que détient le CDR sur la liquidation, et des impôts dus dans cette affaire, une large part de la condamnation décidée par le tribunal retournera en pratique vers les caisses publiques. Le Tribunal donne raison à Bernard Tapie sur deux points. Selon les «sages», les fautes auraient été commises par les banques : d'une part, un manquement à l'obligation de loyauté incombant au mandataire, en n'informant pas suffisamment le mandant, d'autre part, une violation de l'interdiction, pour la banque mandataire, de se porter contrepartie en achetant, directement ou indirectement, le bien qu'elle est chargée de vendre.
Voir également Le Point du 25/01/2007 N°1321 : Crédit lyonnais - Les incendies étaient criminels


document 2: note du Ministère de l'Économie et des Finances (extrait) - 04/11/1998

Le crédit Lyonnais : une stratégie clarifiée, des résultats redressés

La clarification de la stratégie Le Crédit Lyonnais, qu'une expansion insuffisamment maîtrisée avait conduit à la crise au début des années 1990, a engagé un recentrage sur une stratégie lisible, cohérente et raisonnée. Dans le cadre de la préparation du plan stratégique adressé à la Commission européenne, mis au point avec la direction de l'entreprise, Dominique Strauss-Kahn a approuvé une stratégie qui s'articule autour des trois métiers afin de permettre au Crédit Lyonnais de répondre aux exigences de la compétition mondiale :
• la banque des particuliers, des professionnels et des PME en France, grâce à son réseau d'implantations commerciales et à sa tradition d'accompagnement des PME ;
• la banque des grandes entreprises et des institutionnels dans le monde, grâce à sa présence sur les principales places financières mondiales et à ses compétences dans les financements structurés, les financements de projets ou les activités de marché ;
• la banque de la gestion d'actifs pour compte de tiers en France et dans le monde, grâce à ses positions en matière de gestion privée ou d'épargne collective.

Ces orientations n'ont pas été remises en cause par la décision de la Commission européenne du 20 mai 1998, dont les autorités françaises ont obtenu qu'elle préserve les intérêts essentiels du Crédit Lyonnais dans le réseau en France et les implantations stratégiques dans le monde. Au total, le Crédit Lyonnais dispose donc d'une stratégie adaptée à ses moyens financiers et assise sur ses domaines d'excellence dans des activités rentables. Le redressement des résultats L'action menée par la direction et les équipes du Crédit Lyonnais a permis à la banque d'opérer le redressement financier de l'entreprise ,  après 3 000 MF de dotation prudentielle sur les risques-pays.
Les efforts de restructuration, qui ont accompagné le recentrage stratégique sur trois métiers principaux, ont bénéficié du développement d'une nouvelle culture d'entreprise, axée sur la notion de rentabilité et de contrôle des risques. Le redressement des comptes du Crédit Lyonnais est particulièrement net :
en MF                                                       1995    1996     1997   
Produit net bancaire                                43 355  44 509   46 020
Résultat brut d'exploitation                        6 646    9 460   11 039
Résultat courant avant impôts                   1 534    4 512     3 813


© Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, 04/11/1998


document 3: article AFP - 21/06/2009

Devenu LCL, l'ex-Crédit Lyonnais a fini sa traversée du désert
Thomas URBAIN – 21 juin 2009

PARIS (AFP) — Après une traversée du désert de quinze ans, le Crédit Lyonnais, devenu LCL, tire les bénéfices d'une stratégie de rupture avec un passé encombrant qui l'a relancé sur le plan commercial, même si son succès reste à confirmer.

Après avoir gagné 110.000 clients en 2008, LCL vient d'en dénombrer 34.000 supplémentaires au premier trimestre, presque trois fois plus que la Société Générale.

Une nouvelle dynamique commerciale pour un établissement englué pendant des années dans des déboires financiers retentissants, au point de frôler la faillite, puis qui a connu un positionnement difficile au sein du Crédit Agricole, qui l'a racheté en 2003.

Entre 1993 et 2003, "on peut évaluer à un million le nombre de comptes qu'on a perdus ou qu'on n'a pas ouverts par rapport aux autres réseaux", estime son directeur général Christian Duvillet.
Pour mettre fin à l'hémorragie, le Lyonnais a dû trancher dans le vif. Changer de nom pour commencer, car si la marque était "extrêmement connue", ce n'était "pas forcément pour les bonnes raisons", reconnaît Marie Petracco, responsable de la communication externe.

Devenu LCL en 2005, le Lyonnais se lance dans un plan de modernisation, rationalise son réseau, réduit les niveaux hiérarchiques, bouleverse son offre commerciale. Une mue qui se fait au prix d'une forte réduction d'effectifs (3.500 départs nets).
Porté par une campagne publicitaire télévisée massive autour de célébrités, LCL se présente désormais comme une banque capable de faire "plus" pour ses clients.
"Ils ont eu un peu d'avance sur une tendance consumériste qui s'est nourrie d'une évolution de la société et d'une évolution réglementaire", avec notamment l'arrivée du relevé unique, qui récapitule l'ensemble des frais bancaires, estime Stéphane Court, associé au sein du cabinet de conseil Equinox.

Pour se démarquer, LCL rompt également avec la logique des forfaits bancaires, adoptée par toutes les banques depuis les années 90, en lançant LCL "à la carte", qui permet de bénéficier d'avantages tarifaires tout en ne souscrivant pas systématiquement au même panier de produits.
Le thème de la "juste consommation était complètement en phase avec un discours que les clients avaient envie d'entendre", souligne M. Court.

Trois ans après avoir fait peau neuve, LCL est en phase de "remontée commerciale", assure M. Duvillet, comme en témoigne la progression de son Produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires), la plus forte de toutes les grandes banques françaises en 2008.

"C'est surtout du rattrapage", tempère un analyste, rappelant les années noires. "On n'est pas encore au niveau de BNP Paribas", qui a gagné 65.000 clients au premier trimestre.
Pour Eric Delannoy, vice-président du cabinet Weave, le défi de LCL est maintenant de continuer à croître "avec des marges de développement et des leviers de croissance limités".
Seule banque française à réseau national sans activité de marché et sans implantation à l'étranger, LCL ne peut, en effet, compter que sur le marché hexagonal, où 99% des particuliers ont déjà un compte.

"Ils sont condamnés à une fuite en avant de l'innovation", considère M. Delannoy.

Déjà repositionné sur une clientèle urbaine et de moyenne gamme, LCL se lance aujourd'hui vers l'un des rares eldorados de la banque française: les jeunes. "C'est un enjeu pour eux plus encore que pour les autres banques", affirme M. Delannoy.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés.




 

 

documentsarticles et documents

rédigés par Bruno Cargnelli

précédente prec entreprise next suivante      tophaut de page  typewritermenu général

Crédit Lyonnais

 

back2futurel'entreprise
diaporamadiaporama videovidéo/pub soundaudio  docdocuments

diaporamadiaporama

diaporama• voir un diaporama de l'entreprise présentant l'histoire du Crédit Lyonnais

On notera au passage l'évocation très succincte de la “crise“ dans la section 1966-1993:

Enfin, des filiales mal contrôlées sont à l'origine de graves déboires, tant en France qu'à l'étranger (MGM,SASEA)"…

 

 

précédente prec entreprise next suivante      tophaut de page  typewritermenu général

Crédit Lyonnais

 

back2futurel'entreprise
diaporamadiaporama videovidéo/pub soundaudio  docdocuments

videovidéo / pub

films publicitaires

filmicon•  film publicitaire LCL (2007)

filmicon•  film publicitaire Crédit Lyonnais  “e-creditlyonnais“ (1998?)

 

autres

filmicon•  captation LCP-AN audition Bernard Tapie/commission des finances de l'assemblée nationale (2008)

 

filmicon•  vidéo de l'institut national de l'audiovisuel (INA) film publicitaire Crédit Lyonnais /jeunes (1971)

filmicon•  vidéo de l'institut national de l'audiovisuel (INA) film publicitaire Crédit Lyonnais / artisans commerçants (1972)

filmicon•  vidéo de l'institut national de l'audiovisuel (INA) reportage JT France 2 15/02/1993 à propos de l'affaire Addidas

  • La vente par Bernard TAPIE, ministre de la Ville, de sa participation majoritaire dans Adidas, a été rendue publique. Le Crédit Lyonnais, l'UAP et les AGF portent leur participation globale de 17 à 42%. Mais, plusieurs personnalités politiques réclament une enquête sur les conditions de la vente, notamment Alain JUPPE et François D'AUBERT. - Plateau Philippe SASSIER.

video

publicité LCL vers 2007

video

affaire du Crédit Lyonnais/ Adidas - Bernard Tapie

Audition Intégrale : Affaire Crédit Lyonnais / Adidas, à la Commission des finances de l'Assemblée nationale. le, 10/09/08

video

film publicitaire  Crédit Lyonnais “e-creditlyonnais.com“ vers 1998

précédente prec entreprise next suivante      tophaut de page  typewritermenu général

Crédit Lyonnais

 

back2futurel'entreprise
diaporamadiaporama videovidéo/pub soundaudio  docdocuments

info en continu/dernières dépêches

....................................................

Tour de France : comment LCL a remporté le maillot jaune - cBanque.com (jeu., 20 juil. 2017)
cBanque.com Tour de France : comment LCL a remporté le maillot jaune cBanque.com En cette troisième et dernière semaine de Tour de France, cBanque débute sa série d'été sur les banques et le sponsoring sportif. Premier épisode, évidemment : LCL et le maillot jaune, l'ex-Crédit Lyonnais fêtant les 30 ans de cette traditionnelle ...
>> Lire la suite

Pas de pression pour Éric Gauvin - Le Berry Républicain (ven., 14 juil. 2017)
Le Berry Républicain Pas de pression pour Éric Gauvin Le Berry Républicain Pour la vingtième année consécutive, le champion de France amateur 1989 travaille pour les relations publiques et transporte les partenaires d'ASO, et depuis quatre ans les invités de LCL (Crédit lyonnais). Ses journées de dix heures environ ne sont ...
>> Lire la suite

Olympique Lyonnais Groupe : SIGNATURE DE LA ... - Zonebourse.com (mer., 28 juin 2017)
Olympique Lyonnais Groupe : SIGNATURE DE LA ... Zonebourse.com ... représentant respectivement des montants en principal de 209 M€ et 51 M€, co-arrangés par le Groupe Crédit Agricole (LCL en tant que Global Coordinateur, CACE et CACIB), le Groupe BPCE (BP Aura, CERA et Natixis) et CIC Lyonnaise de Banque. et plus encore »
>> Lire la suite

Money – Toutes les primes du Tour de France 2017 - SPORTBUZZBUSINESS (Communiqué de presse) (ven., 23 juin 2017)
SPORTBUZZBUSINESS (Communiqué de presse) Money – Toutes les primes du Tour de France 2017 SPORTBUZZBUSINESS (Communiqué de presse) Depuis 1987, c'est LCL (Crédit Lyonnais auparavant) qui est le parrain du Maillot Jaune. Le second du classement général individuel empochera 200 000 euros et le troisième 100 000€. Le 10ème du classement général empochera la somme 3 800€ et le ... et plus encore »
>> Lire la suite

Crédit Agricole dopé par les marchés et le rebond de LCL - La Tribune.fr (jeu., 11 mai 2017)
La Tribune.fr Crédit Agricole dopé par les marchés et le rebond de LCL La Tribune.fr Ce regain d'activité se voit dans les résultats de LCL, qui se porte nettement mieux : les revenus de l'ex-Crédit Lyonnais ont augmenté de 8,2% à 904 millions d'euros et son bénéfice net de 64,7% à 140 millions d'euros, grâce à la maîtrise des coûts. D ... Crédit Agricole monte en créneau contre les FinTechsLes Échos 40 autres articles »
>> Lire la suite

Résultats du bac 2017 : avoir une mention peut vous rapporter jusqu ... - LCI (mer., 05 juil. 2017)
LCI Résultats du bac 2017 : avoir une mention peut vous rapporter jusqu ... LCI GROS SOUS - Plus que quelques heures pour les 720.000 candidats au bac avant que le couperet ne tombe : admis ou recalé, vous serez fixé ce mercredi à partir de 8h30. Et pour ceux qui obtiendront une mention, réjouissez-vous, vous allez en plus ... et plus encore »
>> Lire la suite

Crédit Agricole : dépréciation de 491 millions liée à LCL - Le Figaro (ven., 20 janv. 2017)
cBanque.com Crédit Agricole : dépréciation de 491 millions liée à LCL Le Figaro Le Crédit agricole a annoncé vendredi l'inscription d'une charge de 491 millions d'euros sur sa filiale LCL à cause du bas niveau des taux d'intérêt qui affectera le résultat net 2016, mais le groupe bancaire a réaffirmé ses objectifs à moyen terme ... Le Crédit Agricole déprécie LCL à hauteur de 491 millions d'euroscBanque.com CREDIT AGRICOLE en repli après l'annonce d'une dépréciation de ...Capital.fr 57 autres articles »
>> Lire la suite

Le blues des salariés de LCL - Le Monde (mar., 30 mai 2017)
Le Monde Le blues des salariés de LCL Le Monde C'est une enquête interne qui en dit long sur le malaise qui règne chez LCL, l'ancien Crédit lyonnais, racheté en 2003 par le Crédit agricole. L'indice « d'engagement et de recommandation des collaborateurs », ce baromètre du bien-être des salariés ...
>> Lire la suite

A LCL, ces suicides que la direction ne veut pas voir - Mediapart (mer., 05 avril 2017)
Mediapart A LCL, ces suicides que la direction ne veut pas voir Mediapart Entre septembre 2016 et mars 2017, quatre salariés de la banque LCL (ex-Crédit lyonnais) se sont suicidés ou ont tenté de le faire. Dans cette filiale du groupe Crédit Agricole qui vit au rythme des restructurations massives, les risques psychosociaux ...
>> Lire la suite

LCL va supprimer plus de 750 emplois d'ici à 2018 - Les Échos (jeu., 15 déc. 2016)
LCL va supprimer plus de 750 emplois d'ici à 2018 Les Échos LCL continue de réduire ses coûts à marche forcée. La filiale du Crédit Agricole, qui a affiché une perte de 30 millions d'euros au troisième trimestre 2016, a annoncé mercredi à ses organisations syndicales, au cours d'un CCE, son intention de réduire ... et plus encore »
>> Lire la suite